Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Magazine

La 5e édition s’est ouverte jeudi au village Sahel

Tizi Ouzou : des invités de 6 wilayas à la Fête de la figue de Barbarie

Le village Sahel, dans la commune de Bouzeguen, à une soixantaine de kilomètres au sud-est de la wilaya de Tizi Ouzou, vit depuis jeudi au rythme de la 5e édition de la Fête régionale de la figue de Barbarie.
Une cinquantaine de participants représentant une dizaine de métiers de l’artisanat, ainsi que certains acteurs de la vie économique, en plus des associations culturelles prennent part à cette manifestation qui se poursuivra aujourd’hui encore.
Une ambiance festive a régné durant toute la journée de jeudi au village Sahel, qui a assuré un accueil particulier aux invités venus d’au moins six wilayas : Béjaïa, Tébessa, Boumerdès, Bouira, Souk Ahras et Tizi Ouzou, a-t-on appris de Djaoui Lounès, président du festival. Développer la culture de la figue de Barbarie et en faire une activité économique qui contribuera à promouvoir l’agriculture de montagne, une des alternatives du développement local, est l’objectif de ce festival qui prend de l’ampleur au fil des années et devient un rendez-vous incontournable au niveau local.
Ayant donné le coup d’envoi de la manifestation, le président de l’APW de Tizi Ouzou a mis le point sur la nécessité d’encourager l’agriculture de montagne à travers le développement des activités existantes dans les villages, à l’instar de la figue de Barbarie dont la production a connu un recul ces dernières années, a-t-il constaté. Le chef de cabinet du wali a expliqué, de son côté, que cette filière pourra contribuer à la création d’emplois, non seulement à travers sa culture mais aussi par la création d’unités industrielles de transformation de ce produit du terroir, connu pour ses valeurs nutritives.
Il a invité les chercheurs et les académiciens à effectuer des recherches dans le but de trouver “une nouvelle appellation à la figue de Barbarie ou akermous en tamazight”, estimant que le nom accordé par les colons français à ce fruit “ne convient plus, la région étant habitée par des Berbères fiers de leurs origines et non des barbares”, a-t-il soutenu. Après l’ouverture officielle de l’événement, le village a vibré au rythme d’un mariage traditionnel organisé par l’association féminine de la localité qui a sillonné les ruelles depuis la stèle des martyrs jusqu’à la placette Tajmaât, où se tiennent des expositions des différents produits de l’artisanat et du fruit qui a donné son nom au festival. Les festivités se poursuivront avec des conférences sur le développement de cette filière agricole locale et le tourisme solidaire ainsi que sur les bienfaits de la figue de Barbarie et d’autres thèmes liés aux traditions et au patrimoine local.
Des tournois sportifs dans différentes disciplines sont aussi au menu de cette édition, en plus de jeux éducatifs pour enfants, un défilé de mode, un concours de chorale et des soirées théâtrales, a-t-on appris des organisateurs.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER