Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Interprétation des rêves

L’origine des prénoms employés en Algérie

Mekki, Mekket, Mikela

Le prénom El-Mekki se retrouve également sous la forme Mekki, sans l’article. C’est le prénom le plus courant. D’autres formes ne se retrouvent que chez les Touareg de l’Ahaggar qui leur ont donné une forme berbère. Il s’agit, pour le masculin de Emekki,  Wanmekket, à lire, wa n Mekket “celui de La Mecque” et pour le féminin Mekket, Tamekkut et Mikela.

Tous ces prénoms se réfèrent à La Mecque, la ville sainte des musulmans. Signalons aussi que la forme El-Mekki figure dans des noms. En effet, les dénomination arabes ont plusieurs éléments : la kunya composée d’Abû, “père de” ou Umm, “mère de”, suivie du nom du fils aîné, l’ism, que l’on traduit, dans les pays maghrébins comme “prénoms”,  le nasâb ou filiation qui fournit les ancêtres de l’individu, précédé du mot ibn “fils de” ou  bint “fille de”, la nisba qui est un adjectif de relation.
Ce dernier indique soit le nom de la tribu de l’individu ou de son clan soir sa ville natale ou alors les villes où il a séjourné, fait ses études ou enseigné. En prenant soin de les signaler toutes. Ainsi, par exemple, al-Baghdadî, al Maqdisî, al-Makkî : qui a séjourné, tour à tour à Bagdad, à El-Qods (Jérusalem) et à La Mecque.
La Mecque – en arabe Mekka – est la ville natale du Prophète Mohammed (QSSSL). C’est aussi, aujourd’hui, la grande ville sainte de l’islam où se réunissent, chaque année, des millions de musulmans pour le pèlerinage.
Avant l’islam déjà, La Mecque – Bekka – était, avec son temple, la Kaâba, un centre religieux et commerçant important. Les gens venaient de loin pour participer au pèlerinage ainsi qu’aux foires qui s’y tenaient régulièrement. Au 6e siècle de l’ère chrétienne, à la veille de la naissance du Prophète (QSSSL), La Mecque était organisée en cité-État où une dizaine de grandes familles s’étaient partagé les fonctions administratives et politiques. Ce gouvernement était contrôlé par une sorte de parlement formé des citoyens adultes. La tradition rapporte que l’année de la naissance du Prophète (QSSSL) (570), La Mecque fut envahie par le roi abyssin du Yémen, Abraha : il avait lancé ses éléphants contre la Kaâba dans l’intention de la détruire, mais des oiseaux les bombardèrent de pierres.  
Les Mecquois s’opposèrent au Prophète qui dut, avec ses partisans, se réfugier à Médine. Plus tard, la ville fut prise et on débarrassa la Kaâba de ses idoles. Les rites du pèlerinage furent islamisés.


M. A. Haddadou
mahaddadou@hotmail.com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER