Mascara : trois morts dans deux accidents de la route distinctsGaza: huit Palestiniens tués lors d'un raid aérien israélien (secours)Libye: combats et incendie sur un site de carburant à Tripoli, le gouvernement impuissantCommerce: 270 infractions pour non-respect de la permanence de l’AïdPour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
International Mercredi, 20 Juin 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Dissolution de l’assemblée et réduction des prérogatives du président

Vers un bras de fer entre l’armée et les Frères musulmans

Par : Merzak Tigrine

Rejetant les décisions de l’armée de dissoudre la nouvelle Assemblée élue et l’octroi de certaines prérogatives du président,  les Frères musulmans semblent décidés à s’opposer à cette mainmise du Conseil suprême des forces armées égyptiennes.

à vingt-quatre heures de l’annonce des résultats du second tour de l’élection présidentielle, prévue officiellement pour demain, le ton monte entre l’armée et les Frères musulmans, alors que la place Tahrir au Caire se préparait hier à une grande manifestation.
Il faut croire que le “coup constitutionnel” des militaires, qui viennent de s'octroyer de vastes prérogatives leur permettant de rester aux commandes quelle que soit l'issue de l'élection présidentielle, n’a pas laissé de marbre les forces politiques et la société civile en égypte. Les appels à manifester ont été lancés par des organisations de jeunes militants pro-démocratie avec le soutien des Frères musulmans, première force politique d'égypte et rivaux historiques des militaires qui dominent le système depuis la chute de la monarchie en 1952. C’est dire que l’on se dirige vers un bras de fer avec l’armée, et c’est les Frères musulmans, qui voient un “coup d'état constitutionnel” au profit des généraux du CSFA, transformant dans les faits la présidence en coquille vide, qui mènent la fronde.
En effet, tout indique que  le prochain chef de l'état se trouvera en pratique dans l'incapacité de faire passer la moindre loi sans l'assentiment des militaires, qui ont également décidé de récupérer à leur compte le pouvoir législatif à la suite de la dissolution de l'Assemblée du peuple, dominée par les islamistes. Cette dissolution a été prononcée samedi par l'armée sur la base d'une décision de justice invalidant le mode de scrutin des législatives tenues de novembre à janvier derniers, et une nouvelle assemblée ne devrait pas être élue avant la fin de l'année. Par ailleurs, l’armée se réserve aussi le droit d'intervenir dans le processus de rédaction de la future Constitution et gardera la haute main sur le système répressif grâce aux renseignements et à la police militaires, autorisés à arrêter des civils. Elle se réserve également toutes les questions la concernant directement, dont le droit de nomination ou révocation au sein de sa haute hiérarchie, se mettant ainsi à l'abri de tout changement que pourrait souhaiter le prochain président. Cela n’a pas laissé certaines capitales occidentales insensibles, à l’image de Washington, qui a réagi par le biais du Pentagone. Celui-ci s'est dit “profondément inquiet” par les vastes prérogatives, dont le pouvoir législatif, que la junte militaire s'est attribuées. “Nous sommes profondément inquiets par la déclaration concernant de nouveaux amendements à la Constitution, y compris par le moment (choisi pour) cette annonce alors que les bureaux de vote fermaient”, a déclaré le porte-parole du ministère américain de la Défense, George Little. Selon lui, les états-Unis attendent du Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir en égypte depuis la chute de Hosni Moubarak en février 2011, qu'il transfère “l'intégralité du pouvoir à un gouvernement civil démocratiquement élu, comme le CSFA l'avait auparavant annoncé”. De son côté, le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a indiqué que les élections présidentielles égyptiennes représentent “un tournant décisif” pour le processus de transition vers la mise en place d'un gouvernement démocratique conduit par les civils. Il s’est dit toutefois très “préoccupé” par l'annonce de la dissolution du parlement égyptien, en appelant à l'élaboration, le plus tôt possible, d'une nouvelle Constitution inclusive et la tenue de nouvelles élections législatives. L'Union européenne a salué, quant à elle, “l'étape majeure” de l'élection présidentielle en égypte, mais a appelé au respect de la transition démocratique alors que l'armée vient de s'octroyer de vastes prérogatives. “Les élections présidentielles sont une étape majeure dans la transition démocratique de l'égypte”, a estimé Maja Kocijancic, porte-parole de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton.


M T

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 30 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos