Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Au moins 29 morts dans deux attaques terroristes

Spirale de violence au Burkina Faso

Les attaques terroristes de plus en plus fréquentes et meurtrières, en particulier dans le Nord et l'Est du Burkina Faso. © D. R.

L'armée burkinabè subit de lourdes pertes depuis des mois. Elle éprouve d’énormes difficultés à éradiquer la violence terroriste. À l’évidence, même le G5 Sahel ne semble pas mieux loti pour venir à bout des groupes terroristes qui écument toute la région du Sahel. 

Pris depuis plus de 4 ans dans une spirale de violences sans fin, le Burkina Faso, pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, a encore été secoué dimanche par deux attaques meurtrières menées par des groupes terroristes, faisant au moins 29 morts, selon un dernier bilan publié hier. La première attaque a été menée à l’aide d’un engin explosif improvisé (IED) dans une localité de la province du Sanmatenga, dans le nord du Burkina Faso, a annoncé le gouvernement.

Des sources sécuritaires avaient auparavant fait état d'un bilan d'au moins 20 morts, a rapporté l’AFP. “Ce dimanche 8 septembre, un camion de transport a sauté sur un engin explosif improvisé sur l'axe Barsalogho-Guendbila dans la province du Sanmatenga. Le bilan provisoire fait état de quinze morts et de six blessés”, a affirmé le porte-parole Remis Fulgance Dandjinou dans un communiqué.

Une source sécuritaire avait indiqué que les victimes étaient en majorité des commerçants. À une cinquantaine de kilomètres de Barsalogho, “une (autre) attaque a été perpétrée par des terroristes ce dimanche contre un convoi de vivres sur l'axe Dablo-Kelbo. Cette attaque a entraîné le décès de quatorze civils et des dégâts matériels importants”, a ajouté le porte-parole dans un autre communiqué.

“Une dizaine de conducteurs de triporteurs ont été tués”, selon un élu local de Barsalogho, cité par des médias. Le Burkina Faso a fait face par le passé à plusieurs attaques meurtrières attribuées dans la majorité des cas à des groupes terroristes, certains affiliés à Al-Qaïda et d'autres à la branche sahélienne du groupe autoproclamé État islamique. Depuis début 2015, les attaques terroristes, de plus en plus fréquentes et meurtrières, en particulier dans le Nord et l'Est, ont fait plus de 570 morts. L'armée burkinabè subit de lourdes pertes depuis des mois.

Elle éprouve d’énormes difficultés à éradiquer la violence terroriste. La menace, d'abord concentrée dans le Nord, touche désormais plusieurs autres régions du pays, dont celles de l'Est et de l'Ouest. Les forces du G5 Sahel, dont le Burkina Faso fait partie, ont du mal à contenir l’expansion du terrorisme dans toute la région, s’étendant à d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest, comme la Côte d’Ivoire qui a été visée par une attaque en 2016 (16 civils et 3 militaires tués).

Ce groupe de coopération militaire qui rassemble la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad n’a ni les moyens appropriés ni la stratégie idoine pour répondre à la menace terroriste grandissante dans ce vaste Sahel. L’aide internationale ne suffit pas pour alimenter un budget annuel estimé à environ 500 millions d’euros.
 

Karim Benamar 

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER