Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
La nouvelle de Yasmina Hanane Samedi, 01 Mars 2014 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Les oranges amères 54e partie

Par : Yasmine HANANE

Résumé : Alors que Hassen racontait sa rencontre avec Camélia, cette dernière faisait de grands pas dans sa chambre d’hôtel. Elle portait dans son ventre un enfant conçu dans des circonstances inattendues… L’avortement ne l’arrangeait pas… Elle voulait garder le bébé… Elle pense mettre Hassen au courant et accepter de devenir sa femme… C’était la seule solution qui restait.

Omar soupire :
-Je… Je ne sais quoi te dire là-dessus… Je t’ai aimée plus qu’aucun autre homme ne pourra t’aimer… J’étais prêt à décrocher la lune pour te rendre heureuse Camélia… Je ne sais pas si ce Hassen t’aime réellement.
-L’avenir nous le dira Omar…  Heu… Je n’aimerais pas que maman soit au courant de quoi que ce soit… J’aimerais que tu gardes le secret sur mon état.
-Tu me prends donc pour un enfant Camélia ?
-Excuse-moi. Excuse-moi Omar… Je ne doute pas de toi… Je… Je voulais juste…  
Elle se prend la tête entre les mains et se remet à pleurer. Il s’approche alors d’elle et la prend dans ses bras :
-Ne pleure pas… Je n’aime pas te voir pleurer Camélia…  
-Je ne sais plus quoi faire Omar… Je perds les pédales…  
-Nous allons affronter ensemble cette épreuve…  Je vais tenter de retrouver Hassen et lui parler. Cela te va ?
-Tu feras ça  ?
-Je ferais bien plus pour toi… Je n’aime pas te voir malheureuse.
-Merci Omar. Je ne sais pas ce que j’aurais fais sans toi ici à Paris…  
-On n’en parle plus… Nous allons rentrer dans deux jours. Nous verrons ensuite ce qu’il y a lieu de faire.
-Bien Omar… Je te fais confiance…  
L’avion venait d’atterrir. Un soleil resplendissant illuminait la ville… Elle était loin derrière eux, la grisaille de Paris. Omar précède Camélia pour récupérer les bagages, et cette dernière prend congé de Youcef qui devait tout d’abord se rendre à la rédaction avant de rentrer chez lui.
Omar revint avec le chariot à bagage, et ils purent rentrer directement à la maison.
Camélia se sentait malade. Le voyage l’avait fatiguée, et depuis le matin, elle était sujette à des nausées.
-Repose-toi. Je repasserais en fin de journée…  Tu n’auras qu’à dormir jusque-là…  
-Merci Omar… Je… je t’attendrais… Tu viendras dîner avec nous, n’est-ce pas ?
-Sûrement…
Il quitte les lieux et Camélia court à sa fenêtre pour jeter un coup d’œil au cabinet médical.
Elle est déçue de constater qu’il était toujours fermé. Hassen avait déserté les lieux…  
Elle décroche son téléphone et forme son numéro. Rien non plus de ce côté-là… Son appareil était-il en dérangement ou tout comme elle l’avait fait, Hassen avait tout bonnement changé de numéro.
Elle se pince les lèvres. Cet homme s’était payé sa tête… Elle avait cru en lui et en son amour… Il s’était moqué de ses sentiments et l’avait séduite, avant de l’abandonner.
Elle était enceinte !  
Elle reconnu tout de même qu’elle l’avait rabroué, et avait refusé de répondre à ses appels.
Elle s’affale sur son lit, et ferme les yeux. Son estomac se soulevait, elle avait envie de vomir…  Elle se relève et court vers la salle de bain pour se soulager.
Sa mère la rejoint :
-Tu ne te sens pas bien Camélia ?
-Heu… oui, le voyage m’a fatiguée… Je… je vais dormir un peu.
-Tu veux une tisane ?
L’idée de se rendre dans la cuisine pour prendre une tisane lui soulève encore l’estomac… Les odeurs culinaires qui se dégageaient la rendaient malade…  Elle secoue sa tête :
-Non maman, je ne peux rien avaler pour le moment … Je veux juste me reposer.
Elle retourne dans sa chambre et, épuisée par les émotions, elle s’endort pour ne se réveiller qu’au crépuscule.
Omar était repassé. Elle l’entendait discuter dans la cuisine avec sa mère. Que pouvait-il donc lui raconter ?
Elle se lève et se sentit encore nauséeuse, mais beaucoup moins que dans la matinée.
-Ah ! te voici enfin, s’écrie sa mère, je pensais que tu n’allais pas te réveiller.
-Elle est fatiguée, ma tante, lance Omar qui avait remarqué, à l’air abattu de sa cousine, qu’elle n’avait pas pu contacter Hassen.
-Tu as bien dormi Camélia ?
-Oui. Assez bien… Je me sens mieux ce soir.
-Tant mieux… Je… j’espère qu’on passera une bonne soirée.


(À suivre)
Y. H. 

 

Commentaires 

 
#2 Aqaba 02-03-2014 15:47
mdrrrr, on reconnait bien là que ce n'est qu'une fiction...
 
 
#1 anita 01-03-2014 10:16
omar n'est pas algérien forcément on se croirait dans les feux de l'amour mon dieu... aucun algérien ne réagirait ainsi pas meme un algérien amoureux l'algérien est doux et amoureux quand on touche pas à son amour propre enfin yasmine....
 
DIlem
DILEM DU 30 SEPTEMBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos