Scroll To Top
FLASH
  • Irak: trois morts et 34 blessées dans une double attaque suicide au nord de Baghdad ( ministère de l'Intérieur irakien)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Interprétation des rêves

L’origine des prénoms employés en Algérie

Mbarek

Ce prénom masculin est d’origine arabe. C’est la forme dialectale du classique de mabrûk qui signifie “béni, bien venu”, du verbe baraka “bénir, invoquer la bénédiction de Dieu, combler de bénédiction”. Le féminin de ce prénom est Mbarka “celle qui est bénie”.

Dans les annales de la marine algérienne, on cite Hadj Mbarek, un “raïs” du 17e siècle. Sa vie, comme celle de tous les commandants de cette époque, était très mouvementée : depuis quelques siècles déjà, les Européens, notamment les Espagnols, attaquaient les côtes algériennes, plusieurs ports ont été conquis, et Alger était régulièrement bombardée. Hadj Mbarek, lui, ne perdait pas l’occasion d’attaquer les voiliers européens, de s’enhardir jusqu’aux côtes d’Espagne et de lever du butin et de faire des prisonniers qu’il rançonnait.
On redoutait ses incursions, et la marine espagnole le recherchait désespérément. Mais dès qu’il apercevait un navire de guerre espagnol, Mbarek s’échappait sur son chebek, un petit bateau très rapide, et regagnait le port d’Alger. Un jour pourtant, galion, un navire de guerre espagnol, imagine un stratagème : il se camoufle en bateau de commerce, cache ses canons sous des bâches et se met bien en vue pour appâter Hadj Mbarek. Celui-ci finit par le croiser et s’en frotte les mains : pour lui, c’est une proie facile. Il le prend aussitôt en chasse, et le galion fait mine de s’enfuir. Mais dès que Hadj Mbarek s’approche et s’apprête à l’abordage, le commandant fait signe à l’équipage qui soulève les bâches. Les canons pointent le chebek et tirent. Hadj Mbarek comprend le piège et vire de bord, mais le galion le rattrape : le raïs, pour épargner la vie de ses hommes, décide de se rendre. C’est la joie sur le galion. Alors, pour fêter la victoire, le commandant double la ration de nourriture et de vin. On festoie toute la nuit et, au matin, les hommes, ivres, se sont endormis. Profitant de l’occasion, Hadj Mbarek défait ses liens et libère ses hommes. En un tour de main, il maîtrise l’équipage du galion et, triomphant, il entre à Alger avec le galion ! Cette histoire fait partie de la légende de ce raïs !


M. A. Haddadou
mahaddadou@hotmail.com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER