Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Caisse de garantie des crédits d’investissement

Un nouveau produit de garantie financière en débat à Oran

Le CPA fait partie des six banques publiques qui détiennent 40% du capital social de la CGCI. © D.R.

Le directeur général de la caisse a évoqué l’importance de cibler les TPE qui représentent 90% de la PME algérienne.

La Caisse de garantie des crédits d’investissement-PME (CGCI) a organisé, lundi à l’hôtel Le Méridien d’Oran, une journée d’étude pour vulgariser un nouveau produit de garantie financière qui permettra de couvrir les risques spécifiques aux très petites entreprises (TPE). Cette journée a surtout regroupé des cadres et responsables du réseau bancaire du CPA, qui a été choisie par la CGCI pour la délégation de décision. Le CPA fait partie des six banques publiques qui détiennent 40% du capital social de la CGCI, les 60% restants appartenant au Trésor public. C’est le directeur général de la CGCI, Ammar Daoudi, qui, lors d’une allocution, a évoqué l’importance de cibler les TPE qui représentent 90% de la PME algérienne, alors que seulement 5% de ces TPE ont recours aux crédits : “Notre démarche s’inscrit dans la ligne droite de la politique des pouvoirs publics qui ont encore demandé qu’on se déploie, qu’on se décentralise pour nous rapprocher de nos agences pour être plus près des entreprises.” Néanmoins, beaucoup de choses ne semblent pas parfaites, comme l’a souligné M. Daoudi, qui regrette que seulement 300 dossiers par an de demande de garantie sont enregistrés. “C’est faible par rapport aux capacités de garantie financière que nous avons, les crédits sont couverts”, et d’ajouter que la conjoncture actuelle fait que les banques manquent de liquidités. Durant la journée d’étude, le DG de la CGCI a encore demandé à ce que les délais de traitement soit raccourcis, souhaitant plus de célérité dans le traitement des dossiers et améliorer l’accueil des chefs d’entreprise. L’orateur rappellera, pour conclure, les trois facteurs importants qui permettront la réussite de ce produit de garantie pour les TPE : maîtriser le dispositif, simplifier les procédures au maximum et afficher la volonté d’indemniser un sinistre pour rassurer le client. À noter que le CPA, qui aura cette délégation de décision, est actuellement avec la Banque mondiale pour un programme devant l’aider à parfaire le traitement et la prise en charge des dossiers entre PME et TPE.


D. LOUKIL

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER