Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Magazine

Afghanistan

L'artisanat, sauvé de l'oubli, veut inspirer en Syrie

Arraché de justesse aux ruines et à l'amnésie, le savoir-faire des artisans afghans se perpétue aujourd'hui au cœur du vieux Kaboul, dans un caravansérail sauvé du désastre : ce rare succès d'une reconstruction avortée doit être bientôt réédité au profit d'artisans syriens. Dans un océan de frustrations et de projets humanitaires mal aboutis, 16 ans après la fin du régime taliban, les ateliers de céramique, menuiserie, calligraphie et d'orfèvrerie de l'institut Turquoise Mountain (TM) perpétuent le meilleur de l'Afghanistan, réputé pour ses artisans depuis la nuit des temps sur la stratégique “Route de la Soie”. 

Il s'en est fallu d'un cheveu pour qu'ils ne disparaissent au fil des conflits qui minent le pays depuis 40 ans. Un sort tristement partagé par les artisans syriens qui fuient leur pays et bénéficieront bientôt de l'expérience afghane en Jordanie et au Liban. Tout a commencé avec la réhabilitation en 2006 du plus vieux quartier de Kaboul, Mourad Khani, raconte Abdul Wahid Khalili, directeur de l'institut qui forme la relève. Ce projet, initié par le diplomate britannique Rory Stewart (actuel membre du gouvernement de Theresa May) et son ONG, la Fondation Turquoise Mountain, et parrainé notamment par le prince Charles, le British Council et USAid (coopération américaine), a mobilisé jusqu'à 5000 artisans. 
“Quand nous avons démarré, il restait très peu d'artisans à Kaboul. La plupart avaient fui le pays ou abandonné leur secteur”, se souvient M. Khalili. “On a commencé avec ceux qu'on connaissait.” 

Retrouver les vieux maîtres
Ces pionniers arpentent les villes, frappent aux portes dans les villages pour retrouver les maîtres, leurs élèves et les enrôler sur le chantier.  
“L'idée était de conduire la réhabilitation du lieu, abandonné aux ordures et de former en même temps la nouvelle génération”, reprend M. Khalili. L'institut emploie aujourd'hui trente maîtres afghans, parfois eux-mêmes formés ici avant de transmettre à leur tour leur art, du jali, les dentelles de bois ajouré, aux tressages d'argent arachnéens des bijoux malela, l'une des six techniques d'orfèvrerie traditionnelles. Wakil Abdul Aqi Ahmani, 64 ans, vieux maître en blouse et barbe grises, fut l'un de ces pères fondateurs. Les fenêtres ouvertes sur les rosiers, dans la cour, il enseigne aux garçons, penchés sur leurs panneaux de cèdre et de noyer, l'art du jali et des bois sculptés du Nouristan, région perchée au nord-est dans les montagnes de l'Hindu Kush. Son fils de 35 ans, Massoud, qui fut son premier élève, a succédé au dernier maître de la spécialité, Abdul Hadi. Pour intégrer l'institut, la sélection est impitoyable. Plus de 500 candidats chaque année, affirme M. Khalili, une cinquantaine retenus, filles et garçons. Outre des tests de culture générale et des entretiens, ils doivent réaliser un travail dans leur spécialité (céramique, menuiserie, orfèvrerie,  calligraphie et miniatures). 
“Ils ont appris au bazar, dans les échoppes ou en famille. Mais ils ne sont pas vraiment professionnels”, explique Abasin Bahand, chargé des évaluations. “Tout le monde peut tenter sa chance.” Les trois ans de formation sont gratuits, les étudiants sont nourris, logés s'ils viennent de province et perçoivent 20 dollars d'allocation mensuelle pour leurs transports. 
Et ils sortent avec une double certification, afghane et britannique. “80% de nos diplômés ont lancé leur propre affaire ou travaillent et vivent de leur spécialité”, affirme Nathan Stroupe, le directeur de la Fondation TM  pour l'Afghanistan.  

Kaboul, Londres, Amman 
Les menuisiers et les bijoutiers sont ceux qui réussissent le mieux sur le marché. Parmi les premiers, d'anciens élèves ont décoré des palaces à Londres et aux Emirats, et des bijoutiers ont reçu des commandes pour la New York Fashion Week. 
“Nous avons un programme d'incubation d'entreprise pour les soutenir et les accompagner pendant trois ans”, explique le directeur de la fondation. Mais l'essentiel est ailleurs. “L'objectif initial était de sauver et de préserver cet héritage, certains des artisans qu'on a retrouvés au bazar avaient travaillé pour le roi” Mohammed Zaher Shah, déposé en 1973, reprend Nathan Stroupe. 
Il était temps. “On a déjà beaucoup perdu”, avoue M. Khalili. “Plus personne ne travaille le cuivre ni le bronze. Pour l'art du jali et les bois nouristanis, nous avons eu des maîtres qui étaient les derniers et ils sont morts ; si nous n'avions pas agi, leur art aurait disparu.” “Il faut désormais restituer (ces savoirs) aux communautés, sinon on va les perdre à nouveau.” La fondation veut aujourd'hui rééditer l'aventure avec la Syrie en guerre, menacée d'amnésie par l'hémorragie de ses talents. “On a déjà rencontré des artisans syriens en Jordanie”, rapporte Scott Riddle, directeur du projet qui démarrera officiellement en septembre. “Certains autour d'Amman ont réussi à remonter de petits ateliers. Nous menons aussi des recherches dans le camp de réfugiés d'Azraq, dans le désert au nord-est du pays.” 
Après la Jordanie, TM compte poursuivre dès 2018 avec les artisans réfugiés au Liban.        


Anne Chaon (AFP)


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER