Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Que sait-on?

“Perspectives”, revue du FCE

Transport maritime de marchandises : redéfinir le cap

La revue “Perspectives du Forum des chefs d’entreprises” (FCE) a consacré le dossier de son édition du 4e trimestre de l’année 2012 au transport maritime des marchandises. Intitulé “Le transport maritime : un potentiel de croissance à promouvoir”, le dossier, qui va sur 19 pages, dresse un bilan des plus exhaustifs du secteur et propose quelques pistes de réflexion pour la prise en charge du secteur maritime. En introduction au dossier, les rédacteurs écrivent que “l’Algérie ne dispose plus d’une flotte nationale de marchandises générales à la mesure de ses traditions maritimes, de sa configuration géographique, du volume et de la structure de son commerce extérieur”. Alors que 90% du commerce mondial continue de se réaliser par voie maritime, le classement tenu par le secrétariat de la Cnuced se basant sur les données de IHS Fairplay confirme l’absence de l’Algérie de cet important marché aux enjeux multiples. La Cnan gérait autrefois en total  propriété 80 navires. La Caltram, une joint-venture entre la Cnan et la Libye, avait quatre autres navires. La flotte nationale est aujourd’hui constituée de 16 navires. Dans les faits, il n’en reste, réellement, que cinq opérationnels entre l’Europe et l’Algérie, couvrant une part insignifiante du trafic de marchandises générales. Le trafic des dix ports algériens réunis atteint rarement plus de 35 millions de tonnes de marchandises générales et de 105 millions de tonnes d’hydrocarbures. Le seul port de Marseille réalise plus du double en marchandises générales. En l’absence d’un armement national digne de ce nom, les armements étrangers imposeront toujours leurs conditions, comme c’est le cas actuellement. De même que les prix pratiqués par les armateurs de lignes desservant les ports algériens sont fixés dans la plus grande liberté, sans aucune résistance ni réaction. Enfin, la revue propose des pistes de réflexion avec notamment la libéralisation de l’activité d’affrètement, le soutien de l’Etat au secteur du transport maritime, la privilégisation du pavillon national, la création de la chambre maritime et la rénovation de l’environnement réglementaire. En plus de ce dossier sur le transport maritime, la revue publie une contribution du conseiller du FCE, Mouloud Hedir, sur le marché des médicaments. Dans le document, Mouloud Hedir propose quelques mesures-phares qui peuvent contribuer fortement à atteindre l’objectif de 70% de production locale. Parmi ces mesures, on citera la rénovation de l’environnement pour soutenir un développement intensif de la fabrication du médicament en Algérie, la mise en place d’un cadre légal stable, prévisible, transparent et cohérent. Parmi les autres articles notables publiés par “Perspectives”, on retient celui relatif aux propositions du FCE au titre du projet de loi de finances 2013 et celui concernant les résultats du recensement économique qui met en relief la prédominance du secteur privé.