Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
International Mercredi, 11 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Confrontation Morsi-Tantaoui 

Vers une dérive islamiste en Égypte ?

Par : Djamel Bouatta

Chassez le naturel, il revient au galop. Après ses discours mielleux et qui se voulaient consensuels, le président frère musulman d’Égypte a fini par faire tomber son masque. Frère musulman, il le reste et après l’euphorie de sa victoire, voici qu’il essaye d’imposer la vision du monde de sa confrérie, entrant en conflit direct avec l’armée et le nouveau président s’est également mis à dos l'appareil judiciaire. La justice égyptienne a rejeté sa décision de rétablir le Parlement, augurant d'une épreuve de force avec celle-ci, qui détient de fait les clefs du pouvoir. Pour l’instant, les 19 généraux du Conseil suprême supérieur de l’armée se contentent de l’appeler au respect de la loi. “Les jugements et l'ensemble des décisions de la Haute-Cour constitutionnelle sont définitifs (...) et sont contraignants pour toutes les institutions de l'État”, avait par ailleurs averti la Cour constitutionnelle, qui avait jugé le Parlement invalide le 14 juin en raison d'un vice juridique dans la loi électorale. L'armée, en réunion d’urgence depuis la “révolte” de Morsi n’arrête pas de souligner l'importance de la souveraineté de la loi et de la Constitution, en se disant confiante que toutes les institutions de l'État respecteront ce qui a été dit dans les déclarations constitutionnelles. Plus d'une semaine après que le CSFA lui eut remis le pouvoir exécutif, Mohammed Morsi a ordonné dimanche par décret l'annulation de la décision de la Cour constitutionnelle, en invitant l'Assemblée, où les islamistes disposent d'une majorité écrasante, à se réunir de nouveau et à exercer ses prérogatives. La décision du nouveau raïs, premier président islamiste et civil d'Égypte laisse en effet présager une épreuve de force avec le CSFA, qui, souligne-t-on, s'était attribué le pouvoir législatif après l'arrêt de la Haute-Cour. L’armée a également rendu public un décret prévoyant l'organisation d'élections anticipées pour la Chambre, 60 jours après l'approbation par référendum de la nouvelle Constitution du pays, et l'adoption d'une nouvelle loi régissant le Parlement. Les islamistes ne l’ont pas entendu de cette oreille : Saâd Al-Katatni, président de l'Assemblée du peuple, issu des Frères musulmans comme Mohammed Morsi, a convoqué une session pour hier et la confrérie a annoncé qu'elle manifesterait le même jour pour soutenir les décisions du président et le rétablissement du Parlement. Mais les islamistes devaient se retrouver seuls devant un Parlement bunkerisé par l’armée. Le bras de fer Morsi-Tantaoui ne présage rien de bon. Si l’aboutissement du processus électoral en Égypte a été accueilli comme un progrès significatif et une réalisation majeure du Printemps arabe, sur le fond cependant, l’arrivée au pouvoir du candidat des Frères musulmans inquiète le monde, y compris chez les pays arabes où tout de même, malgré les victoires électorales d’islamistes en Tunisie et au Maroc, on ne s’est pas résigné à la thèse laquelle le Printemps arabe ne peut déboucher que sur un “hiver islamiste”. Ne voit-on pas la Libye tribaliste et conservatrice renvoyer ses islamistes à leur école dans un scrutin pourtant sur fond de violence ? Ceci pour dire qu’un islamiste reste un islamiste. Pour ce qui est de Morsi, après ses discours rassurants, son premier acte est de vouloir prendre tout le gâteau égyptien. “harb-hila”, disent les islamistes pour justifier leurs retournements : l’un de ses premiers gestes aura été de démissionner de la confrérie et de son aile politique, le Parti de la liberté et de la justice, en gage d’ouverture, d’annoncer son intention de nommer deux vice-présidents, un copte et une femme, et de confier le gouvernement à un technocrate indépendant. Des premiers pas consensuels qu’il a superbement foulés. Il ne faut pas être naïf quant aux ambitions de la confrérie ou à sa vision du monde complètement différente de celle de la démocratie ouverte.


D. B

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 18 SEPTEMBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Gilles Kepel au Forum de Liberté (Partie 01)
Gilles Kepel au Forum de Liberté (Partie 01)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos