Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Secteur de la santé à Oued Djema (Relizane)

Une couverture sanitaire défaillante

Les structures sanitaires manquent de moyens et de personnel qualifié. © D. R.

L’absence de médecins spécialistes est perçue comme un cauchemar par les patients, et ne manquant pas de préciser qu’il est temps non seulement de tout revoir mais de doter cette partie de la région. 

Bien que l’État ait débloqué des sommes faramineuses pour équiper les structures du secteur de la santé en moyens humains et matériels dans la wilaya de Relizane en vue d’améliorer les prestations hospitalières, certaines n’ont jamais vu le jour. À cet effet, le secteur sanitaire de la commune d’Oued Djemaâ souffre de l’absence d’infrastructures suffisamment équipées. 

Les quelques centres de santé ou salles de soins existants, comme l’Établissement hospitalier public de proximité Djilali-Liabès du chef-lieu de commune et les centres de soins d’Oued Djemaâ ne disposent pas des moyens leur permettant de mener à bien leur mission. Le champ d’activités de ces structures s’étend vers les villages limitrophes et même à ceux du chef-lieu de la wilaya de Relizane, ce qui nécessite plus de moyens pour assurer une meilleure médication de proximité.

Mais la couverture sanitaire de la population dénote un déficit aussi bien matériel qu’humain, selon un document transmis à la Direction de la santé et de la population et de la réforme hospitalière de la wilaya dont une copie a été transmise à notre rédaction. Ce qui rend le transfert des malades vers l’hôpital de H’madna ou l’EPH de proximité de Zemmoura quasi automatique.

L’absence de spécialistes est perçue comme un cauchemar chez les patients, ne manquant pas de préciser qu’il est temps non seulement de tout revoir mais de doter cette partie de la région de spécialistes tels qu’un gynécologue, un neurologue... pour mettre en exergue le problème de la prise en charge des patients dans les différentes structures sanitaires de la wilaya, qui ne répondent pas aux attentes des populations. 

Les structures sont sans moyens, scanners et radios, en rupture de médicaments, avec un personnel non qualifié et souvent absent, un accueil des plus exécrables, outre des consultations à la va-vite où l’on fait passer les malades à la chaîne. L’hygiène des lieux laisse à désirer, des gobelets et des bouteilles en plastique traînent partout et des bancs sont vandalisés, des saletés jetées dans les couloirs. 

Le service est débordé par le flux des patients venus de toute la commune d’Oued Djemaâ, mais aussi des communes limitrophes, car encore plus dépourvues. La question de la sécurité des personnels des hôpitaux et polycliniques se pose avec acuité, au vu des agressions enregistrées contre lesquelles jusqu’à présent aucune mesure concrète n’a été prise, rapporte ledit document. 
 

E. Yacine

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER