Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Omnisports

Boxe

Mordjan sauve la mise

Le noble art algérien n’a pas brillé aux Jeux de la solidarité islamique de Bakou car, avec une seule médaille de bronze, le bilan est loin d’être reluisant. Un constat amer pour une discipline qui jadis était la pourvoyeuse de médailles dans les différents tournois internationaux ou continentaux. Nos pugilistes sont passés complètement à côté de leur sujet à Bakou, même s’il faut dire que l’entraîneur national Brahim Bedjaoui a pris avec lui à Bakou une équipe très jeune composée de neuf pugilistes, les champions d’Algérie de leurs catégories respectives. Le manque d’expérience a été fatal à ces jeunes pugilistes, surtout que la plupart sont tombés sur des champions de leurs catégories, à l’image des Kazakhs, des Aziri, des Ouzbeks, etc. Néanmoins, un seul pugiliste s’est distingué aux Jeux de la solidarité islamique de Bakou, en l’occurrence Oussama Mordjan. Ce dernier est parvenu à se qualifier en demi-finale en disposant facilement de son adversaire du Kirghizstan assurant au passage une médaille de bronze. Le pugiliste algérien aurait pu atteindre la finale, s’il n’avait pas déclaré forfait pour le combat de la demi-finale face à un boxeur aziri à cause d’une blessure à l’épaule contractée la veille de ce combat. “Nous avons engagé les champions d’Algérie aux Jeux de la solidarité islamique (9 pugilistes). C’est des jeunes athlètes où la moyenne d’âge ne dépasse pas les vingt ans. Donc, ce n’était pas facile pour eux de boxer face à des pugilistes de niveau mondial. Ce qui explique qu’ils sont sortis tous aux tours préliminaires, excepté Oussama Mordjan qui est parvenu à décrocher une médaille de bronze. Figurez-vous que le niveau de la compétition de boxe était très élevé. Les Aziris et les Ouzbeks sont les champions de la discipline. Néanmoins, dans l’ensemble, je n’ai rien à reprocher à mes athlètes qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Il ne fallait pas s’attendre à un miracle, car déjà l’équipe nationale ne s’est pas préparée convenablement pour ce tournoi islamique. De plus, nous n’avons pas été épargnés par les arbitres qui ont saboté quatre de nos pugilistes qui méritaient de gagner leur combat”, a précisé l’entraîneur national Brahim Bedjaoui, qui a tenté de nous donner une analyse sur la participation algérienne à la 4e édition des Jeux de la solidarité islamique de Bakou.

S. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER