Économie / Management

Lu pour vous

Revue “Amenhis”

La revue Amenhis pour l’aménagement et l’histoire a consacré la une de son dernier n°54 des mois de mars/avril 2015, au ksar Mougheul de Béchar. Ce ksar fait partie de la multitude des ksour parsemant la vaste vallée qu’irrigue l’oued Saoura. Sa fondation remonte à une quarantaine d’années avant l’avènement de l’islam. Ksar Mougheul se caractérise par une architecture d’ensemble marquée par la rudesse du climat caractérisant cette région d’Algérie et le milieu dans lequel il est bâti, érigé à quelque 900 m d’altitude dans une zone couverte par d’imposantes dunes. Cette photo du ksar Mougheul qui illustre la une de la publication ouvre le sujet consacré au patrimoine national. La revue évoque, d’ailleurs, les sept perles de l’Algérie inscrites au patrimoine mondial, à l’image de La Casbah d’Alger, de Qal’aa Béni Hammad et la vallée du M’zab. L’équipe d’Amenhis nous conduit ensuite à l’Est, et plus précisément, à la ville millénaire de Mila. Présente dans l’histoire de l’Algérie depuis l’antiquité, Mila abrite dans ses murs un grand nombre de vestiges témoins des différentes époques historiques qu’elle a connues. Toujours au registre du patrimoine mondial, Amenhis propose à ses lecteurs une immersion dans la ville yéménite de Sanaa. Vieille de 2 500 ans, cette cité a joué un rôle majeur dans l’histoire du Yémen et du monde arabe et islamique. Avec ses 106 mosquées, ses 12 hammams et ses 6 500 maisons, Sanaa est associée aux civilisations de la Bible et du Coran. Concernant le dossier de cette édition, la revue bimestrielle s’est intéressée à l’économie algérienne. Dans le dossier de ce numéro, intitulé “Dégringolade du prix du brut : ce ne sont pas les incertitudes qui manquent”, Amenhis tente un bref tour d’horizon sur différents paramètres plus ou moins sensibles de l’économie nationale touchés par la situation induite par la chute brutale et continue du prix du brut. Il a donc été question de la chute des cours du pétrole et de ses incidences sur les projets du quinquennat et du rappel à l’ordre du FMI concernant les dépenses publiques. Selon les rédacteurs du dossier, l’Algérie fait face à un certain nombre de défis, à court et moyen termes. Il est donc normal, selon eux, que, dans ce contexte, cela nécessite plus de rationalité dans les investissements et que l’argent soit bien investi dans ce qui permettra de créer de la croissance. Enfin, en supplément, la revue propose aux lecteurs 8 plans de maisons individuelles signés par M’hamed Sahraoui.