Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Elle estime que cela déstabilisera toute l’Afrique

Merkel avertit contre une guerre par procuration en Libye

© D. R.

Discrète et peu bavarde jusque-là sur la crise en Libye, l’Allemagne compte jouer un rôle plus actif pour éviter le chaos dans ce pays, a en croire les déclarations de sa chancelière Angela Merkel devant le parlement hier. 

La chancelière allemande a déclaré en effet, hier-matin, que son pays ferait ce qu’il peut pour éviter “une guerre par procuration en Libye”, avertissant que la situation dans cette région menaçait de déstabiliser l'ensemble de l'Afrique, a rapporté l’agence de presse Reuters.

“La situation est en train de se développer en Libye et pourrait prendre des dimensions comme en Syrie”, a déclaré Mme Merkel dans un discours devant le Parlement allemand. “Si la situation en Libye ne se stabilise pas, la stabilité de l'ensemble de la région africaine sera déstabilisée”, a-t-elle ajoutée. 

C’est la première fois que Berlin dénonce ouvertement l’ingérence étrangère en Libye, même si l’Allemagne n’a jamais manqué l’occasion d’appeler au dialogue politique dans ce pays ravagé par la guerre depuis la chute de l’ancien régime de Mouammar Kadhafi. 

Depuis quelques jours, de nombreux pays, dont l’Italie, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont commencé à mettre la pression sur les parties libyennes pour revenir à la table des négociations. Mais le camp de l’Est, dirigé par le bélliqueux général à la retraite Khalifa Haftar, a annoncé qu’il n’a aucune intention de reprendre langue avec le Gouvernement d’union nationale (GNA), internationalement reconnu et dirigé par Fayez al-Serraj.

Si Haftar campe sur ses positions en poursuivant sa déséspérée conquête de la capitale Tripoli depuis début avril, c’est dû en grande partie au soutien extérieur qu’il reçoit de la part des Émirats arabes unis, de l’Arabie Saoudite et de l’Égypte qui joue un double-rôle dans la gestion de cette crise en Libye. La Caire soutient officiellement le dialogue politique, mais appuie Khalifa Haftar sous-couvert de la lutte contre le terrorisme.
 

L. M.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER