Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
International Dimanche, 24 Juin 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

En l’absence d’Obama et Hu Jintao

Rio+20 s'achève sur des promesses et sous les critiques

Par : Djamel Bouatta

Le Sommet Rio+20 de l’environnement devait s'engager à promouvoir une “économie verte” épargnant les ressources naturelles de la planète et éradiquant la pauvreté. Il n’en fut rien. Une centaine de chefs de gouvernement, des centaines de participants, pour de nouvelles promesses ! La messe était dite à l’ouverture du sommet organisé pourtant au Brésil, le chef de file des pays émergeants et champion de l’environnement.  
Les sièges des présidents Obama et hu Jintao étaient vides ! L’environnement est le dernier souci des deux plus grands pollueurs de la planète. Vingt ans après le Sommet de la Terre qui avait imposé l'environnement sur l'agenda mondial, ce sommet sur le développement durable, précédé par des mois de discussions et de négociations, s’est, en effet, pitoyablement achevé à Rio sur la ratification d'un compromis a minima mis au point par le Brésil, pays hôte. Si le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon l’a salué comme étant un “très bon document, une vision sur laquelle nous pourrons bâtir nos rêves”, les ONG, associations de la société civile et mouvements alternatifs présents en force à Rio, très en colère, ont exprimé leur  déception, dénonçant  le manque d'ambition de Rio+20. Cette histoire de développement durable va d’échec en échec depuis la Conférence de Copenhague en 2009 qui s'était achevée sur un fiasco retentissant. À chacune de ses rencontres, les pays riches et pollueurs ne s’accordent que sur des promesses pour guérir les plaies de la planète. Rio+20 n’a pas échappé à la règle : sa longue liste de maux inclut la faim, la pauvreté, la désertification, l'appauvrissement des océans, la pollution et la déforestation, le risque d'extinction de milliers d'espèces... Cinquante-trois pages pour prôner “une  économie verte”, modèle de développement moins destructeur de la planète dont la population devrait passer de 7 milliards aujourd'hui à 9,5 milliards en 2050. Rendez-vous au prochain sommet pour la même litanie ?


D. B.

 

Commentaires 

 
#1 najmawahilal 24-06-2012 15:08
un chapelet de G20 et le chaos et la crise économique partout dans le monde
cessez cette mascarade
 
DIlem
DILEM DU 01ier OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos