Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Interprétation des rêves

L’origine des prénoms employés en Algérie

Kiriya, Firmus

Si nous associons ces deux noms, c’est parce qu’ils sont liés : Kiriya est la sœur de Firmus. Ce prince maure qui avait mené une insurrection contre les Romains, au IVe siècle, appartenait à la tribu des Jubaleni qui occupait la montagne des Bibans, en Kabylie orientale. Son père, Nubel, était un seigneur puissant et possédait sa place forte à Souma, dans la région de Thénia. En 372, Firmus se révolta contre le Comte d’Afrique, Romanus, qui commandait alors toute l’Afrique romaine. L’insurrection fut d’abord limitée à la Kabylie occidentale puis elle prit de l’ampleur et s’étendit à d’autres régions. Firmus enleva deux villes importantes : Césarée (Cherchell) et Icosium (Alger). Rome dut envoyer le général Flavius Théodose, avec une armée importante. Firmus se prépara donc à la guerre, non seulement contre Théodose mais aussi contre son frère Gildon qui commandait les troupes auxiliaires romaines et refusait de rejoindre la rébellion. Deux autres frères de Firmus qui, eux, avaient pris part à la révolte, furent tués et leurs fortifications rasées. En mauvaise posture, Firmus accepta de rendre sa couronne, son butin de guerre et même Icosium. Théodose profita de cette faiblesse pour occuper Icosium et, de là, il parvint à rejoindre Tipasa. Mais les troupes de Firmus reprirent le dessus ; il ne resta plus au général romain que la ruse pour empêcher les insurgés de l’emporter. Il corrompit les chefs des tribus de l’Ouest et les détacha de l’insurrection. Firmus, abandonné par une grande partie de ses alliés, dut s’enfuir plus au sud, jusqu’aux monts Caprarienses (monts du Hodna) où il trouva refuge chez les Isaflensens. Théodose l’y poursuivit, ravageant le pays, mais il ne réussit pas à s’emparer du prince berbère, qui s’enfuit chez les Jubalens, sa tribu d’origine. Sa sœur, Kiriya intervint. L’historien romain, Ammien-Marcellin, l’évoque brièvement : “Cette princesse disposait d'immenses trésors, et montrait toute l'obstination de son sexe dans ses efforts pour soutenir son frère” Il retourna chez les Isaflensens et reprit la guerre. Théodose était sur le point d’être battu quand il réussit à corrompre le chef des Isaflensens, Igmasen, qui à l’insu de sa tribu, livra Firmus. Le prince, fait prisonnier préféra se donner la mort pour ne pas rester aux mains des Romains.  

M. A. Haddadou
mahaddadou@hotmail.com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER