Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

L’Algérie profonde

Une décharge sauvage en plein Arzew

©D. R.

Les habitants des cités Ahmed-Zabana et Khalifat-Ben-Mahmoud dénoncent avec vigueur les jets d’ordures tous azimuts sur le lit d’un ancien oued se trouvant à proximité de leurs deux cités, qui se trouve être le prolongement de la forêt de Sidi Moussa. À ce sujet, les riverains affirment souffrir d’émanations toxiques se dégageant de ladite décharge illégale, qui s’est constituée au fil des années, devant le laisser-aller des services de l’urbanisme, habilités à réprimer ce genre de dépassement. En effet, il ne se passe pas un jour sans que des transporteurs sans foi ni loi ne viennent décharger leurs cargaisons de déchets solides ou ménagers dans ce recoin de la ville, obstruant le chenal des eaux pluviales de l’oued en question.
Ils déplorent la présence de cet immense dépotoir, devenu à la longue un refuge pour les chiens errants, les rongeurs et les serpents, sans parler des autres insectes. Malgré la saisie à maintes reprises du service d’hygiène, qui reste  spectateur, les camionneurs continuent toujours de larguer leurs immondices au su et vu des autorités. “Pourtant c’est simple, le transporteur pris en flagrant délit de déchargement illicite se voit saisir son véhicule et traîner devant la justice”, suggérera un riverain. Les services de l’environnement et des forêts, censés protéger le milieu naturel, doivent sévir pour sauver ce qui pourrait être sauvé de ce bois, et les habitants craignent également un départ de feu à partir de cette décharge sauvage qui pourrait anéantir la forêt de Sidi Moussa. La sonnette d’alarme est tirée.

ARIBI MOKHTAR


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER