Autres / Récit de Adila Katia

Maria

32e partie

Résumé : En apprenant que Zino avait repris sa vie familiale, elle se résigne à son destin. Mais elle jure de s’en sortir. Elle reprend les cours, voulant se préparer à sa nouvelle vie. Huit ans après, lorsque le destin la remet sur le chemin de Zino, tous deux ont bien changé…

Maria-Zakia tente d’oublier ce sentiment de gêne. Elle respire profondément. Elle se sent observée, mais elle n’ose pas se retourner. Mais elle meurt d’envie de voir qui peut bien la fixer au point de la troubler.
Maria s’inquiète. Elle commence à regretter d’être venue à cette fête. Son ami Hakim avait tenu à l’inviter au mariage de son frère. Se pourrait-il qu’un de ses anciens clients y ait été convié ?
Elle se sent mouillée d’une sueur froide. Son estomac se noue d’appréhension. Elle aurait dû écouter la voix de la raison et ne pas accepter l’invitation. Depuis des mois et des mois, elle vit avec la peur de tomber sur un client qui la reconnaîtrait.
Elle n’était plus une fille de joie. Elle avait pris sa vie en main dès qu’elle en a eu l’occasion et les moyens.
Cela faisait trois ans qu’elle s’était retirée. Elle avait quitté Alger pour s’installer du côté de Sétif où elle avait acheté un petit appartement. Elle avait ouvert un atelier de couture et travaillait avec deux jeunes filles du quartier. Elle serait partie encore plus loin si cela avait été possible, pour que son passé ne la rattrape pas.
En se construisant une nouvelle vie, elle s’était efforcée à ne plus y penser même si parfois la peur la gagnait. Comme maintenant…
Depuis peu, on lui faisait la cour. Elle les avait vite remis à leur place. Certains avaient abandonné, refroidis par son indifférence. Hakim n’avait pas lâché. Il l’avait presque harcelée pour qu’elle accepte de sortir avec lui. Il tenait à faire connaissance avec elle.
Elle avait accepté même s’ils n’auraient pas d’avenir ensemble.
Comment envisager de faire sa vie avec le lourd passé qu’elle a ? Heureusement pour elle, il travaillait au sud du pays, et il n’est là qu’un mois sur deux.
Ils étaient sortis trois fois. Il était curieux et voulait tout savoir sur elle et son passé. Il écoutait ce qu’elle voulait bien lui dire, ce qu’elle acceptait de lui confier. Il avait gagné son respect, car jamais il n’avait tenté de l’approcher, de la toucher… Maria-Zakia ne lui avait pas caché avoir fugué pour fuir son beau-père violent et avoir mis la main sur une partie de ses économies. Hakim en avait bien ri.
“Il le fallait bien ! Sinon tu aurais été forcée de voler dans les rues et tu te serais retrouvée en prison ! C’était de bonne guerre ! Je suis content de savoir que tu t’en es bien sortie ! Maintenant, tu es indépendante, belle comme la femme dont j’ai toujours rêvé d’avoir pour la vie !” Elle se rappelle sa surprise. Il avait parlé de mariage. Mais il n’en était pas question. S’il espérait la présenter comme “une petite amie”, il allait être déçu. La vie lui avait enseigné de ne rien espérer. Chaque coup du destin l’avait marquée au plus profond de son âme. Elle en souffre tous les jours. Elle s’attend à un autre coup. L’affreux pressentiment ne la quittait plus. Elle pense à partir. En fait, à s’enfuir comme une voleuse…
Alors qu’elle s’apprête à franchir la porte d’entrée, une main s’accroche à son bras, la faisant sursauter. Elle se retourne d’un coup. Maintenant, elle comprend pourquoi elle était mal à l’aise, pourquoi elle se sentait épiée. Son cœur manque un battement avant de reprendre plus fort. Elle devient pâle subitement…
-Excusez-moi, je ne voulais pas vous effrayer ! Vous vous sentez bien ?
Maria se demande si elle est en train de rêver.
-Mais je te connais… Oh mon Dieu…
Maria-Zakia ne parvient pas à soutenir le regard de Zino. Bien sûr qu’elle le connaît ! Ces cheveux poivre et sel ajoutaient du charme à son visage qu’elle n’avait pas pu oublier. Elle le trouvait encore plus beau.
Son regard était grave. Il semblait lire en elle. Son sourire lui réchauffe le cœur. Malgré elle…
-Je suis si heureux de te retrouver Zakia ! Tu vas bien ?
-Oui…
-Où allais-tu comme ça ?
-J’ai besoin de prendre l’air, répond-elle.
-Ça tombe bien ! Moi aussi…
Ils partent sans s’excuser auprès de Hakim. Zino veut profiter de cette occasion pour éclaircir les choses avec elle. Il doit lui parler de ses sentiments. Il ne l’a jamais oubliée…


 (À suivre)
 A. K.