Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Denia

17e partie

Résumé : Lyès lui rappelle qu’ils sont mariés, révélant qu’il n’appréciait pas le rapprochement entre Zino et elle. Il lui apprend aussi avoir laissé une somme d’argent et son adresse à sa mère pour qu’elle les rejoigne. Quand il propose de reprendre leur relation depuis le début, elle croit avoir mal entendu. Mais il est sérieux.

-Tu deviendras la risée de ta famille et du village, dit-elle. Ils diront que tu n’as pas de dignité !
-Je n’ai pas l’intention de remettre les pieds là-bas ! Je n’ai plus aucun contact avec ma famille ! C’est à cause d’elle que Samir a grandi sans sa mère ! Accepte de revenir ! Pour notre fils.
Selma n’a pas le temps de répondre. Aziza, Zino et Mourad leur font des signes, les pressant de les rejoindre. Ils reprennent la marche sur la mince piste caillouteuse. Lyès a retrouvé son visage grave.
-Selma ?
-Oui ? l’interroge-t-elle en se tournant vers lui.
-Tu y réfléchiras ?
Elle s’efforce de sourire et hoche la tête. Marchant côte à côte, ils parlent de tout et de rien. Ils n’abordent pas les sujets qui fâchent.
-Quand as-tu commencé à faire de la randonnée ? l’interroge-t-elle. Je ne te connaissais pas cette passion !
-L’année de notre mariage, j’avais travaillé à Gouraya, dans un centre de vacances. C’est aussi là-bas que j’ai participé à des randonnées. On y emmenait les enfants pour d’interminables chasses au trésor ! L’année passée, j’y ai emmené Samir pour quelques jours ! Il a adoré !
-Je te demande pardon Lyès, dit-elle d’un coup. Je me rends compte que j’ai agi sur un coup de tête ! Je ne sentais que ma douleur ! Au fil du temps, les regrets commençaient à me gâcher mes nuits ! Je nous ai causé du tort ! Je ne suis pas restée avec mon fils, avec toi ! Tu es séparé des tiens. Tant de vies bouleversées par ma faute ! J’étais jeune et stupide !
-Ça appartient au passé ! lui dit-il. Il suffit juste que tu le veuilles ! Tout ce que tu as enduré, c’était par amour pour moi ! Aujourd’hui, on est deux à attendre ton retour ! On sera deux à t’aimer, insiste-t-il. Si tu as encore des sentiments pour moi, il te sera facile de ramasser tes affaires et de partir avec moi !
-C’est vrai, je t’aimais beaucoup. Beaucoup, reconnaît-elle en rougissant. Mais le temps nous a changés !
Lyès saisit sa main et la serre fermement, pour qu’elle ne puisse pas la retirer.
-On est des adultes que la vie a rendus sages ! Mais si mes souvenirs ne me trompent pas, lorsque je rentrais à la maison, tu m’accueillais avec un sourire timide ! Ton regard était chaleureux ! Malgré toutes les misères que tu vivais, tu gardais l’espoir de jours meilleurs ! Est-ce que tu te rappelles ?
La chaleur de sa voix lui donne la chair de poule. Après tout ce temps, elle ne résistait pas à son charme. Elle n’a pas changé. Son cœur s’éveillait à leur amour. Malgré les épreuves de la vie et l’éloignement, il était encore là.
-Oui, je me rappelle, murmure-t-elle. Mais toi, tu ne m’aimais pas !
Lyès ne répond pas tout de suite, comme s’il avait du mal à contenir le flot de souvenirs qui remontait à sa mémoire.
-Je t’aimais à ma manière. Plus que tu ne peux l’imaginer ! Tu sais, je m’en voulais d’avoir profité de ton innocence, d’avoir brisé tes rêves d’adolescente ! On est entrés dans le monde des adultes sans y être préparés ! Selma, je ne vivais que pour les rares week-ends où je venais te retrouver ! Ah, si seulement tu acceptais de revenir à la maison !
Selma lui presse la main tout en soupirant. Elle se sent plus légère. Mais son cœur se serre en pensant à leur fils. Comment avait-il justifié son absence ?


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER