Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
International Mercredi, 11 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Confrontation Morsi-Tantaoui 

Vers une dérive islamiste en Égypte ?

Par : Djamel Bouatta

Chassez le naturel, il revient au galop. Après ses discours mielleux et qui se voulaient consensuels, le président frère musulman d’Égypte a fini par faire tomber son masque. Frère musulman, il le reste et après l’euphorie de sa victoire, voici qu’il essaye d’imposer la vision du monde de sa confrérie, entrant en conflit direct avec l’armée et le nouveau président s’est également mis à dos l'appareil judiciaire. La justice égyptienne a rejeté sa décision de rétablir le Parlement, augurant d'une épreuve de force avec celle-ci, qui détient de fait les clefs du pouvoir. Pour l’instant, les 19 généraux du Conseil suprême supérieur de l’armée se contentent de l’appeler au respect de la loi. “Les jugements et l'ensemble des décisions de la Haute-Cour constitutionnelle sont définitifs (...) et sont contraignants pour toutes les institutions de l'État”, avait par ailleurs averti la Cour constitutionnelle, qui avait jugé le Parlement invalide le 14 juin en raison d'un vice juridique dans la loi électorale. L'armée, en réunion d’urgence depuis la “révolte” de Morsi n’arrête pas de souligner l'importance de la souveraineté de la loi et de la Constitution, en se disant confiante que toutes les institutions de l'État respecteront ce qui a été dit dans les déclarations constitutionnelles. Plus d'une semaine après que le CSFA lui eut remis le pouvoir exécutif, Mohammed Morsi a ordonné dimanche par décret l'annulation de la décision de la Cour constitutionnelle, en invitant l'Assemblée, où les islamistes disposent d'une majorité écrasante, à se réunir de nouveau et à exercer ses prérogatives. La décision du nouveau raïs, premier président islamiste et civil d'Égypte laisse en effet présager une épreuve de force avec le CSFA, qui, souligne-t-on, s'était attribué le pouvoir législatif après l'arrêt de la Haute-Cour. L’armée a également rendu public un décret prévoyant l'organisation d'élections anticipées pour la Chambre, 60 jours après l'approbation par référendum de la nouvelle Constitution du pays, et l'adoption d'une nouvelle loi régissant le Parlement. Les islamistes ne l’ont pas entendu de cette oreille : Saâd Al-Katatni, président de l'Assemblée du peuple, issu des Frères musulmans comme Mohammed Morsi, a convoqué une session pour hier et la confrérie a annoncé qu'elle manifesterait le même jour pour soutenir les décisions du président et le rétablissement du Parlement. Mais les islamistes devaient se retrouver seuls devant un Parlement bunkerisé par l’armée. Le bras de fer Morsi-Tantaoui ne présage rien de bon. Si l’aboutissement du processus électoral en Égypte a été accueilli comme un progrès significatif et une réalisation majeure du Printemps arabe, sur le fond cependant, l’arrivée au pouvoir du candidat des Frères musulmans inquiète le monde, y compris chez les pays arabes où tout de même, malgré les victoires électorales d’islamistes en Tunisie et au Maroc, on ne s’est pas résigné à la thèse laquelle le Printemps arabe ne peut déboucher que sur un “hiver islamiste”. Ne voit-on pas la Libye tribaliste et conservatrice renvoyer ses islamistes à leur école dans un scrutin pourtant sur fond de violence ? Ceci pour dire qu’un islamiste reste un islamiste. Pour ce qui est de Morsi, après ses discours rassurants, son premier acte est de vouloir prendre tout le gâteau égyptien. “harb-hila”, disent les islamistes pour justifier leurs retournements : l’un de ses premiers gestes aura été de démissionner de la confrérie et de son aile politique, le Parti de la liberté et de la justice, en gage d’ouverture, d’annoncer son intention de nommer deux vice-présidents, un copte et une femme, et de confier le gouvernement à un technocrate indépendant. Des premiers pas consensuels qu’il a superbement foulés. Il ne faut pas être naïf quant aux ambitions de la confrérie ou à sa vision du monde complètement différente de celle de la démocratie ouverte.


D. B

 

Commentaires 

 
#18 Setamir 16-07-2012 23:54
Votre journaliste change d'avis selon les circonstances et ses lectures des média dites "mainstream".

Nous avons lu ses articles sur la Libye, la Tunisie, la Syrie, l’Égypte et maintenant la même Égypte de Morsi. Il a toujours soutenu les thèses occidentales dans le cadre du "printemps arabe" que relais leurs médias dont Reuters et l'AFP. Le voilà reprendre les mêmes craintes de cet occident frustré. Alors c'est des 'révolutions" ou pas? C'est des manipulations ou pas? C'est des complots ou pas? Un journaliste doit être aussi analyste politique sinon c'est un perroquet!
 
 
#17 zohir10 14-07-2012 10:21
Morsi c'est le Abassi Madani de l'Egypte.Il fait des discours lancinants pour endormir son entourage mais au fond de lui même son discours est loin de sa pensée profonde.Les Frères Musulmans bien avant les élections ont abattu leurs cartes "application de la charia, islam seule religion de l'Etat (les Coptes doivent émigrer),le tourisme est une acivité haram, la femme doit rester à la maison pour avoir plus de postes de travail pour les hommes,.Morsi n'a pas repris ces thèmes pour ne pas choquer en voulant le pouvoir législatiof et exécutif il pourra faire ce qu'il voudra.Mais Dieu créa l'Armée ,heureusement.
 
 
#16 mecipsa 14-07-2012 00:27
Citation en provenance du commentaire précédent de dida:
Au contraire chapeau à cet islamiste qui chamboule l'armée et leur justice de 2 sous, ces derniers ne protégent que leurs propres interets, les us et les sionnistes. Il est conscient que président avec une assemblée de militaire c un président pantin. C'est maintenant qu'il a l'appui frais du peuple qu'il peut faire qq chose avant qu'on le décridibilise ou qu'on le tue,.....

Allez y en arabie pour voir comment cela se passe, avant de parler ET DE DIR DES SORNETTES.
 
 
#15 Loukan 13-07-2012 11:16
EN EFFET IL VAUT MIEUX UNE ERE NOIRE Q'UNE DECENIE NOIRE

Oeil de lynx doit être borgne, lui qui voit la decenie au lieu de la décennie !

Pour ce qui de la couleur, la décennie noire a prolongé la période gris foncé.
 
 
#14 enfantdeboumedienne 13-07-2012 09:54
Le peuple Egyptien a décidé tout seul de sa destiné en choisissant un régime Islamiste.Il est souverain.Le peuple Algérien avait choisi la même voie en 91 , son choix a été bafoué,ce qui a enclenché la décennie noire parce qu'on a ignoré son choix et on continue toujours à le faire à travers les élections qui se déroulent.Alors regardons d'abord notre bosse avant de parler des autres.
 
 
#13 sitahar 12-07-2012 16:16
Citation en provenance du commentaire précédent de mazur:
Salut,
je salut le courage de Khaled Nezzar, qui a sauver l'algerie malgre par un prix douleureux.
janvier 1992 quand a pris la decision historique n'a pas tremper l'histoire lui donne raison.
Regarder l'egypte devant le siege du tribunal comment les freres musulmants ont massacre les democrates.
Pour cela chaque algeriens et algeriennes doivent salue Khaled Nezzar.

desole se sont les militaires qui ont massacre le peuple egyptien et la democratie.salut
 
 
#12 Oeil de linx 12-07-2012 15:10
Citation en provenance du commentaire précédent de sitahar:
QUELLE DERIVE? C'EST UN PRESIDENT ELU DEMOCRATIQUEMEN T QUI DOIT AVOIR TOUS LES PREROGATIVES,ET C'EST A LUI SEUL DE DECIDER DE DISSOUDRE L'ASSEMBLEE OU PAS.DONC CESSEZ SVP DE SEMER VOTRE VENIN ET LAISSEZ LE PEUPLE EGYPTIEN SAVOURER SA VICTOIRE SUR LA DICTATURE......... M............

EN EFFET IL VAUT MIEUX UNE ERE NOIRE Q'UNE DECENIE NOIRE
 
 
#11 dida 12-07-2012 14:32
Au contraire chapeau à cet islamiste qui chamboule l'armée et leur justice de 2 sous, ces derniers ne protégent que leurs propres interets, les us et les sionnistes. Il est conscient que président avec une assemblée de militaire c un président pantin. C'est maintenant qu'il a l'appui frais du peuple qu'il peut faire qq chose avant qu'on le décridibilise ou qu'on le tue,.....
 
 
#10 mazur 12-07-2012 01:09
Salut,
je salut le courage de Khaled Nezzar, qui a sauver l'algerie malgre par un prix douleureux.
janvier 1992 quand a pris la decision historique n'a pas tremper l'histoire lui donne raison.
Regarder l'egypte devant le siege du tribunal comment les freres musulmants ont massacre les democrates.
Pour cela chaque algeriens et algeriennes doivent salue Khaled Nezzar.
 
 
#9 mecipsa 11-07-2012 21:31
Il ne peut y avoir de démocratie avec les religieux, c'est incompatible, ces gens se sentent investi d'une mission divine qui dépasse l'être humain, ce n'est pas spécifique à l'islam, tout toute les religions qui sont comme ça, c'et pour il faut séparer le spirituel de la vie politique et interdire tout les parties politiques qui font de la politique avec la religion, ceux d'autant plus que dans la major partie de pays musulman, ces sont les régimes de dictature qui sont au pouvoir, réduisant ainsi le champ politique.
 
DIlem
DILEM DU 25 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos