Un chef terroriste éliminé dans la région de Tizi-Ouzou (MDN)Conflit sud-soudanais: reprise des négociations de paix en EthiopieL'ONU appuie l'Algérie dans son rôle de médiation pour la paix en Libye et au MaliPour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Première semaine Dimanche, 15 Avril 2012 22:17 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

PAROLES DE CAMPAGNE(1iere semaine)

Par : Rédaction Nationale

Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), 21.04.2012 à Naama : « quand nous parlons de renouvellement, nous ne faisons aucunement allusion à la rupture entre les générations. »

Abdallah Djaballah, président du Front de la justice et du développement (FJD), 21.04.2012 à Djelfa : « le FJD aspire à améliorer les domaines politique, économique et social et promouvoir les secteurs de l'éducation nationale, la communication, la sécurité, la défense et les affaires étrangères. »

Sofiane Djillali, président du parti Jil Jadid, 21.04.2012 à Bejaia : « l'espoir peut naitre. Il y a quelque chose qui pointe à l'horizon. »

Tahar Ben Baibèche, président du parti El Fedjr El Djedid, 21.04.2012 à Djelfa : « nous devons nous inspirer de notre glorieux passé pour construire un avenir digne dessacrifices des martyrs. »

Hamana Boucherma, coordinateur général du Parti des jeunes (PJ), 21.04.2012 à Skikda : «ce scrutin sera une précieuse occasion et un rendez-vous historique pour améliorer vos conditions et vous devez la saisir sinon les choses empireront davantage. »

Abdelkader Merbah, président du Rassemblement patriotique républicain (RPR), 21.04.2012 à Djelfa : « notre parti, qui a subi la marginalisation, revient sur la scène politique pour construire. »

Aissa Belhadi, secrétaire général du Front de la bonne gouvernance (FBG), 21.04.2012 à Sidi Bel-Abbes : « le scrutin ne doit pas se faire pour des intérêts personnels. »

Badreddine Belbaz, secrétaire général du parti Ennour El Djazaïri, 21.04.2012 à M'sila : « nous ne sommes pas de ceux qui appellent à démolir pour tout et recommencer à zéro, mais nous voulons poursuivre la marche et traiter les défauts et lacunes. »

Driss Khoudir, président du Parti républicain progressiste (PRP), 21.04.2012 à Annaba : « le pays a énormément besoin, dans la phase actuelle, de ses cerveaux parmi les jeunes, capables d'apporter un plus à la gestion et à la conduite des affaires du peuple. »

Belkacem Sahli, secrétaire général de l'Alliance nationale républicaine (ANR), 21.04.2012 à Ain Temouchent : « 50 ans après lÆindépendance, il est temps pour les jeunes de prendre le flambeau et diriger le pays. Le pays dispose de jeunes intègres, probes, cultivés, plaçant l'intérêt collectif en tête de leurs préoccupations et capables de contribuer à l'édification d'une république moderne. »

Mohamed Zerrouki, président du Front national pour les libertés (FNL), 21.04.2012 à Bechar: « l'Algérie sortira vainqueur des prochaines élections législatives. »

Mahmoud Rachedi, secrétaire général du Parti socialiste des travailleurs (PST), 21.04.2012 à Tlemcen : « toutefois, nous avons décidé d'entrer dans ces élections afin de consacrer les règles du parti et construire l'avenir, réclamer l'égalité dans les droits sociaux et les libertés fondamentales et lutter contre toutes les formes d'esclavage, d'exploitation et de discrimination. »

Salim Khelfa, président du Parti de la jeunesse démocratique (PJD), 21.04.2012 à Constantine : « soyez au rendez-vous de cette étape historique de la même manière que vous l'avez fait à chaque fois que le pays a eu besoin de vous pour défendre son drapeau. »

Djamel Abdessalam, président du Front de l'Algérie nouvelle (FAN), 21.04.2012 à Bouira : « tous les problèmes des Algériens trouveront leur solution dans l'édification d'un Etat algérien fort.

Ali Laskri, premier secrétaire national du parti du Front des forces socialistes (FFS), 21.04.2012 à Tizi Ouzou : « la sécurité et la paix doivent être consolidées et renforcées pour encourager le retour de l'investissement dans notre pays. »

Ali Zeghdoud, président du Rassemblement algérien (RA), 21.04.2012 à Tizi-Ouzou : « le RA est pour le respect du choix du peuple, seul maître de décision dans tout scrutin, car il y va de la reconstruction de l'unité nationale, seule garante de la stabilité du pays et du renforcement de ses acquis sur les doubles plans interne et externe. »

Amara Benyounes, président du Mouvement populaire algérien (MPA), 21.04.2012 à Djelfa : « il est plus que jamais nécessaire de revoir le problème du logement en Algérie. »

Omar Bouacha, président du Mouvement El Infitah (ME),21.04.2012 à Oran : « de par sa position géo-stratégique et la richesse de ses ressources, l'Algérie n'est pas à l'abri des convoitises américano-européennes qui ont amené à la situation conflictuelle qui prévaut aujourd'hui dans certains pays arabes.

Rachid Hallat, candidat tête de liste de Tizi Ouzou du Front des forces socialistes (FFS), 21.04.2012 à Alger : « ce régime est corrompu et essaie de corrompre la population. Nous devons l’affronter pacifiquement car il a la maîtrise de la violence. »

Salim Khelfa, président du Parti des jeunes démocrates (PJD), 21.04.2012 à Oum El Bouaghi : « notre parti est un espace politique ouvert aux jeunes convaincus de la nécessité du changement et du caractère impératif de l’édification d’un État fort et juste ayant pour référence les valeurs intrinsèques du peuple et de son histoire. »

Youcef Hamidi, président du Parti national algérien (PNA), 21.04.2012 à Constantine : « Dieu ne change en rien l’état d’une nation, tant que ses membres ne changent pas de mentalité. »

Abdelamadjid Menasra, président du Front du changement (FC), 21.04.2012 à Mostaganem : « le pouvoir veut un parlement mosaïque, faible et incapable de contrôler et demander des comptes. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), 21.04.2012 à Constantine : « notre Révolution nous l'avons faite en novembre 1954 et notre printemps c'est l'Algérie. »

Abdelaziz Ghermoul, président du Mouvement des nationalistes libres (MNL), 21.04.2012 à Ain Temouchent : « nous devons nous dresser comme l'ont fait nos aînés, le 1er novembre 1954, pour concrétiser cet objectif par la voie pacifique et démocratique des urnes. »





Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), 20.04.2012 à Ghardaia : « ceux qui glorifient le colonialisme ne veulent pas d'une Algérie forte. »

Belkacem Sahli, secrétaire général du parti de l'Alliance nationale républicaine (ANR), 20.04.2012 à Skikda : « l'Algérie a les ressources mais manque de politiciens disposant d'une vision claire, et de l'engagement qui travaillent pour l'intérêt général du peuple et non pas le leur. »

Abdelamadjid Menasra, président du Front du changement (FC), 20.04.2012 à Aïn Témouchent : « si cette volonté du changement est respectée, l'Algérie donnera naissance à sa deuxième République. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), 20.04.2012 à Guelma : « je ne dis pas qu'il faille revenir au socialisme, mais je maintiens que les entreprises locales qui ont périclité, ont été victimes, elles et leurs travailleurs, de pratiques malsaines de gestion. »

Khaled Bounedjma, président du Front national pour la justice sociale (FNJS), 20.04.2012 à Alger : « le casier judiciaire est devenu un obstacle pour trouver un emploi, obtenir des papiers administratifs, et bénéficier du financement de l'ANSEJ. Cette situation pousse les repris de justice qui se sentent rejeté par la société vers les fléaux sociaux. »

Mohand Oussaid Belaid, président du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), 20.04.2012 à Laghouat : « les électeurs du PLJ rendront pour leur part des comptes avant la fin de leurs mandats parlementaires. »

Ali Boukhezna, président du Mouvement de l'entente nationale (MEN), 20.04.2012 à Batna : « donnez vos voix à qui vous voulez mais sachez que votre participation avec force accordera le crédit nécessaire à ces élections pour sa probité, dont les garanties ont été apportées. »

Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), 20.04.2012 à Annaba : « nous voulons construire un Etat républicain et démocratique conforme aux principes du 1er novembre 1954. »

Omar Bouacha, président du mouvement "Infitah", 20.04.2012 à Mostaganem : « les élections du 10 mai conduiraient à une nouvelle carte géopolitique en Algérie et à un nouveau parlement devant adopter une nouvelle constitution et instituera une nouvelle république algérienne. »

Mohamed Cherif Taleb, président du Parti national de solidarité et de développement (PNSD), 20.04.2012 à Tlemcen : « il est temps de développer les énergies solaires, éoliennes et autres sources qui peuvent mettre le pays à l’abri du besoin lorsque la production pétrolière sera en baisse. »

Ali-Faouzi Rebaïne, président du parti Ahd 54, 20.04.2012 à Bejaia : « je ne ressens pas la volonté préfigurant d'un changement politique. »

Noureddine Bahbouh, secrétaire général de l'Union des forces démocratiques et sociales (UFDS), 20.04.2012 à Alger : « je n'ai pas le pouvoir aujourd'hui. Mais si nous avons des députés dans la futur assemblé, ils défendront avec acharnement le citoyen, interpelleront les ministres du gouvernement pour que les (gens) puissent enfin vivre dans la décence. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), 20.04.2012 à Skikda : « le RND n'a pas adopté l'islam comme programme politique, car la religion musulmane fait partie de notre identité. »

Abdelaziz Belaid, président du Front El Moustakbal (FM), 20.04.2012 à Médéa : « notre participation à ces élections vise à asseoir notre présence au parlement, pour l'élaboration d'une constitution qui refléterait et traduirait dans les faits les aspirations et les attentes des jeunes. »




Omar Bouacha, président du mouvement "El Infitah", 19.04.2012 à Relizane : « pourquoi on entend parler de nombreuses affaires de détournement de deniers publics et non de procès de leurs auteurs. »

Abdallah Djaballah, président du Front de la justice et du développement (FJD), 19.04.2012 à Mostaganem : « donnez vos voix au FJD pour le doter d'un pouvoir de décision et lui permettre de concrétiser son projet prometteur. »

Abdelmadjid Menasra, président du Front du changement (FJ), 19.04.2012 à Bouira : « les prochaines élections sont une occasion que le peuple se doit de saisir pour réaliser un changement porteur d’espoir, et qui se fera grâce aux programmes nouveaux que présenteront les partis. »

Ali-Faouzi Rebaïne, président du parti Ahd 54, 19.04.2012 à Batna : « nous sommes contre le système des quotas et la fraude qui a atteint des dimensions records. »

Mohand Oussaid Belaid, président du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), 19.04.2012 à Boumerdes : « la compétence, un niveau intellectuel respectable, l’intégrité, l’abnégation, le respect de l’engagement politique et autres vertus immunisant le député contre l’égoïsme et le mettant au service de la patrie. »

Louiza Hanoune, secrétaire générale du parti des travailleurs (PT), 19.04.2012 à Mila : « l’heure de la rupture avec toutes les formes d’anarchie, d’exploitation, de dépassements, de corruption et de fragilité sociale est arrivée. »

Mohamed Benhamou, président du Parti El-Karama, 19.04.2012 à Mostaganem : « les partis doivent laisser leurs différences de côté et s'unir pour faire échec aux ennemis de l'Algérie. »

Tahar Benbaïbeche, président du parti El Fedjr El Djadid, 19.04.2012 à batna : « ce que nous avons vécu au cours des dernières années, qui ont vu des mains algériennes exécuter des complots fomentés à l'étranger, ne peut pas être oublié. »

Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid, 19.04.2012 à Oran : « il est inacceptable que les éventuels tricheurs qui jouent avec la représentativité nationale aient une immunité absolue. »

Khaled Bounedjma, président du Front national pour la justice sociale (FNJS), 19.04.2012 à Naâma : « il faut opter pour des personnes en mesure, a-t-il dit, de contribuer à l’édification d’une Algérie forte, basée sur la justice sociale, et fidèle au message des martyrs. »

Naima Salhi, présidente du Parti de l'équité et de la proclamation (PEP),19.04.2012 à à Tlemcen : « la famille algérienne jouit de ses propres composantes et n'a besoin que de l'amélioration de ses conditions de vie. »

Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), 19.04.2012 à Tébessa : « si nous ne nous rendons pas aux urnes, nous abandonnerons notre sort aux barons de la rente et aux tenants du pouvoir. »

Abdelaziz Ghermoul, président du Mouvement des nationalistes libres (MNL), 19.04.2012 à Alger : « le parti misait beaucoup sur la liste électorale de la wilaya d’Alger où il a présenté ses meilleurs cadres pour les prochaines législatives. Le rejet de cette liste a été voulu par l’administration, qui aura tout fait pour l’éliminer. »

Djamel Benabdeslam, président du Front de l’Algérie nouvelle (FAN), 19.04.2012 à Skikda : « il n’est pas admissible que les pays européens disposent de cadres formés en Algérie. »

Mohand Amokrane Cherifi, président du comité éthique du Front des Forces socialistes (FFS), 19.04.2012 à Alger : « il ne faut pas que la société ou l’économie reçoivent des décisions d’en haut, qui leur soient imposées sans qu’ils aient à donner leurs points de vue sur les retombées de ces actes de gestion. »

Abdallah Djaballah, président du Front de la justice et du développement (FJD), 19.04.2012 à Ain Temouchent : « l’Algérie assurera sa sécurité alimentaire et exportera les surplus assurant des entrées importantes en devises fortes. »

Amara Benyounes, président du Mouvement populaire algérien (MPA), 19.04.2012 à Mascara : « le MPA prône la libéralisation de l’économie nationale et rejette toute approche collectiviste et socialisante. »

Abdelamadjid Menasra, président du Front du changement (FC), 19.04.2012 à Relizane : « les élections législatives prochaines offrent une opportunité à ne pas rater pour opérer le changement tel que souhaité par le peuple. »

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT), 19.04.2012 à Jijel : « notre programme est le mieux indiqué pour répondre aux aspirations du peuple algérien. »

Mohand Oussaid Belaid, président du Parti pour la liberté et la justice (PLJ), 19.04.2012 à Blida : « les prochaines élections sont très importantes dans la mesure où la future APN mettra en place la nouvelle constitution du pays. »

Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), 19.04.2012 à Jijel : « tous attendent de voir si le pays y parviendra de façon pacifique et par les urnes. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), 19.04.2012 à Souk Ahras : « n’avez-vous pas le sentiment que le colonialisme ancien tente de revenir sous d’autres habits, attiré par l’odeur des richesses naturelles ? »




Khaled Bounedjma, président du Front national pour la justice sociale (FNJS), 18.04.2012 à Chlef : « malheureusement, la situation dans laquelle se trouvent nos jeunes à travers l’ensemble du territoire national est catastrophique. Non seulement les pouvoirs publics n’ont absolument rien fait pour eux, mais aussi les programmes de plusieurs partis politiques ne comportent aucun mécanisme, ni une quelconque solution au désastre qui n’arrête toujours pas de les ronger. Allez voir dans l’Algérie profonde comment les jeunes sombrent dans la misère, dans l’oubli et dans le calvaire de la pauvreté ! Pourtant, ce sont les jeunes, aujourd’hui chouhada, qui ont libéré le pays du colonialisme. Alors que de nos jours, nous sommes tous ainsi que notre jeunesse entièrement opprimés par nos responsables et nos élus dans tous les domaines. »

Abdelkader Merbah, président du Rassemblement patriotique républicain (RPR), 18.04.2012 à Constantine : « il règne un climat malsain en politique dans ce pays depuis quelques années, chose qui a conduit aux problèmes économiques et sociaux que nous vivons. Le peuple n’a d’autre choix que de s’exprimer par la violence. Nous étions un parti d’opposition et maintenant que j’ai vu une volonté du président de la République à vouloir changer les choses, j’ai décidé de soutenir son programme. »

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), 18.04.2012 à Medea : « en dépit des mesures salutaires et encourageantes prises par le chef de l’Etat, en matière notamment de revalorisation des salaires, de nombreuses catégories de la société ont été oubliées et abandonnées à leurs sorts. »

Tahar Benbaïbeche, secrétaire général du parti Fedjr El Djadid, 18.04.2012 à Annaba : « il n’existe aucune autre alternative que les élections pour aspirer à un changement qui réponde aux attentes du peuple. »

Aissa Belhadi, secrétaire général du Front de la bonne gouvernance (FBG), 18.04.2012 à M'sila : « les voix hostiles à l’Algérie se manifestant à l’étranger. »

Abdellah Djaballah, président du Front de la justice et du développement (FJD), 18.04.2012 à Tlemcen : « les fonds de la Zakat collectés auprès des riches doivent être dépensés dans la prise en charge des pauvres et les nécessiteux, dans la construction d'équipements sociaux, éducatifs et dans l’octroi de bourses aux étudiants nécessiteux. »

Moussa Touati, du front national algérien (FNA), 18.04.2012 à Setif : « il était temps pour le peuple algérien d'exercer sa souveraineté, de réaliser le changement et de construire une véritable démocratie. »

Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), 18.04.2012 à Mascara : « grâce à Dieu, nous jouissons aujourd'hui des bienfaits de la sécurité, alors qu'il y a quelques années, les algériens craignaient les déplacements la nuit, même au sein d'une même ville. »

Mohamed Benhamou, président du parti El Karama, 18.04.2012 à Bechar : « notre pays a rendez vous, le 10 mai, avec la légitimité constitutionnelle qui permettra l'émergence d'un nouveau paysage politique. »

Mohamed Guemache, représentant du Front de l’Algérie nouvelle (FAN), 18.04.2012 sur la Chaîne III de la Radio nationale : « Il faut revoir toutes les copies et réfléchir ensemble. Les Algériens, abstraction faite de leur appartenance politique, peuvent imposer le changement radical. Cela dit, lorsqu’on fait de l’opposition, il faut être positif. Nous avons des acquis, comme le droit au logement et à la santé publique et la démocratisation de l’enseignement. Il faut préserver et défendre ces acquis. Il se pourrait qu’une APN s’installe et remette en cause ces acquis. »

Hassan Boulatika, représentant du Parti du renouveau algérien (PRA), 18.04.2012 sur la Chaîne III de la Radio nationale : « l’anarchie n’a jamais rien apporté. Nous estimons que depuis de longues années, autant de doutes et de confusion ont jonché le chemin de la démocratie. Il faut remettre au peuple algérien ce qui lui appartient à travers le droit, la justice et l’égalité. On nous a suffisamment entendus, mais pas écoutés. Le PRA, c’est le petit rêve algérien. Et nous invitons l’ensemble des Algériens à partager ce rêve. »




Bouguerra Soltani, président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), 17.04.2012 à Skikda : « si vous ne votez pas, on votera à votre place et ce sera la porte ouverte à l'anarchie. »

Abdelkader Merbah, président du Rassemblement patriotique républicain (RPR), 17.04.2012 à Skikda : « juger et à punir, mais d'une manière pacifique et civilisée, tous ceux qui ont porté atteinte à l'économie du pays, bafoué les droits des Algériens et failli dans la construction d'un Etat moderne. »

Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), 17.04.2012 à Bordj Bou Arreridj : « le danger qui guette l'Algérie est d'origine locale et n'a rien à voir avec ce qui se passe dans les pays voisins. »

Ali Boukhazna,  secrétaire général du Mouvement de l'entente nationale (MEN), 17.04.2012 à  Bechar : «  la prochaine assemblée populaire nationale sera une véritable constituante qui donnera naissance à une nouvelle vision de la gestion des affaires publiques du pays, de même qu'elle constituera une étape historique dans la poursuite des réformes politiques. »

Belaid Abdelaziz, président du Front El Moustakbal (FM), 17.04.2012 à Bouira : « les jeunes ont perdu confiance, car leurs voix n'étaient pas prises en considération durant les scrutins précédents. »

Noureddine Bahbouh, secrétaire général de l'Union des forces démocratiques et sociales (UFDS), 17.04.2012 à Oum El Bouaghi : « nous devons être conscients que l'Algérie a vécu des crises qui ont menacé sa sécurité, mais nous devons également comprendre que notre pays recèle d'immenses potentialités humaines et économiques dont la gestion reste en deçà des aspirations populaires. »

Ali Laskri, premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS), 17.04.2012 à Alger : « Dieu vous demande de créer les conditions et d’agir. Il ne faut point être pessimiste. »

Tahar Benbaïbeche, secrétaire général du parti Fedjr El Djadid, 17.04.2012 à Annaba : « il n'existe aucune autre alternative que les élections pour aspirer à un changement qui réponde aux attentes du peuple. »

Aissa Belhadi, a secrétaire général du Front de la bonne gouvernance (FBG), 17.04.2012 à M'sila : « les voix hostiles à l'Algérie se manifestant à l'étranger. »

Amara Benyounes, secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), 17.04.2012 à Tipaza : « nous démentirons les pronostics entendus çà et là et nous ferons barrage au projet visant à mettre en place une république islamiste en Algérie, pour mener notre pays sur la voie de la modernité. »

Tahar Benbaïbeche, Fedjr El Djadid, 17.04.2012 à El Tarf : « un scrutin crédible sera le socle sur lequel reposera la réforme du système politique. »

Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), 17.04.2012 à Djelfa: « notre parti veut et lutte pour la restitution du pourvoir au Peuple, pour qu'il soit maître de ses décisions et ne laisse plus l'opportunité à quiconque de choisir à sa place. »

Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du parti du Front de Libération Nationale (FLN), 17.04.2012 à Bechar : « la prochaine échéance électorale diffère des précédentes, en ce sens que cette fois tout le monde attend de voir ce qui se passera le 10 mai. »

Djamel Benabdeslam, président du Front de l'Algérie nouvelle (FAN), 17.04.2012 à Souk Ahras : « des forces intérieures soutenues par des puissances étrangères œuvrent à semer le chaos dans le pays. »

Naïma Salhi, présidente du Parti de l'équité et de la proclamation (PEP), 17.04.2012 à Relizane : « tout jeune âgé de 25 ans et ayant un acte de mariage, bénéficie automatiquement d'une aide, d'un logement et d'un contrat de travail. »

Kamel Bensalem, président du Parti du renouveau algérien (PRA), 17.04.2012 à Médéa : « notre élite nationale doit reprendre la place qui lui sied dans la société et d'entretenir et préserver les acquis de la nation, afin de tourner la page de la médiocrité et du bricolage dont le pays à tant souffert ces dernières années. »

Khaled Bounedjma, président du Front national pour la justice sociale (FNJS), 17.04.2012 à Chlef : « si notre parti prône et revendique la justice sociale, c'est parce que nous nous référons aux martyrs de la Révolution qui ont payé de leur vie pour que prévale ce principe au sein toute de la société. »

Faouzi Rebaïne, président du parti Ahd 54, 17.04.2012 à Annaba : « la présence d'observateurs au lieu de superviseurs, ne garantit pas l'honnêteté et la transparence du scrutin. »

Aïssa Korichi, représentant du Front pour la justice et le développement (FJD–El Adala), 17.04.2012 sur la Chaîne III de la Radio nationale : « des spécialistes ont fait une expertise et une recherche. Ils sont arrivés à un résultat d’après lequel on peut dégager de 5 à 6 milliards de dollars. Nous allons éradiquer la pauvreté. »

Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), 17.04.2012 à Tindouf : « nous avons choisi le multipartisme et nous l'assumons à condition que les nouvelles formations apportent des alternatives et des programmes. »

Ali Feraoun, représentant du parti de l’Équité et de la Proclamation (PEP), 17.04.2012 sur la Chaîne III de la Radio nationale : « nous avons un programme détaillé qui touche tous les aspects de la vie publique. Cela va de la fiscalité aux accidents de la route. Je pense que nous arriverons à faire entendre notre voix même si nous ne faisons pas beaucoup de publicité. »




Mohamed Cherif Taleb, secrétaire général du Parti national de solidarité et de développement (PNSD), 16.04.2012 à Bechar : « notre programme électoral, dont l'axe principal est l'emploi, propose au volet économique, une troisième voie pour conforter l'économie nationale, notamment par des aides et soutiens à la libre entreprise locale et la répartition équitable de la richesse nationale. »

Naima Salhi, présidente du Parti de l'équité et de la proclamation(PEP), 16.04.2012 à Chlef : « aujourd'hui, la société est confrontée à de multiples fléaux sociaux. Outre la drogue et la harga d'autres maux comme le suicide et la violence au sein des établissements scolaires, ont pris une proportion inquiétante ces dernières années. »

Khaled Bounedjma, président du Front national pour la justice sociale (FNJS), 16.04.2012 à Boufarik : «l'Algérie est un don légué par nos valeureux chouhada, dont il convient de protéger la stabilité, par une participation massive aux prochaines élections, en mettant de côté, momentanément, les mauvaises conditions de vie du peuple algérien. »

Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), 16.04.2012 à Bechar : « les médias en Algérie progressent grâce à la réforme qui consacre la liberté de la presse. »

Ali Boukhezna, secrétaire général du Mouvement de l'entente nationale (MEN), 16.04.2012 à Ain Temouchent : « nous sommes tous des Algériens. Notre mouvement milite dans ce sens. »

Mohamed Hadef, président du Mouvement national pour l'espoir (MNE), 16.04.2012 à Bouira : « ne perdez pas espoir, car l'Algérie est votre pays et vous êtes sa richesse. De ce fait vous vous devez d'aller massivement aux urnes pour y choisir vos représentants. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), 16.04.2012 à Laghouat : « l'Algérie a été et restera à l'abri de ces turbulences pour diverses considérations, notamment l'attachement du peuple à son pays, et sa capacité à faire face à la volatilité du marché international et à offrir des emplois aux jeunes, grâce aux ressources du pays et à la sagesse du Président de la République M. Abdelaziz Bouteflika. »

Belkacem Sahli, secrétaire général de l'Alliance nationale républicaine (ANR), 16.04.2012 à M'sila : « adopter des mesures pour améliorer les prestations des secteurs de la santé, de l'éducation, de la justice et de la culture par la valorisation des ressources humaines et la formation continue. »

Noureddine Bahbouh, secrétaire général de l'Union des forces démocratiques et sociales (UFDS), 16.04.2012 à Mila : « le discours de l'Etat au sujet des réformes politiques constitue un engagement clair et sans ambiguïté que les politiques, tout comme le peuple, doivent saisir pour imposer une véritable refonte de la politique nationale. »

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), 16.04.2012 à Mostaganem : « le dernier mot revient au peuple. »

Abdelmadjid Menasra, président du Front du changement (FC), 16.04.2012 à Batna : « le temps est au peuple qui veut et non à l’administration qui décide. »

Amara Benyounès, secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), 16.04.2012 à Setif : « le printemps algérien sera celui du changement pacifique. »

Mohamed Benhamou, président du parti El Karama, 16.04.2012 à Guelma : « l’immense charge de veiller à la bonne conduite des programmes de développement des wilayas et des communes. »

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT), 16.04.2012 à Mascara : « les élections législatives vont permettre une recomposition politique au sein de l'APN. Nous espérons disposer d'une majorité issue du peuple à la future assemblée populaire pour défendre notre programme. »

Abdelaziz Ghermoul , président du Mouvement des nationalistes libres (MNL), 16.04.2012 à Laghouat : « nous avons pris l’engagement de lancer une nouvelle génération, intellectuelle et consciente des responsabilités à assumer en se mettant au service de l’Algérie, convaincus de la nécessité d’émergence de cette nouvelle élite et de promotion de la pratique politique, entachée par des certains comportements négatifs. »

Chalabia Mahdjoubi, présidente du Mouvement pour la jeunesse et la démocratie (MJD), 16.04.2012 à Oum El Bouaghi : « ne pas hésiter à se rendre en masse aux urnes pour choisir les listes du MJD dont les portes sont ouvertes à tous sans condition aucune. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND),16.04.2012 à El Bayadh : « le RND, qui n’est pas venu juste pour faire de l’opposition, entend, à la lumière de son référentiel inspiré du message du 1er novembre 1954, continuer la bataille de l’édification et de la construction, à travers sa participation aux différentes réalisations de l’Algérie. »

Noureddine Bahbouh, secrétaire général de l’Union des forces démocratiques et sociales (UFDS), 16.04.2012 à Constantine : « le secteur de l'éducation a besoin d’un diagnostic sérieux. »

Ali Boukhazna, secrétaire général du Mouvement de l’entente nationale (MEN), 16.04.2012, à Mostaganem : « les élections du 10 mai prochain seront transparentes, crédibles et honnêtes, compte tenu des garanties données par le premier magistrat du pays, le président Abdelaziz Bouteflika. »

Mohand Oussaid Belaid, président du parti de la Liberté et de la Justice (PLJ), 16.04.2012 à Alger : « je ne pense pas que les législatives 2012 sont jouées d'avance. Pour l'heure, il n'est pas question de se retirer de la course. Nous nous sommes lancés dans une bataille que nous allons mener jusqu'au bout. »

Ali Fawzi Rebaine, président du parti Ahd 54, 16.04.2012 à Constantine : « il suffit pour atteindre cet objectif d’impliquer les jeunes algériens dans le processus de développement (de leur pays) en leur offrant la possibilité de peser constamment sur les décisions prises par les responsables centraux. »

Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), 16.04.2012 à Saida : « même avec un bulletin blanc, pour éviter toute fraude. »

Mustapha Boudina, président du Mouvement des citoyens libres (MCL), 16.04.2012 sur la Chaîne III de la Radio nationale : « Il y a des responsables qui ont trop duré à leurs postes, qui passent aujourd’hui dans les entreprises et disent : donnez nous votre dossier, on va vous permaniser ! »




Soheib Bencheikh, responsable au Front Al Moustakbal (FM), 15.04.2012 sur la Chaîne III de la Radio nationale : « on n’est pas satisfait de la composante politique du pays. Nous avons constitué un parti pour proposer quelque chose de nouveau. Le peuple algérien est déprimé, déçu de l’activité politique en Algérie. Il attend de nouvelles propositions fortes et convaincantes qui relèvent son moral, au plus bas actuellement. »

Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), 15.04.2012 à Adrar: « voter pour les candidats du parti du FLN et barrer la route à ceux qui veulent que l'Algérie vive le même sort que certains pays arabes ayant subi des ingérences dans leurs affaires intérieures. »

Abdallah Djaballah, président du parti Front pour la justice et le développement (FJD), 15.04.2012 à Tissemsilt : « contribuer à la relance de l'économie nationale »

Omar Bouacha, président du Mouvement El Infitah, 15.04.2012 à Tamanrasset : « Le changement auquel aspire le peuple algérien passe par le choix de nouvelles figures, de jeunes compétences notamment. »

Ali Fawzi Rebaine, président du parti Ahd 54, 15.04.2012 à Setif : « les génération montantes doivent décider elles-mêmes de leur avenir. »

Fateh Rabiai, responsable du mouvement El Islah, 15.04.2012 à Constantine : « contribuer à opérer un changement de mœurs et de pratiques pour parvenir à l’alternance du pouvoir d’une manière démocratique, civilisée et responsable, tout en évitant au pays le spectre de l’anarchie, de l’instabilité et de l’ingérence étrangère »

Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), 15.04.2012 à Sidi Bel Abbès : « pour l'édification de l'Algérie, il faut investir dans le citoyen qui reste le pilier du pays. »

Louisa Hanoune, Secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), 15.04.2012 à Oran : « faire barrage à toute tentative de fraude, pour fermer définitivement la parenthèse des crises socio-économiques vécues jusque-là, et pour parer aux menaces exercées sur le pays par l'hégémonie du système capitaliste. »

Louisa Hanoune, Secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), 15.04.2012 à Ain Temouchent : « la participation massive (aux législatives) est à même de préserver notre pays de tous les dangers qui le guettent et des retombées de la situation prévalant dans la région. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), 15.04.2012 à Naâma : « prend en charge les aspirations des populations du Sud et des Hauts Plateaux, à travers l’impulsion de l’investissement dans ces régions, notamment au plan agro-pastoral, l’encouragement du rendement de l’élevage, et la protection des revenus des véritables producteurs. »

Khaled Bounedjma, président du Front National pour la Justice Sociale (FNJS), 15.04.2012 à Alger : « nous avons constaté que beaucoup de candidats de l'Assemblée précédente ont été élus pour représenter une wilaya ou ils ne résident même pas. Ils n'ont rencontré ses citoyens que pour les séduire en période de compagne. »

Ali Boukhazna, secrétaire général du Mouvement de l’entente nationale (MEN), 15.04.2012 à Alger : « jour historique où l'Algérie marquera une "transition de la légitimité révolutionnaire à la légitimité constitutionnelle. »

Ali Faouzi Rebaïne, président du parti Ahd 54, 15.04.2012, à Sétif : « notre parti qui mise sur les jeunes et les femmes, sera capable, grâce aux compétences qu'il réunit et à ses cadres, de changer l'actuel système qui perdure depuis 50 ans. »

Amara Benyounès, secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), 15.04.2012, à Mila : « l'enjeu est de taille, la prochaine assemblée nationale devant avoir la lourde responsabilité de voter la constitution du pays. »

Mohamed Benhamou, président du parti El Karama, 15.04.2012, à Batna : « nul n'a le droit de jouer avec l'avenir de ce pays dont les potentialités suffisent à garantir le bien-être de tous. »

Salhi Naima, présidente du Parti de l'équité et de la proclamation (PEP), 15.04.2012  à Tipaza: « faut retrousser ses manches si on veut améliorer ses conditions de vie et réaliser ses espoirs et surtout se départir du défaitisme qui touche notre jeunesse qui ne doit ni s'immoler par le feu ni périr en mer à la recherche d'un paradis imaginaire. »

Abdallah Djaballah, président du Front pour la justice et le développement (FJD), 15.04.2012 à Tissemssilt : « contribuer à la relance de l'économie nationale »

Abdelaziz Belkhadem, Secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), 15.04.2012 à Illizi : « vous êtes appelés à faire taire ceux qui parlent d'un printemps arabe et souhaitent voir l'Algérie trébucher.»

Chalabia Mahdjoubi, présidente du mouvement pour la jeunesse (MJD), 15.04.2012 à Guelma : « tirer les leçons de la situation vécue par le pays durant les années noires. »

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT), 15.04.2012 à Ain Temouchent : « cette participation massive préservera notre pays contre tous les dangers qui le guettent et les retombées des situations vécues dans la région. »

Abdelmadjid Menasra, président du Parti du changement (FC),  15.04.2012 à  Blida: « le lancement de notre campagne à partir de ce domicile symbolise notre fidélité à Cheikh Nahnah, au projet de changement pour lequel il a combattu, ainsi que la poursuite de son œuvre. »

Abdelaziz Ghermoul, président du parti le Mouvement des nationalistes libres (MNL), 15.04.2012  à Alger : « le discours de la campagne électorale du MNL, durant ces trois semaines, s’écartera des surenchères et des promesses mensongères. Notre campagne sera un travail de proximité et de sensibilisation fondé sur le dialogue entre les citoyens et les candidats»

Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid, 15.04.2012 à Alger
: «  sans une presse libre, professionnelle, autonome, objective, il ne peut pas y avoir de liberté et de démocratie»

Ahmed Benabdeslam, président du Front de l'Algérie nouvelle (FAN), 15.04.2012  à Constantine: « le temps est venu pour arrêter une démarche étudiée et réfléchie pour sauver le pays des tensions vécues actuellement dans le monde arabe»

Khaled Bounedjma, président du Front National pour la Justice Sociale (FNJS), 15.04.2012 à Tipasa: «  conscient de la lourde responsabilité qui sera la sienne pour faire rentrer son petit parti dans l'arène politique nationale dominée par des spécialistes de la politique»

Ali Boukhazna, Le président du Mouvement de l’entente nationale (MEN), 15.04.2012  à Relizane : « le pays a besoin d’une assise électorale forte et de véritables élus représentatifs à même d’assumer cette nouvelle phase. »

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), 15.04.2012 à Tlemcen : « le prochain scrutin est décisif et capital. Divers dangers guettent le pays de partout et l’impérialisme fait tout son possible pour atteindre ses objectifs.»

Chalabia Mahdjoubi, présidente du Mouvement pour la jeunesse et la démocratie (MJD), 15.04.2012 à Souk Ahras
: « le développement des wilayas frontalières est une option privilégiée pour combattre la contrebande qui gangrène notre économie. »

Mohand Oussaid Belaid, parti de la Liberté et de la Justice, 15.04.2012 à Alger
: « c’est une règle du jeu à laquelle nous nous soumettons comme tout le monde. L’opération était pénible, elle a pris beaucoup de temps, mais elle s’est déroulée dans la transparence totale. Je n’ai pas à me plaindre de cela. »

Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), 15.04.2012 à Aïn Temouchent : « le pouvoir réel doit se trouver entre les mains du peuple. »

Belkacem Sahli, secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), 15.04.2012 à Tébessa : «  les élections législatives du 10 mai prochain constituent un tournant décisif pour la création d’une République jeune, fondée sur la justice sociale.»

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement National Démocratique (RND), 15.04.2012 à Bechar
: « aucun effort ne doit être économisé pour préserver l’indépendance et l’unité nationale.»

Amara Benyounès, secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), 15.04.2012 à Mila : « l’enjeu est de taille, la prochaine assemblée nationale devant avoir la lourde responsabilité de voter la constitution du pays. »

 

Ce contenu a été verrouillé. Vous ne pouvez plus poster de commentaire.

DIlem
DILEM DU 22 SEPTEMBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Gilles Kepel au Forum de Liberté (Partie 01)
Gilles Kepel au Forum de Liberté (Partie 01)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos