Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Maria

22e partie

©Dessin/Mokrane Rahim

3e chapitre  : Nouveau départ
Résumé : Une tension insupportable règne dans l’appartement. L’homme que Soussou a ramené est son ex-mari. Elle veut tout faire pour le récupérer. Ce dernier s’est mis à l’aise, au point de gêner Maria. Celle-ci doit trouver où aller. Zoulikha s’inquiète en la voyant soucieuse.

Fifi arrive et les interrompt. Maria se détourne et essuie ses larmes, mais ses yeux sont rouges. Cela n’a pas échappé à Fifi. Elle voit aussi que la jeune fille fuit sa présence. Alors elle demande du thé et des gâteaux. Maria la sert. Fifi la retient quand elle veut retourner près de Zoulikha.
-Qu’est-ce que tu as ? Tu me parais inquiète ?
-J’ai quelques soucis, répond-elle. Comme tout le monde…
-Tu peux me raconter, dit Fifi. Tu sais que je t’apprécie beaucoup ! Malgré ce que je fais, je n’en reste pas moins humaine et soucieuse du bonheur des autres !
-Je n’ai aucun doute là-dessus, rétorque Maria. Mais je ne crois pas que tu puisses m’aider !
-Qu’en sais-tu ? Raconte toujours… Et puis, ajoute Fifi, je suis bonne conseillère et discrète !
-Je n’en peux plus !, lui confie-t-elle. Chaque nuit est un cauchemar ! Je ne supporte plus la présence de l’ex de ma colocataire ! Elle m’a dit de me chercher où crécher ! J’ai investi mes économies dans la location ! J’ai refait la peinture. J’ai tout fait pour que cela soit chaleureux ! Avant, elle ne s’occupait de rien. Maintenant, elle veut l’appartement pour eux ! Ma présence est indésirable et ils font tout pour me gêner ! Je n’ai plus ma place là-bas ! Je n’ai pas assez d’argent pour me lancer dans une location vu qu’il faut payer un an ou deux ! Je ne peux pas dépasser 5000 DA avec ce que je gagne ! Il ne me restera pas de quoi manger et régler les factures !
-Si tu peux, je peux demander à une amie !, propose Fifi. Elle part s’installer à l’étranger ! Peut-être qu’elle acceptera de te louer son studio ?
-Demande-lui, réplique Maria. Même si je refuse d’espérer ! Je n’ai jamais eu de chance ! Je suis née sous une mauvaise étoile !
-Je te promets de chercher ailleurs aussi, promet Fifi. Où puis-je te contacter ?
-Tu peux me trouver ici ! Et si je suis absente, laisse-moi un numéro où te joindre ! Mais j’ai aussi le numéro de la voisine chez qui je prépare les gâteaux !
Elle le lui note sur un bout de papier. Elle la remercie, puis va servir d’autres clientes qui viennent sortir du bain.
Ce soir-là ainsi que les suivants, elle retourne à l’appartement, plus fatiguée que jamais. Elle est au bord de la déprime. Dimanche, le hammam est fermé. Elle n’aime pas l’idée d’avoir à rester à la maison en leur compagnie. Elle reste dans sa chambre pour ne pas croiser l’ex de Soussou.
Le soir, elle ne prépare rien à dîner. Elle n’a aucune envie de dîner avec eux. Elle se contentera d’une pomme et d’un yaourt.
Elle tente de s’occuper l’esprit, elle se met à broder un foulard. Plusieurs fois, elle se pique l’index. Il est très tard quand ses paupières commencent à se faire lourdes.
Elle fait des cauchemars, et le lendemain matin, ils sont réveillés par des coups à la porte d’entrée. Maria ne sort pas de sa chambre. Vu que les coups sont insistants, Djaâfar ne devrait pas tarder à tomber du lit, à moitié nu pour voir ce qu’on leur voulait sitôt.
-Qu’est-ce que vous voulez ? Zakia ! Zakia, c’est pour toi sale morveuse !
Maria s’habille rapidement et sort de sa chambre. Djaâfar est retourné au lit. Il a laissé entrer la voisine. Celle-ci la presse de la rejoindre chez elle.
-Une dame te rappellera dans un quart d’heure… Non, dans 5 minutes ! Je commençais à croire qu’il vous était arrivé malheur !
-Un appel ?, reprend Maria.
Ce doit être Fifi ! Oh mon Dieu… Vite, allons-y !

(À suivre)  A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER