Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Denia

21e partie

Résumé : Selma ne cache pas à son amie ses angoisses. Que deviendra-t-elle si son fils ne l’aime pas ? Aziza s’efforce de la rassurer. Elle lui demande de prendre ces retrouvailles comme un second mariage qu’elle vivra autrement que le premier…

-Tu as eu le temps d’apprendre à tirer des leçons des erreurs du passé, dit Aziza. A toi de préserver ta famille ! Allah te donne une seconde chance ! Bats-toi pour garder ta famille !
-Oui, t’inquiète pas…
Aziza regarde par la fenêtre puis vers la pendule.
-Il ne devrait pas tarder ! Tu vois papa ce soir ou demain matin ?
-Ce soir si possible ! Il est le père que je n’ai pas eu ! Il va me manquer !
Selma sent monter des larmes et Aziza crie, la surprenant.
-Ah non ! Plus de larmes ! Ton maquillage va couler ! Lyès va fuir en te voyant !
À peine se tait-elle qu’on frappe à la porte. Aziza la gronde avant d’aller ouvrir. Elle accueille chaleureusement Lyès qui en avait profité pour se changer. Selma saisit son manteau et il s’empresse de l’aider.
-Merci…
-Ça nous ferait plaisir que tu acceptes de te joindre à nous, propose Lyès à Aziza.
-Oh non ! Vous avez besoin de vous retrouver ! Je vais aller voir papa et Yamina, réplique-t-elle. On se voit là-bas ?
-Oui, bien sûr !
-Passez une bonne soirée ! dit-elle avant d’embrasser Selma. Allez, un sourire !
Selma serre sa main. Ils partent sous le regard affectueux de son amie. Lyès lui jette un coup d’œil. Il ne cache pas son admiration.
-Tu es superbe, la complimente-t-il.
-Merci, répond-elle en rougissant alors qu’il la dévore des yeux et quand il prend sa main, elle sent ses joues s’enflammer.
-J’ai hâte de rentrer à la maison. Je suis si heureux de t’avoir retrouvée ! Imagine la joie de Samir. Je pensais l’appeler pour lui apprendre la nouvelle mais je sais qu’il ne tiendra plus en place, en attendant notre arrivée !
-Tu as raison !
Le restaurant où il a réservé la table n’est pas très loin. Dix minutes après, ils sont au chaud, dans un coin du restaurant. Ce tête-à-tête lui est pénible. Elle évite son regard. Elle peine à boire le cocktail de fruits qu’elle a commandé. Lyès a commandé du vin.
-Je ne savais pas que tu buvais !
-Je suis prêt à m’enivrer de ton amour, répond-il en prenant sa main et elle la retire quand il la caresse. Selma, je n’ai pas cessé de t’aimer ! J’espérais te retrouver et maintenant qu’on est ensemble, je me surprends à me pincer pour vérifier que je ne rêve pas ! J’aurais tout donné pour te ramener à la maison ! Selma, je suis plein d’espoir quant à notre famille ! Pour notre avenir…
Un serveur leur présente les menus. Selma a l’estomac noué. Elle ne pourra rien avaler. Elle commande juste une salade. Lyès a des yeux ronds. Il tient à ce qu’elle ajoute un plat mais elle refuse.
-On a déjeuné à quinze heures, lui rappelle-t-elle. Si je ne craignais pas que tu te fâches, je prendrai juste un dessert ! Mais ne te prives pas ! Choisis ce dont tu as envie !
Il commande des frites et un steak. Quand le serveur s’éloigne Lyès lui confie ce qu’il a sur le cœur.
-Mais c’est toi dont j’ai envie…
-Lyès, change de sujet, le prie-t-elle en rougissant de plus belle. Tu sais, je ne comprends pas comment tu peux me pardonner mon abandon ! Je n’ai pas été là, pour toi et notre fils !
-Si je n’avais pas compris pourquoi, peut-être que je serais en train de te maudire ! J’aurais demandé le divorce ! J’aurais tout fait, pour te nuire, dit-il. Mais je t’aimais et j’avais trouvé sous mon coussin, quelque chose que je tenais à te remettre…
Lyès sort une enveloppe, de la poche de sa veste.
Elle le regarde l’ouvrir. Sa respiration s’arrête quand elle la reconnaît. Cette fois, elle ne peut pas retenir ses larmes…


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER