Scroll To Top
FLASH
  • Chutes de neige: plusieurs routes bloquées à Batna (gendarmerie nationale)
  • Dix nouveaux décès dus au coronavirus MERS ont été enregistrés en une semaine en Arabie saoudite (Agences)
  • Avalanches en Afghanistan: le bilan atteint plus de 250 morts (officiel)
  • Plus de 25.000 égyptiens ont quitté la Libye (officiel) 
  • Tunisie: treize terroristes, dont 5 femmes arrêtés à Kasserine (agence) 
  • Corée du Sud: quatre morts dans une fusillade   

L’Algérie profonde / Actualités

L’Algérie profonde

Plus de 100 000 élèves rejoindront demain les bancs de l’école

La rentrée scolaire 2014-2015 dans la wilaya de Ghardaïa verra, selon les prévisions de la direction de l’éducation, 101 839 élèves, dont 49 000 filles, rejoindre les bancs de l’école. Pour ce qui est des inscrits en première année scolaire et préscolaire, ils seront au nombre de 5318. Concernant les infrastructures scolaires, la wilaya de Ghardaïa comptera, cette année, 270 établissements scolaires, dont 5 nouvelles écoles primaires, 5 nouveaux collèges et 5 nouveaux lycées qui ouvriront leurs portes à l’occasion de la prochaine rentrée scolaire.
Néanmoins, les défis resteront tout de même de taille, notamment à Ghardaïa. Cependant, outre la crainte de surpeuplement des classes en dépit des 4863 enseignants, dont 180 nouveaux postes budgétaires alloués cette année à la wilaya, le déficit en matière de ressources humaines suscite des craintes, particulièrement chez les parents d’élèves. C’est le grand rush sur les libraires à Ghardaïa. Entre manuels, cartables, livres, cahiers, tabliers, etc., les listes des fournitures sont de plus en plus longues. A chaque rentrée des classes, à Ghardaïa, c’est une ambiance spécifique qui règne dans la ville.
Les librairies et les magasins de vente en gros sont prises d’assaut par les parents munis de longues listes de fournitures (manuels, cartables, cahiers, trousses, stylos, ardoise, etc.) et souvent accompagnés de leurs enfants qui n’hésitent pas à choisir ce qu’il y a de meilleur et de plus cher. “J’essaie de répondre aux envies de mes enfants, mais les prix ne cessent d’augmenter, en sus des factures d’eau et d’électricité qui s’abattent au même moment, ce qui m’oblige à prendre seulement le nécessaire”, précise Si Brahim, père de six enfants scolarisés. En effet, les frais de scolarité sont toujours aussi lourds pour les bourses des parents, que les enfants soient inscrits dans l’enseignement public ou privé. Pour les familles dont les revenus ne permettent pas d’investir des sommes élevées dans les fournitures scolaires, elles ont souvent recours aux bouquinistes du quartier, qui mettent à la disposition des acheteurs des livres d’occasion à des prix plus ou moins abordables. Concernant la disponibilité des manuels, qui préoccupe chaque année les parents, un grossiste affirme que le marché est bien approvisionné et que les parents n’ont aujourd’hui que l’embarras du choix. Pour ce qui est des prix, le patron de cet établissement commercial précise que “contrairement aux produits locaux, dont les prix sont restés stables, les produits importés ont connu, cette année, une hausse des prix qui varie de 5 à 10%, due, essentiellement, à la flambée des prix des matières premières”.