Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

‘‘L’erreur...’’

12e partie et fin

Résumé : Dans leur moment de colère et de dispute, Warda et Masilva n’ont pas remarqué que son oncle avait tout entendu à propos de Djamel. Il gronda sa fille, allant jusqu’à l’humilier. Il avait pris le parti de sa nièce.

Il ne croyait pas si bien dire. Le lendemain, elle en donnera la preuve puisqu’elle ne répondit pas au bonjour de sa cousine. Elle ne lui pardonna pas le fait que son père ait pris son parti. Pourtant, Masilva faisait tout pour sauver le peu d’amitié qui restait et que Warda voulait jeter inconsciemment en pâture !
Elle était prise au dépourvu et ne savait que faire. Elle avait beau s’adresser à elle, celle-ci daignait à peine la regarder.
Comme si ce fut un simple caprice, Warda abandonna la cuisine et reprit ses vieilles habitudes. À part s’occuper de sa propre personne, elle ne faisait rien. Elle ne voulait plus seconder son père.
Elle sortait parfois une ou deux heures au point d’inquiéter sa mère qui désapprouvait son
attitude.
-Peux-tu me dire où tu te rends ?
-Non. Je ne suis plus une enfant, lui rappela Warda. Je ne fais rien de mal. Dans peu de temps, tu n’auras plus à me surveiller !
-Je sais que tu as la tête sur les épaules ! Seulement, je voudrais bien savoir. Et je voudrais savoir pourquoi tu ne parles plus à ta cousine ? La pauvre fait de gros efforts et s’est montrée fort patiente. Normalement, c’est toi qui devrais être conciliante ! Tu devrais faire comme elle !
-Je me demande si vous ne regrettez pas de ne pas l’avoir pour fille !, s’écria Warda.
-Elle est meilleure que toi ! Tu devrais prendre exemple sur elle, dit sa mère. J’aurais été fière d’avoir une fille comme elle ! Je te donnerai un seul conseil : si tu persistes à garder ce comportement, tu risques de perdre tes amis !
Masilva avait tout fait pour que la situation ne se dégrade pas entre elles, et elle était très peinée d’entendre son oncle et sa tante raisonner Warda.
Pour elle, le malentendu appartenait au passé et elle voulait reprendre sa relation avec Warda. Elle voudrait que tout redevienne comme avant qu’elle ne parte en vacances.
Masilva vit plusieurs semaines passer sans que sa cousine revienne à de meilleurs sentiments. Aussi, Djamel n’a pas appellé une seule fois depuis son retour.
C’était la première fois que cela arrivait dans leur relation qu’ils restent sans nouvelle l’un de l’autre. Le numéro où elle avait l’habitude d’appeler était suspendu. À force d’y réfléchir, elle était convaincue que Warda avait dû médire à son sujet.
Peinée, elle se donna à fond dans son travail au point d’oublier Warda et même son entourage.
Elle ne remarqua pas que sa cousine avait fini par changer d’attitude et qu’elle s’efforçait d’être agréable avec elle. Lorsqu’elle rentrait, elle trouvait un goûter sur la table, ses vêtements lavés et repassés. Il fallut du temps pour que leur relation reprenne le ton amical.
Dans ses moments de solitude, Masilva s’efforçait à se convaincre que sa cousine avait bien agi. Grâce à elle, elle avait pu découvrir une facette de celui qu’elle avait aimé. Elle n’en voulait plus autant à sa cousine, même s’il était certain qu’elle était la cause de leur séparation. Elle n’avait fait que précipiter les choses, servir de prétexte.
Car le temps passait et elle était toujours sans nouvelle de lui. Elle se surprenait parfois à regretter d’être partie en vacances, de ne pas avoir été là quand il était revenu.
L’année suivante, elle fit connaissance avec un beau garçon qui ne demandait qu’à officialiser. Cette fois, elle ne laissa pas sa cousine l’approcher. Elle avait tiré une leçon et elle ne se faisait plus d’illusions. Warda en était peinée, mais Masilva tenait à mettre le plus de distance entre elle et son ami. Elle ne refera pas la même erreur. Elle ne la surprendra pas une seconde fois.


FIN
ADILA KATIA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Elodorah le 07/05/2016 à 10h40

Quelle Belle leçon de la vie, entre l'amour, l'amitié et la famille Faut prendre part de ses erreurs et ne pas commettre de nouveau les mêmes Merci A vous Chère Adila Merci de nous rappeler chaque valeur, et de nous rappeler cette triste réalité qu'est la jalousie et l'envie Je suis impatiente de découvrir la prochaine Prenez soin de vous et milles MERCI

Commentaires
1 réactions