Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Que sait-on?

Liberté de la Communication

Nabni l’Algérie en béton !

Contraintes et perspectives. Réunies, ces deux notions opposées nous renvoient à l’image d’un attelage  doté de roues carrées. En effet, avoir des perspectives économiques sans pouvoir lever les contraintes bureaucratiques, entre autres, c’est comme vouloir démarrer avec le frein à main tiré.  Ça ne risque pas de nous conduire loin. Sinon,  ça risque de chauffer !

Chez-nous, les contraintes sont multiples et connues de tous. Elles sont là depuis toujours et apparemment, nul n’y peut plus rien ! Elles trônent au-dessus de tout, comme un dogme. Il serait même vain de tenter un quelconque remède contre  ces contraintes, élevées au rang de constantes nationales, héroïques guerrières contre tous les systèmes de gouvernance et toutes perspectives à venir.  Et, ne voilà-t-il pas qu’un groupe d’individus “se la ramène’’ avec, sur les bras,  100 idées de projet, toutes allant dans le sens de tordre le cou à “Dame contraintes’’. “’Nabni’’  ambitionne de reconstruire l’Algérie sur des bases solides, horizon 2020 ! À l’instar des opérateurs économiques, à travers le forum des chefs d’entreprises, les ‘’Nabniens’’ se jettent à fond dans la mêlée pour une Algérie nouvelle.

Ça sent le vécu !
Nabni 2012 est une imitative très louable.  D’abord, parce qu’elle est  l’émanation même d’une volonté citoyenne. Elle vient d’en bas. De la base. Elle engrange un vécu, le terrain, l’authenticité… elle repose sur du solide. Très louable aussi, parce qu’elle veut en découdre avec la morosité et l’immobilisme qui plombent notre pays depuis toujours. Une morosité et un immobilisme éprouvés au quotidien par les acteurs même de la vie en société. De la vraie vie. Le groupe de travail Nabni propose 100 mesures, nées d’une réflexion, d’un ressenti  et du vécu tangible de monsieur tout le monde.  
Ce sont des mesures pour le peuple… sur mesure.  Ces visions  braquées sur l’horizon 2020, pourraient effectivement ouvrir de réelles perspectives  de gouvernance à même de coller au train des ambitieuses reformes d’un Premier ministre qui regarde dans la même direction.
“Ne laissons pas les hydrocarbures devenir notre héroïne !” C’est la devise de ce groupe “électrogène’’. Economiquement, Ils ne veulent  pas que l’Algérie demeure inlassablement accro à l’or noir et au gaz. Il est grand temps, pensent-ils, de sortir de l’addiction aux hydrocarbures en diversifiant  son économie. Les potentialités existent.  
En matière d’économie, le nerf de la guerre, plus de 40 mesures à court terme, sont inscrites  dans la feuille de route de Nabni 2012. Concrètement, ça commence par la mesure n° 3 qui correspond à dix actions de facilitation des procédures de création d’entreprise. Mesure n° 5, dix autres  actions pour simplifier l’environnement réglementaire dans lequel évoluent les entreprises en activité, le renforcement et le soutien aux PME exportatrices.
On retrouve également, pêle-mêle, des mesures  telles que : n° 18 : ouvrir le droit à l’assurance chômage pour les cotisants Cnac en contrat à durée déterminée. Mesure n° 27 : éxonérer de toutes charges sociales et d’IRG pendant deux ans les nouveaux inscrits à la CNAS de moins de 35 ans.
Mesure n° 35 : mettre en place un cadre réglementaire favorable à l’essor de la grande distribution. Mesure n° 39 : mettre en place des conditions réglementaires et techniques pour le développement d’instruments de banque par téléphonie mobile, en particulier pour les citoyens non bancarisés.
Mesure n° 40 : développer l’usage des cartes de crédit et des cartes de paiement par le biais de l’autorisation du découvert bancaire et des soldes débiteurs pour les comptes personnes physiques. Mesure n° 46 : libéraliser le marché des changes pour rapprocher le taux officiel du taux de change réel. Mesure n° 67 : attribuer 4 licences 3G mobile. Mesure n° 69 : augmenter les prix de l’énergie à hauteur du taux d’inflation et accroître la différenciation de la tarification progressive par paliers pour l’électricité basse tension consommée par les ménages.
Mesure n° 89 : instaurer une transparence totale dans la gestion des recettes d’hydrocarbures, des réserves de change et du Fonds de régulation des recettes. Mesure n° 93 : créer un grand ministère de l’Economie et des Finances par la fusion des cinq ministères économiques actuels…

Nabni… c’est du solide !

Le domaine de la gouvernance et du service public n’est pas en reste. Sous l’attrayant générique, “Vivre ensemble”, des mesures à court terme, au nombre de 17, retiennent l’attention.   
Mesure n° 1 : réduire d’au moins 20% la liste des documents requis pour chacun des 20 actes administratifs les plus demandés par les citoyens.
Mesure n° 2 : numéro gratuit, et centre d’appels dédié, ainsi qu’un portail internet d’information et de réclamation pour les abus administratifs. Mesure n° 50 : interdire les actes notariés sur les transactions immobilières en liquide et réduire les droits et taxes sur ces transactions.
Mesure n° 56 : introduire une transparence totale dans l’allocation des logements et terrains industriels subventionnés par l’Etat.
Mesure n° 71 : introduire des normes en matière d’économie d’énergie dans les cahiers des charges des maîtres d’œuvre publics.   
En tout cas, ces perspectives font leur petit bonhomme de chemin… et rendez-vous pris pour le 5 juillet prochain à l’occasion de la publication finale du projet Nabni 2020.  Bon vent !


R. L.
liberterabahlarbi@hotmail.fr