Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Interprétation des rêves

Vos rêves et vous

Courrier & courriel

Les mains en l’air !
Voilà le rêve que j'ai fait le 7 janvier 2017 avant 4hoo du matin, quand je fais mes prières surérogatoires .
J’étais dans un champ et à plat ventre, je portais un sac à dos et un fusil mat 49, un soldat passait près de moi, puis un autre avec un chien . Je portais ma main sur le fusil pour le manœuvrer et je me suis dit que le chien n'a pas senti ma présence .
Ensuite, je me retrouve sur un talus et en contrebas des hommes ( sans voir les personnes ) me tirent dessus, je tire quelques salves vers où on me tirait. Il y avait un rocher où les assaillants se cachaient, impossible de les voir du côté où j'étais. Je lève la tête pour tirer et j'ai vu des civils en contrebas lever les mains en l'air .

SAÏD

RÉPONSE :
La question qui se pose est quelle était votre question, la réponse qui se dégage de votre songe est positive.


Ci-dessous, un rêve qui m'intrigue beaucoup depuis que je l'ai fait l'année passée (vers le mois de mars) quelque temps avant la prière d'el fadjr. Je me voyais dans une maison qui ressemblait à la nôtre sans qu'elle ne le soit en réalité. Elle était si grande, si haute (surélevée) et dotée d'une grande cour. Soudainement, la porte de sortie s’entrouvrit et d'innombrables moutons et vaches s'y ruèrent impétueusement et sans cesse. Ces bestiaux au gabarit immense me faisaient grandement peur à telle enseigne que je me mettais à crier à l'adresse de ma mère : “Oh,ma mère, nous allons certainement être écrasées moi et toi, nous ferions mieux de déguerpir. Que prend-il à mon père (mort déjà et n'ayant rien légué), pourquoi ne veut-il pas arrêter d'envoyer ces innombrables processions de bestiaux”. Ma mère semblait indifférente. Je la pris donc par la main, lui fis dévaler un escalier et nous nous mîmes à nous éloigner de notre maison.
Dans le rêve, mes deux sœurs mariées apparurent si lointaines dans la cour que je pouvais seulement apercevoir leurs silhouettes.

RÉPONSE :
Les bonnes nouvelles se bousculent et se suivent, symbolisées par l’arrivée des moutons et….disons Incha Allah 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER