Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Radar / Actualités

Produits de Biocon incriminés par l’Agence européenne du médicament

L’Algérie envoie une commission d’experts en Inde

Après la diffusion de la décision de l’Agence européenne du médicament (EMA) de rejeter la demande d’enregistrement de trois médicaments fabriqués par le laboratoire indien Biocon pour non-respect des bonnes pratiques de fabrication (information donnée dans le radar de Liberté ce 10 septembre), les autorités algérienne ont décidé d’envoyer, dans les prochains jours, une commission d’experts pour inspecter le site de production en Inde, avons-nous appris auprès de la direction de la communication du MSPRH. Sur la base de ses conclusions, des décisions appropriées seront prises pour le maintien sur le marché des deux médicaments, commercialisés dans le pays, soit l’insuline Glargine et Trastuzumab, ou leur retrait.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
opinion7 le 13/09/2017 à 7h26

Mauvaises conditions de fabrication de médicaments CE N'EST PAS BIEN. Mais C'EST MOINS GRAVE que pas de médicaments du tout. Au YEMEN c'est l'ABSENCE TOTALE de médicaments à cause du blocus qui a démarré le 26 Mars 2015 (2015). Comment faire alors pour soigner femmes et enfants mutilés par les bombardements aériens par le pays "frère" voisin. Sans compter le choléra qui sévit en raison de la destruction de toutes les structures de traitement des eaux, donc destruction de la vie.

Commentaires
1 réactions