Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
La nouvelle de Yasmina Hanane Dimanche, 23 Mars 2014 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Les oranges amères 70e partie

Par : Yasmine HANANE

Résumé :  Après le choc de ses retrouvailles avec Hassen, Camélia revient à la réalité. Cet homme ne savait pas qu’il avait une fille, et Doria ne savait pas qu’il était son père. La jeune femme ne savait plus quoi faire… Elle ne pouvait pas cacher cette vérité… Elle discute avec Omar qui l’exhorte à tout dévoiler…

Omar secoue sa tête :
- Mais ce n’était pas le cas… La preuve est là… Toute fraîche… Vos chemins se sont recroisés.
- D’accord… Seulement, cet homme ne compte plus pour moi… J’ai fait ma vie… Je suis heureuse avec toi, Omar… Nous avons réussi dans nos carrières respectives, et  nous avons élevé Doria et lui avions donné une très bonne éducation… Hassen, maintenant, fait partie d’un passé que je voulais oublier. Hélas ! On dirait que le destin veut encore nous malmener…
- Eh bien, je suis sûr que Hassen t’aime encore profondément… Hier, alors que tu venais de perdre connaissance, j’ai cru qu’il allait te prendre dans ses bras, et t’emporter très loin du reste du monde… Il s’est démené pour te donner les premiers soins, et a même rappelé deux heures plus tard pour avoir des nouvelles.
- Oui… Il est très consciencieux dans son métier… Je n’aimerais pourtant pas qu’il réveille en moi des sentiments que j’ai enfouis au fin fond de mon âme. Je… j’ai Doria et je t’ai toi. Je ne veux plus rien d’autre et surtout pas ressusciter un passé que j’ai enterré.
- Mais il y a encore une trace de ce passé entre vous… Il y a Doria, ne l’oublies pas.
Elle se tut et sembla réfléchir, avant de demander :
- Ne pourrait-on pas empêcher Doria d’être mêlée à toute cette histoire ?
- Comment ? De quelle manière vas-tu lui interdire d’épouser Aimed ? Et puis, Hassen est en droit de savoir que Doria est sa fille et la sœur de son fils.
- D’accord… Je… je vais tout leur raconter… Mais si Doria se relève du choc que cette vérité ne manquera pas de  provoquer en elle, elle risque de nous en vouloir pour le restant de nos jours… Une autre torture…
- Tu veux insinuer que Hassen et Aimed auront le privilège d’apprendre la vérité et pas elle ?
Elle secoue la tête :
- C’est juste une éventualité… Je veux éviter la souffrance à ma fille.
- En l’empêchant d’épouser l’homme qu’elle aime sans lui en donner les raisons ?
- Heu… Je pense que Aimed est un garçon très intelligent… Il saura s’éloigner d’elle, sans trop la faire souffrir.
- Et tu crois que Hassen va se taire sur cette éventualité ?
Il pousse un long soupir :
- Non, Camélia. Tu n’y es pas du tout… Hassen ne te pardonnera pas de l’avoir éloigné des années durant de sa fille… Maintenant qu’il la retrouve, tu crois qu’il va vouloir encore la perdre ? Bien au contraire, il va tenter plutôt de rattraper le temps perdu… Camélia, je te proposerais plutôt d’inviter Hassen et Aimed et de tout leur raconter en présence de notre fille bien sûr… Ce sera un mauvais quart d’heure à passer pour nous tous, mais je t’assure que c’est la meilleure solution à adopter dans cette situation complexe. Doria sera choquée, je serai malheureux, Hassen ne s’en remettra pas, et Aimed apprendra une réalité qu’il n’avait jamais soupçonnée.
Camélia se tient encore la tête :
- Aurais-je le courage d’aller jusqu’au bout pour dévoiler la vérité à chacun ?
- Il le faudra, ma chérie. Quelle que soit la douleur, la guérison viendra plus tard. On ne fait jamais d’omelette sans casser les œufs. Et puis je serai à tes côtés… Je t’insufflerais ce courage… Il va falloir affronter sérieusement les choses. L’heure de vérité a sonné, Camélia… Personne ne peut fuir la vérité, car elle ressurgit toujours au moment où on l’attend le moins.
- Bien. Alors fais comme tu veux… Prends les choses en main et invite Hassen et Aimed à la maison. Moi je ne pourrais jamais le faire.
- Je m’en chargerais. Doria ne va pas tarder à revenir… Je ne sais pas si nous devrions la mettre au courant tout de suite.
- Non… Non je t’en prie, pas tout de suite… Je suis effondrée, Omar ; effondrée et épuisée…  Et puis je ne sais pas comment elle va réagir à toutes ces révélations. Peut-être qu’elle sera prise d’un malaise tout comme moi, hier… Je préfère donc qu’elle apprenne tout, en présence des autres… Là au moins nous aurons un médecin, qui n’est autre que son père, qui pourra la prendre en charge au cas où ça tournerait mal pour elle…
- Et pour lui donc ?
Camélia battit l’air de ses mains :
- Epargne-moi tout ça, Omar, du moins jusqu'à nouvel ordre.
- Bien, ma chérie. Et maintenant te sens-tu assez forte pour te rendre au boulot, ou bien préfères-tu prendre une journée et te prélasser à la maison ?
- Je ne pourrais même pas penser au boulot… Mon cerveau refuse de réagir à autre chose qu’à cette calamité qui me tombe sur la tête… Je vais attendre Doria… Elle déjeunera sûrement à la maison aujourd’hui… Je vais tenter de préparer rapidement quelque chose. Il ne faut pas qu’elle se doute de quoi que ce soit.
- Parfait… Me permets-tu donc de m’esquiver, on m’attend au bureau pour une réunion… Je vais tâcher de rentrer plus tôt que d’habitude.
- Bien sûr, Omar, et merci pour tout. Je ne sais pas ce que je serai devenue sans toi.

(À suivre) Y. H.

 
DIlem
DILEM DU 01ier OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos