Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Denia

13e partie

Résumé : Yamina les prie de rejoindre les invités au salon. Elle découvre que Lyès est le mari de Selma, et insiste pour qu’elle lui donne une nouvelle chance. Elles rejoignent ammi Ali qui racontait son arrivée à Tikjda. Quand ils parlent de partir en randonnée, Yamina propose que Aziza et Selma servent de guide.

-J’ai autre chose à faire ! Je dois ouvrir mon salon. J’ai des clientes ! Je ne peux pas m’absenter comme ça ! s’écrie Selma alors que Aziza discutait pratique avec son père.
-Tu es tout le temps enfermée dans ton salon ! Tu ne sors en ville que pour faire des achats, dit Yamina. Pars avec eux. C’est quoi une journée ? Profites-en bien !
Ammi Ali intervient, sentant que lui seul pourrait la convaincre de participer à la randonnée.
-Je les aurais bien accompagnés si je n’avais pas rendez-vous chez mon cardiologue. Ça me prendra toute la journée !
Selma soupire, se sentant acculée. Ses épaules s’affaissent.
-Incha Allah tu n’as rien, lui dit-elle. Tu dois être fatigué.
-Je l’espère aussi !
-Si vous m’excusez, je vais aller me coucher. On part à quelle heure ?
-À l’aube. On n’a pas à rentrer au chalet, on passe la nuit ici, dit Aziza. On a tout ce qu’il faut !
-N’oubliez pas la trousse à pharmacie ! leur dit ammi Ali. J’espère que vous passerez une bonne journée !
-Bonne nuit !
Si ce soir-là Aziza s’endort rapidement après s’être glissée dans son lit, Selma a toutes les peines du monde à trouver le sommeil. L’expression torturée de Lyès quand elle avait pris congé d’eux la poursuit encore et lui ôte toute envie de dormir. Elle ignore à quoi s’attendre le lendemain. Elle redoute leur tête-à-tête. Il y avait tant de questions dans son regard. Elle avait bien vu qu’il se retenait et la journée qui les attend pouvait soit les rapprocher ou monter un autre mur en plus des années passées. Qu’a-t-il dit à leur fils ? Son fils la sait vivante ou morte ? Les questions qui la torturent maintenant sont relatives au fait que sa belle-famille en ait profité pour mentir à son sujet.
Selma essaie de faire le vide dans son esprit. Elle a besoin de se reposer. Elle tente de rester immobile et de faire taire son cœur et sa conscience. La fatigue finit par avoir raison d’elle.
À 5h, le réveil sonne. Il est encore tôt, mais elles doivent vérifier les sacs à dos. Elles ont déjà participé à des randonnées avec ammi Ali. Elles savent qu’elles ne doivent prendre que le strict nécessaire.
-La trousse à pharmacie, les repas froids, un sac de couchage, énumère Aziza. Un pull en plus. Je me demande si on ne devrait pas prendre une tente ?
- Ah non, hors de question de passer la nuit dehors avec eux !
Mais Aziza la prend. Yamina s’était levée et leur avait préparé du café et des biscuits à emporter. Elle leur demande d’être prudentes. Ammi Ali est en train de prendre une douche quand elles partent.
Lyès, Mourad et Zino sont prêts. Ils les attendent dehors. Ils ne tardent pas, chacun hisse son propre sac à dos et s’engage sur une vieille piste d’un pas promeneur et régulier. Aziza en tête, suivie des jeunes hommes. Selma ferme la marche. Aziza, Mourad et Lyès discutent. Zino ne se mêle pas à la discussion.
Selma s’arrête de temps à autre pour admirer les fleurs sauvages ou contempler le magnifique paysage montagneux qui s’offrait à la vue. Elle en profitait pour prendre du recul. Elle aurait voulu être ailleurs. Devant elle, elle entend Lyès parler de Samir. Elle se tient trop loin pour tout saisir.
Le cœur serré, elle fait une halte, à l’embranchement d’une autre piste caillouteuse. Elle les rejoindrait plus tard, le temps de donner libre cours à ses larmes, de les sécher. Elle doit retrouver son calme avant de reprendre la marche.
Elle sursaute en découvrant avec stupeur qu’elle n’est pas seule. Zino l’avait rejointe et elle n’aimait pas sa façon de la regarder.


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER