Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Magazine

Yakouren (Tizi Ouzou)

Des habitants de Chebel sous la menace de rochers

L’instruction du chef de daïra adressée, le 10 janvier 2009, au président de l’APC de Yakouren pour la prise en charge des habitations exposées “à un réel danger de chute de rochers” à Maâfa, une localité du village de Chebel dans la commune de Yakouren, 48 km à l’est de Tizi Ouzou, semble renvoyée aux calendes grecques. Le problème constitue toujours une menace sur les habitants, qui en appellent aux plus hautes autorités du pays pour prendre des mesures urgentes afin d’éviter d’éventuels drames en cas de glissement de terrain. Khaled Mouchache, représentant des habitants, dit avoir “interpellé le ministre de l’Intérieur le 8 novembre 2014, mais notre doléance est restée lettre morte. Aucune suite ne nous a été donnée quant à ce dossier appuyé de photos et d’un PV de constat établi par un huissier de justice.” Père de trois filles en bas âge vivant dans une mansarde, notre interlocuteur vit la peur au ventre et imagine le pire scénario d’être enterrés, lui et sa famille, vivants sous les grosses pierres qui risquent de s’écrouler à tout moment sur son toit. Désespéré d’être recasé, Khaled relate avec amertume son expérience personnelle. “J’ai épuisé toutes les voies de recours. Suite à une lettre de doléance que je lui avais adressée, le wali de Tizi Ouzou avait, en décembre 2014, demandé au chef de daïra d’Azazga de réexaminer mon dossier de demande de logement et de prendre toutes les dispositions nécessaires en conformité avec  la réglementation régissant l’attribution de logements publics locatifs, cependant rien n’a été fait jusqu’à présent. La vie dans une zone classée rouge depuis 2008 par une commission de daïra composée de représentants de la subdivision des services du logement et des équipements publics, de la Protection civile et de l’APC de Yakouren, importe peu à ce commis de l’État qui excelle dans l’art des promesses sans lendemain”, se lamente-t-il en regrettant le fait que sa situation et celle des habitants qui risquent de subir le même sort, n’ont jamais été prises au sérieux par les commissions d’enquête et d’attribution engagées par la daïra, malgré les cris d’alarme lancés à maintes reprises et le tocsin sonné par le comité de village de Chebel en janvier 2013 via une déclaration, dont une copie a été même remise à l’un des postulants pour étoffer son dossier de demande de logement.

RABAH KARECHE


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER