Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
International Samedi, 12 Janvier 2013 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Postes de police et de douane incendiés et siège d'Ennahda saccagé

Révolte populaire à Ben Guerdane en Tunisie

Par : R. I./Agences

Des manifestants ont incendié un poste de douane et les locaux du parti islamiste Ennahda au pouvoir, dans la nuit de jeudi à vendredi à Ben Guerdane, ville du sud de la Tunisie proche de la frontière libyenne, secouée par la violence. Des dizaines de manifestants, réclamant travail et investissement dans leur région, ont envahi le poste de la douane avant de l'incendier, a constaté un correspondant de l'AFP. Selon l'agence officielle TAP, six voitures confisquées par la douane ont été volées. D'autres manifestants ont saccagé les locaux d'Ennahda et brûlé des livres et des documents, a indiqué à l'AFP Mohamed Chendoul, secrétaire général du siège du parti à Ben Guerdane. La veille, des manifestants, des jeunes pour la plupart, avaient attaqué un poste de police et l'ont incendié, forçant les agents à la fuite. Une arme a été volée, selon la TAP. De premiers heurts avaient éclaté dans l'après-midi lorsque des manifestants, des jeunes pour la plupart, ont lancé des pierres sur les policiers qui ont répliqué par des gaz lacrymogènes, selon un journaliste de l'AFP. Peu avant 18h00 (17h00 GMT), ces heurts ont pris de l'ampleur et les protestataires ont attaqué un poste de police et l'ont incendié, forçant les agents à la fuite. Ben Guerdane, située à une trentaine de km du poste frontière de Ras Jedir, est en ébullition après la fermeture début décembre par les autorités libyennes de ce point de passage frontalier, névralgique pour le commerce. Tripoli l'avait fermé après des plaintes de Libyens affirmant avoir été agressés sur le sol tunisien. Mais jeudi, le point de passage a été rouvert du côté libyen et la circulation entre les deux pays a repris. Cependant, l'antenne locale du syndicat tunisien UGTT a maintenu sa grève générale à Ben Guerdane pour réclamer des investissements et des mesures de lutte contre le chômage. Les mouvements sociaux se sont multipliés ces derniers mois en Tunisie, compte tenu des espoirs socio-économiques déçus deux ans après la révolution qui a chassé du pouvoir le président Zine El Abidine Ben Ali. Des affrontements avaient eu lieu dimanche et lundi faisant plusieurs blessés et amenant le Premier ministre tunisien Hamadi Jebali à se rendre à Tripoli pour négocier la réouverture de Ras Jdir. Cette zone est aussi considérée comme un lieu important pour les trafics régionaux, en particulier pour les armes récupérées dans l'arsenal du régime de Mouammar Kadhafi.


R. I. /Agences

 
DIlem
DILEM DU 23 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos