Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
La nouvelle de Yasmina Hanane Dimanche, 16 Septembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

L’amour perdu 25e partie

Par : Yasmine HANANE

Résumé : Ayant assez plaisanté, les deux amis revinrent à la réalité. Nassim avoue vouloir prendre femme car, enfin, il venait de rencontrer celle dont il avait toujours rêvé. Yacine et Sara tentent de l’aider à la conquérir. Pour cela, la jeune femme lui propose de l’inviter à prendre le thé chez eux. Nassim semble hésitant… Il lui faut encore du temps.

Deux jours passent. Un soir, alors que Sara était occupée à préparer le dîner, on sonne à la porte. Elle s’empresse d’aller ouvrir tout en espérant que ce soit Yacine.
- Salut, lance une voix joviale.
- Oh ! salut… Salut Nassim… Je pensais que c’était mon mari…
- Ce n’est que moi…
Il l’embrasse sur les deux joues :
- Tu vas bien Sara ?
- Oui ça va… Entre donc.
- J’aimerais bien… Mais si Yacine n’est pas encore là, je pourrais revenir plus tard.
- Allons donc…. tu n’es pas un étranger Nassim. Viens t’installer au salon. Yacine ne tardera pas à rentrer.
- Il rentre tous les jours aussi tard ?
- Cela dépend de sa clientèle. Il y a, comme cela, des jours où il est retenu par son travail.
Elle le précède au salon et met la télé :
- Je te sers quelque chose ? un café ? un jus… ?
- Ce que tu voudras Sara… Je ne suis pas sensé passer ce soir, mais comme je dois repartir en Europe dans deux jours, j’ai pensé à venir vous faire mes adieux…
- Des adieux… ? Pourquoi dis-tu cela… ? Ce n’est peut-être qu’un “au revoir et à bientôt”.
Nassim toussote :
- J’aurais aimé m’installer définitivement dans mon pays.
- Qu’est-ce qui t’en empêche ?
Nassim la regarde mais ne répondit pas. Il s’approche de la bibliothèque, et se met à parcours les titres des livres alignés sur les rayonnages. Il passe une main caressante sur une encyclopédie, puis se saisit d’une revue qu’il se met à feuilleter. Sara se sentit mal à l’aise  tout à coup. Elle s’esquive pour se rendre dans la cuisine, où elle éteint le feu sous la marmite qui bouillait et qu’elle avait presque oubliée. Elle prend une bouteille de jus d’orange dans le réfrigérateur, dépose deux verres sur un plateau et retourne au salon.
Nassim se tenait toujours devant la bibliothèque. Il lui prend le plateau des mains et le dépose sur la table basse avant de remplir les verres :
- Assieds-toi Sara… J’aimerais t’avouer quelque chose. Je pense que le moment est bien choisi… Ce que je vais te dire ne concerne que nous deux.
Sara sursaute. Que voulait-il dire par là… ?
Nassim vint s’asseoir auprès d’elle et se met à la contempler. Elle baisse les yeux et se met à jouer avec son verre. Une gêne s’installe entre eux. La télé diffusait un documentaire sur la musique universelle et des airs classiques emplirent l’atmosphère. Le jeune homme s’approche de Sara, qui tente de s’éloigner de lui. Mais il lui prend la main et la porte à ses lèvres :
- Sara … Oh Sara ! Si tu savais…
- Je dois savoir quoi au juste Nassim ? Lance-t-elle d’une voix craintive tout en tentant de se relever.
Mais il retint sa main et l’oblige à se rasseoir.
- Je ne sais pas où tu veux en venir Nassim… mais Yacine ne va pas tarder à rentrer…
- Raison de plus pour profiter de ces précieux moments où nous sommes encore seuls.
- Pour… pourquoi… Que veux-tu dire par là ?
Pour toute réponse, Nassim approche ses lèvres des siennes et se met à l’embrasser. Elle est prise au dépourvu mais ne tenta ni de crier ni de le repousser, et encore moins de lui résister. Surprise par sa propre réaction, elle se laisse aller contre lui. Il resserra son étreinte et se met à lui caresser les cheveux, avant de lui chuchoter à l’oreille :
- Je n’ai jamais apprécié une femme dans ma vie autant que toi Sara… Je ne savais pas que le l’amour pouvait me foudroyer ainsi au moment où je ne m’y attendais pas et surtout dans la maison d’un ami qui m’est très cher. Je suis honteux de moi-même… Honteux pour nous deux…. Sara se détache de lui et s’éloigne comme si elle venait de se rendre compte que ce qu’elle venait de faire n’était pas correct. Elle porte une main à sa bouche et s’écrie :
- Qu’avons-nous fait Nassim ?
- Rien de mal ma chérie… Nous nous aimons… Nous nous apprécions….
- Mais je suis mariée… Je suis la femme de ton ami.
- Et c’est ça qui me chagrine. Pourquoi… pourquoi ne t-ai-je pas rencontrée plus tôt Sara ?
Elle hausse les épaules et se met à se ronger un ongle :
- Ce que nous venons de faire n’est pas du tout correct Nassim… Je t’ai ouvert ma porte, je t’ai reçu, et voila que…


(À suivre)
Y. H.

 
DIlem
DILEM DU 20 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos