Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

Ouest de la Centrafrique

Quelque 23 000 nouveaux déplacés

 Quelque 23 000 personnes ont fui les violences qu'ont subies les localités de Bocaranga et de Niem, deux villes du nord-ouest de la Centrafrique à la frontière camerounaise, a annoncé, hier, le Bureau des Nations unies pour les affaires humanitaires (Ocha). “La plupart des habitants de Bocaranga, 15 000, et ceux de Niem, 8 000, se sont réfugiés dans la brousse sans accès à l'assistance humanitaire”, a déclaré l'Ocha dans un communiqué de presse. Samedi, des hommes armés du groupe armé 3R ont attaqué Bocaranga, en dépit de la présence en ville de Casques bleus de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca). “Il y a des victimes sans aucun doute. Mais il est encore bien difficile de connaître leur nombre exact”, selon une source militaire citée par l'AFP.


R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER