Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

Quatre soldats nigériens et trois soldats américains tués au Niger

Sahel : la présence militaire US en question

Un soldat des forces spéciales des États-Unis enseigne comment faire face avec des suspects qui résistent à leur arrestation. © D.R.

Discrète jusque-là, la présence militaire américaine au Sahel est plus que jamais d’actualité, avec la mort de soldats US dans une embuscade terroriste, mercredi, au Niger.

Les premiers morts américains au combat dans le cadre de la mission de lutte antiterroriste au Sahel révèlent que l’action du commandement militaire américain pour l’Afrique (Africom) ne se limite pas uniquement aux attaques de drones des chefs de groupes terroristes.
Certes, les Américains n’ont jamais donné de chiffres exacts sur leur présence militaire au Sahel, mais il ne fait aucun doute qu’elle est bien supérieure aux 200 hommes annoncés, et qui sont chargés d’entraîner, conseiller, assister le gouvernement du Niger à faire face seul à des extrémistes violents.
En effet, les trois soldats US ont été tués alors qu’ils participaient à une patrouille conjointe avec les forces nigériennes. Ainsi, quatre soldats nigériens et trois soldats américains sont morts dans une embuscade au Niger, mercredi.
Après avoir laissé planer le doute sur le bilan toute la journée, le gouvernement nigérien a finalement confirmé, jeudi soir, que quatre de ses soldats avaient été tués et huit blessés aux côtés des militaires américains, donnant des détails sur l'embuscade.
Selon un communiqué du Pentagone, une autre personne d’un pays non cité a également été tuée. De son côté, l’Africom avait indiqué, dès jeudi matin, que trois de ses hommes avaient été tués au cours d'une opération antiterroriste menée conjointement avec les forces nigériennes à quelque 200 km au nord de la capitale Niamey, dans le sud-ouest du Niger. Ceci étant, une source sécuritaire régionale a indiqué à l’agence AFP que l’embuscade est l’œuvre d’hommes lourdement armés venus du Mali.
À en croire les médias, les soldats américains sont tous des membres des bérets verts, les forces spéciales de l’armée de terre qui sont spécialement entraînées pour former et conseiller des troupes régulières étrangères ou des guérillas. Quant aux auteurs de cette embuscade, il n’y a pas eu de revendication, mais on pointe du doigt un certain Abou Walid al-Sahraoui, un Malien, dissident du mouvement terroriste Al-Mourabitoune, qui ne revendique que très rarement ses attaques, selon RFI.
Il s’agit d’un ancien dirigeant du Mujao.
D’après cette même source, Abou Walid al-Sahraoui aurait prêté allégeance à l’organisation terroriste autoproclamée État islamique. Il opère dans la zone d’Ansongo et Ménaka, au Mali, mais il mène aussi, depuis un an, des attaques au Burkina et au Niger.
Cette attaque souligne pour le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, l’urgente nécessité de mettre à pied d’œuvre la nouvelle force internationale de lutte contre les terroristes du Sahel. Le chef de la diplomatie malienne intervenait, jeudi, devant les membres du Conseil de sécurité à New York.


Merzak Tigrine

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER