Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Que sait-on?

lu pour vous

26 mai 212 Agroligne Machinisme agricole, le défi

Dans son dernier numéro de mars/avril, la revue Agroligne s’est intéressée de près au machinisme agricole en Algérie. Dans son éditorial, l’éditeur indique que “les besoins en machines agricoles, matériel de culture et d’irrigation et équipements pour l’élevage augmenteront au cours des prochaines années tandis que les surfaces irriguées devraient progresser de 50% d’ici 2014.” Ce qui fait que l’importation ou, au mieux, la production de machines et équipements agricoles est primordiale pour une relance efficace de ce secteur névralgique de l’économie. Concernant l’évolution du machinisme agricole en Algérie, il n’existe aucun chiffre précis, néanmoins, on sait que la production est faible et les moyens existants sont dérisoires. Reprenant les chiffres de Global Trade Atlas, la revue précise que les importations algériennes de machines et équipements agricoles sont passées de 122 millions d’euros en 2005 à 138 millions en 2010, soit une hausse de 13%. Elles portent essentiellement sur les moissonneuses-batteuses, les tracteurs et les machines et équipements pour l’agriculture, l’horticulture et la sylviculture. Dans le secteur de l’irrigation, la demande sera également très forte compte tenu des projets en cours. Étant donné le besoin de renouvellement du parc de tracteurs et de demande en matériel de puissance supérieure, les importations devraient augmenter, le temps que les usines algériennes se mettent à produire. En plus du machinisme agricole, Agroligne est revenue sur le salon Djazagro à travers une interview de Christophe Painvin, directeur du salon, où il affirme que toute initiative pour développer l’industrie agroalimentaire en Algérie est importante. Il rappelle que, compte tenu de la demande, il a été décidé, pour les 10 ans du salon, de lancer Djazagri, un secteur dédié au machinisme agricole. La revue a également consacré une enquête où il a été question de boissons algériennes en voie de labellisation, et des minoteries, à l’image celle de Sidi Ben Dehiba de Mostaganem. Dans sa rubrique «Où se rencontrent-ils», Agroligne dresse un tableau des différents salons consacrés au secteur de l’agroalimentaire, à l’instar du Salon international de l’alimentation et des boissons, Alimentaria 2012 à Barcelone ; du Salon international d’affaires de la filière fruits et légumes de l’Euro Méditerranée, Medfel, à perpignan, du Sispa Agrofood 2012 d’Alger et du Batatismosta 2012 de Mostaganem.