Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Interprétation des rêves

L’origine des prénoms employés en Algérie

Amghar

Amghar est surtout connu dans les régions du nord comme patronyme, mais chez les Touareg, il est encore utilisé comme prénom. Il provient de la racine berbère MGHR, qui a donné le verbe imghur “être grand, être puissant, être âgé”. En fait, c’est un vieux nom berbère, attesté dès l’antiquité. Une inscription latine rapporte le nom d’une divinité libyque Macurgum (Vaga, en Tunisie). Macurgum figure dans les inscriptions libyques sous la forme MGRKN, le g libyque étant souvent transcrit k en latin. On reconnaît dans ce nom celui d’un génie figurant dans les contes kabyle, Maqur. Ce nom dont la base est trilitère, MKR, évoque la racine MGHR, “être grand, commander”. Toujours dans l’antiquité, on cite le nom d’une sainte de l’Église chrétienne, Macaria. Au Moyen Âge, on relève plusieurs noms.

Il y a d’abord Maghraou, l’ancêtre éponyme de la tribu berbère Ghomara du Maroc. Les auteurs arabes leur donnent une origine arabe et font dériver le nom du verbe arabe ghamara qui signifie “être submergé”, en sous-entendant que cette tribu, autrefois nombreuse, avait comme submergé le Maghreb. En réalité, le nom en berbère est la métathèse de mghara et se lit chez les Ghomara demeurés encore berbérophones Imgharen. Ibn Khaldoun cite plusieurs noms, Mgher, Amghar, Awemghar… Ce dernier nom se décompose en aw “fils” et amghar “chef”, “fils de chef”. Dans la société targuie traditionnelle, l’amghar désigne le chef, c’est-à-dire tout homme qui commande. En fait, c’est un terme général qui concerne tous ceux qui exercent une autorité, de la plus petite à la plus grande, du chef d’une petite tribu à l’amenokal, sorte de chef suprême des Touareg. Il s’applique aussi aux militaires, du général au caporal, dans les milieux professionnels, du patron au contremaître, etc. Dans les autres parlers berbères, le mot amghar a surtout le sens de “personne âgée”, “personne que l’on respecte”, mais il garde encore, dans certains contextes, le sens de chef. Ainsi, en Kabylie, la plupart des villages élisent encore des imgharen n taddart, singulier amghar n taddart, littéralement “chef du village”, appelé aussi amin n taddart, de même sens.


M. A. Haddadou
mahaddadou@hotmail.com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER