Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Célébration de la Journée des personnes aux besoins spécifiques

Plus de 16 000 recensées à Relizane

© D.R.

Plusieurs activités en l’honneur des personnes aux besoins spécifiques ont été programmées par la direction de l’action sociale et de la solidarité et le mouvement associatif. 

Ces activités ont consisté en la remise d’appareillage orthopédique et d’accessoires (chaises roulantes, béquilles, poussettes…), l’exposition des travaux manuels réalisés par les élèves et pensionnaires des différents établissements spécialisés sous tutelle et les établissements spécialisés agréés ainsi que les différents dispositifs de l’État en faveur des personnes handicapées. Plusieurs autres activités culturelles et sportives ont été animées par la même occasion par les élèves des établissements spécialisés sous tutelle et ceux du mouvement associatif qui se sont soldées par la remise de cadeaux et de médailles aux lauréats. 
En effet, cette frange de la société souffre d'une multitude de difficultés qui l'empêchent de s'intégrer pleinement dans son environnement, tant familial que social. La communauté des personnes aux besoins spécifiques ne cesse d'augmenter dans la wilaya de Relizane. Pas moins de 16 303 cas sont recensés dans cette wilaya, selon la directrice de l'action sociale (DAS), Ould Ahmed Djamila, qui s'exprimait hier lors de la célébration de la Journée universelle des personnes aux besoins spécifiques. L’insuffisance de l'allocation mensuelle étatique qui leur est accordée par la DAS et l'absence d'accès aux administrations et édifices publics, notamment pour les handicapés moteurs, sont quelques-unes des difficultés qui pénalisent cette communauté. 
En effet, selon l'un d'eux, l'allocation mensuelle accordée par l'État est de 10 000 DA, une somme qualifiée de dérisoire, étant donné leurs besoins en médicaments et en produits d'hygiène sanitaire. “Nous remercions la DAS pour les efforts qu'elle fait à notre profit, mais, franchement, les 10 000 DA mensuels me suffisent juste pour l'achat des couches hygiéniques”, nous dira une handicapée. L'autre problème dénoncé à cette occasion n’est autre que l'absence d'accès et de passages pour handicapés dans les administrations publiques. “Les édifices publics sont inaccessibles par les escaliers pour les personnes se déplaçant en fauteuil roulant. Et même quand on réussit à atteindre les locaux d'une administration donnée, les bureaux sont démunis de guichets de notre hauteur, nous qui ne pouvons pas nous lever”, expliquera notre interlocuteur. 
 

E. Yacine



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER