Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Ligne ferroviaire Oran-Arzew

“Une aire de jeux” pour les enfants

À la sortie de l’école, les élèves de la localité de Sidi-Mâarouf, rattachée à la commune de Sidi-Chahmi (Oran), ont fini par inventer un divertissement inédit, en faisant une escapade de quelques minutes à bord du train de voyageurs Oran/Arzew. En effet, ce moyen de transport est pris d’assaut quotidiennement  par  des centaines d’apprenants,  et ce durant l’arrêt dudit convoi de chemin de fer à la station ferroviaire de Sidi Chahmi. En ces lieux, les  élèves déchaînés, montent à bord du train et descendent  au prochain arrêt de Sidi-Maârouf, se trouvant moins de deux kilomètres plus loin. Durant le trajet, ces enfants créent une vraie pagaille à l’intérieur des quatre wagons de banlieue, occupés partiellement pas les voyageurs et ce au vu de l’agent contrôleur, qui ne peut rien devant ces groupes d’adolescents excités à l’extrême, qui transforment ce train en un véritable terrain de jeu. Les uns, jouent aux acrobates en s’agrippant aux anneaux et autres barres, fixés sur les voutes des wagons. Les autres, courent dans tous les sens, en se bousculant ou se penchent, à l’extérieur des fenêtres et des portières entrouvertes. L’embarquement de ces écoliers prend un temps assez long, provoquant le retard du train en question, qui se remet à rouler dans ce tronçon ferroviaire à moins de 10 km/h et ce dans le but d’éviter tout accident. Au moment de l’arrêt, la foule impressionnante d’enfants saute des wagons en lançant des cailloux en direction du train, comme pour le remercier de sa générosité. Ces scènes se déroulent de manière journalière sans qu’on sache si les agents de la SNTF ont signalé cette anomalie ou non. Doit-on attendre qu’un malheur survienne,  pour bouger ?
La  solution privilégiée pour la SNTF, n'est autre que  le changement de l'horaire de circulation dudit train, pour ne pas coïncider  avec la sortie des élèves de leurs établissements scolaires.


ARIBI MOKHTAR.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER