Une des deux boites noires de l'appareil du vol AH5017 qui s'est crashé jeudi dans le nord du mali a été retrouvée vendredi (le ministre des Transports, Amar Ghoul) Crash de l'avion affrété par Air Algérie : le président Bouteflika décrète un deuil national de trois jours Crash de l'avion espagnol affrété par Air Algérie: Aucun survivant, l'épave retrouvée L'avion de la compagnie espagnole Swift Air affrété par Air Algérie s'est écrasé au Mali (Lamamra)  Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
International Jeudi, 19 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Implantation islamiste dans le nord du Mali

Paris souhaite une intervention drivée par Alger 

Par : Djamel Bouatta

Malgré les multiples déclarations de l’Algérie au sujet d’interventions militaires dans le nord du Mali pour chasser ses occupants djihadistes, la France ne désespère pas de voir réaliser son option militaire. “La solution du Mali est entre les mains des Maliens”, a rappelé Mourad Medelci à son homologue français qui a séjourné dimanche et lundi à Alger.

L’Algérie, en effet, privilégie prioritairement la piste du dialogue politique. Opposition à toute ingérence est sa position de principe. Lors de la dernière réunion sur le Mali, début juillet, à Alger, où se trouvaient des ministres des pays du Sahel mais aussi Hélène Le Gal, conseillère de François Hollande pour les questions africaines, et Jean Félix-Paganon, représentant du ministère français des Affaires étrangères pour la Sahel, il s'est murmuré à Paris qu'Alger s'était laissé convaincre de la nécessité d'une intervention militaire en cas d'échec de la diplomatie ! Il n’en est rien puisqu’il n’y a pas eu de suite à cette information qui ressemblait plutôt à un ballon d’essai. Pour la France, par contre, s'il y a des progrès politiques à faire au sud du Mali pour rapprocher les populations du Nord et du Sud et préserver l'intégrité du pays, le moment venu, il faudra traiter les mouvements terroristes qui sévissent au Nord par “les moyens qui conviennent”. Ce n'était pas un secret diplomatique. Los de son séjour algérois, Laurent Fabius, le ministre français des AE, a plaidé ouvertement pour une intervention militaire au nord du Mali. La France ne pouvant pas être, selon ses propres termes, en première ligne dans une telle action, le ministre de François Hollande a essayé d’entraîner l’Algérie dans une équipée militaire qu’elle parrainerait. D’abord pour ses moyens opérationnels. Ensuite, pour son expertise dans la lutte contre les djihadistes. Et, enfin, parce que l’Algérie fait office de “puissance écoutée” dans la région. Mais, il y a fioriture dans le langage entre François Hollande et son ministre des AE   sur cette question du Nord-Mali ! Si le Quai d’Orsay prône l’intervention militaire, l’Élysée fait montre de plus de retenue. Le président français estime que c'est aux Africains d'organiser le soutien au Mali : “Il revient aux pays africains de déterminer quand et comment intervenir militairement au nord du Mali contrôlé par des groupes armés islamistes”, a estimé samedi François Hollande lors de son interview télévisée du 14 Juillet. Le président français a même tracé la feuille de route de ce processus  : instaurer un véritable gouvernement au Mali qui puisse prendre ses responsabilités pour organiser une intervention dans le cadre de l'Union africaine et des Nations unies. Pour que cela puisse se faire, c'est aux Africains de déterminer et le moment et la force, a ajouté le président, précisant que son pays apportera toute sa solidarité. Au Conseil de sécurité, il y a une résolution qui permet justement de faire cette intervention avec le soutien de l'ONU, mais elle a été renvoyée en seconde lecture à l’UA qui l’avait déposée. L'envoi de troupes dans le nord du Mali est soumis à une demande formelle des autorités de transition à Bamako. À ce niveau, c’est la confusion totale. À Bamako, personne ne peut dire qui tient le volant de la junte militaire dissoute mais toujours présente, des autorités de transition avec un président intérimaire à Paris pour soins prolongées… Le coup d'État militaire perpétré le 22 mars a accéléré la partition du Mali dont les autorités de transition, en place depuis le retrait des putschistes du pouvoir en avril, sont incapables de mettre fin à l'occupation du Nord où l'armée, démoralisée et sous-équipée, a été mise en déroute en quelques semaines. La Communauté des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) prépare, de son côté, l'envoi éventuel d'une force militaire de quelque 3 000 hommes pour aider l'armée malienne à reconquérir le Nord, mais poursuit cependant des discussions avec des groupes djihadistes sous l'égide de la médiation burkinabé dans la crise malienne. C’est la Cédéao qui souhaite un mandat de l'ONU pour intervenir, ce qu'elle n'a pas encore obtenu. La nouvelle commissaire de l’UA devra mettre de l’ordre dans ce brouhaha car les djihadistes d’Ansar Dine, du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), eux, n’ont pas perdu de temps. Le   Nord-Mali sous ordre charaïque attire tous les potentiels terroristes du Sahel, de l’Afrique de l’Ouest jusqu’en Somalie. Leur objectif stratégique : créer dans cette région un sanctuaire et un centre de coordination pour les réseaux terroristes du continent.
Transformer le Nord-Mali en Afghanistan du Sahel, sérieuse menace à la paix, la sécurité et la stabilité régionale et continentale.


D. B

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 24 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos