Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Interprétation des rêves

L’origine des prénoms employés en Algérie

Youssef

Youssef est un prénom masculin bien connu de l’onomastique algérienne. Il fait partie des prénoms d’origine biblique et se rapporte au prophète Joseph, l’un des fils du prophète Jacob (en arabe Yaâkoub). Le nom, d’origine sémitique, est, en hébreu, Yasaf, rapporté au verbe asaf “ajouter (en arabe, la même racine a donné adaf), le nom signifierait que Dieu ajoute”, le prophète Joseph étant le onzième fils de Jacob qui a eu après lui un autre fils, Benjamin (Ben Yamin). Toute une sourate du Coran est consacrée à Joseph. Une variante targuie de Youssef est Yassif. Poète kabyle du XVII-XVIIIe siècles, c’est, selon Mouloud Mammeri, le plus ancien poète kabyle connu. Le même auteur a déjà reproduit des extraits de son œuvre dans Poèmes kabyles anciens. Né vers 1680 à Aït Gouaret, il appartenait à la tribu des Ath Jennad, de Grande Kabylie. Cavalier poète, ainsi qu’il a été décrit, il sillonnait la Kabylie, récitant des poèmes, participant aux joutes oratoires, ces concours de poèsie organisés au cours de certaines cérémonies, comme les mariages. Il joua aussi un rôle de médiateur : selon la tradition, son intervention avait empêché une guerre, au cours d’un conflit, entre sa tribu et une tribu voisine. “Son expérience ne dépasse pas le cadre somme toute restreint d’une vie tribale, dont l’horizon le plus lointain est représenté par l’État deylical d’Alger, ou plutôt ses agents locaux. Son génie, sa maîtrise du verbe dans une société où le verbe est primordial, sa condition de poète qui fait de lui un intermédiaire privilégié et quasi fonctionnel le désignent tout naturellement pour les relations “internationales”, non seulement de son groupe, les Ath Jennad, mais éventuellement des groupes voisins” (M. Mammeri). On a supposé encore, à cause de certains accents guerriers de sa poésie, qu’il aurait lui-même combattu pour défendre sa tribu : il serait devenu une force qui a presque mis fin aux velléités turques qui usèrent de tous les subterfuges pour pénétrer la région des Ath Jennad. Youssef U-Qasi serait mort vers 1747. Véritable légende, la tradition populaire l’investit du prestige des saints. À sa mort, raconte-t-on, on l’enterra en cachette de peur qu’on enlève sa dépouille. Son tombeau se trouve à Aït Gouaret, dans la commune de Timizar (Tizi Ouzou)..

M. A. Haddadou
mahaddadou@hotmail.com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER