Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Les regrets ne changent rien

42e partie

Résumé : Ibtissem a perdu son bébé. Son oncle tente de lui remonter le moral. Elle ne comprend pas ce qui est arrivé. Certes, elle était mal en point mais son état n’était pas tellement grave. Elle passe une nuit à l’hôpital. Quand elle rentre chez son oncle, elle appelle Fella. Celle-ci ne cache pas son soulagement en apprenant la nouvelle…

- Comment ça ? Que c’est mieux ainsi ? s’écrie Ibtissem. Tu es en train de parler de moi et de mon “bébé” !
- Oui, ne m’en veux pas ! Dans ta situation, c’est peut-être mieux ainsi ! Qu’aurais-tu fait ? Le père est mort et ton ex est marié et papa ! Il n’abandonnera pas sa famille pour vous !
- Il devait trouver un appartement ! On aurait vécu ensemble !
- Tu entends Ibtissem ? Rien n’aurait été facile ! Là, les choses sont plus simples pour toi ! Tu vas t’en remettre, reprendre ta vie et aller de l’avant ! Tu dois avancer !
- Je n’arrive pas à accepter de l’avoir perdu ! Je n’y étais pas préparée !
Fella n’a pas les mots pour lui remonter le moral.
- Personne n’est prêt quand il s’agit de mort ! Le temps se chargera de guérir les plaies ! Je sais que tu es une battante et une rebelle ! D’ici quelques jours, tu seras de nouveau sur le front !
Une semaine passe où elle se remet de sa fausse couche. Elle aurait encore traîné au lit si elle n’avait pas reçu un coup de fil de son travail. Elle ne peut pas récupérer son ancien poste mais on lui propose quelque chose, dans une autre annexe. Elle accepte à défaut de mieux. Une fois sur place, elle pourra chercher ailleurs.  
La veille de son départ, elle range ces affaires et fait le ménage. Son oncle est surpris de la voir aller et venir au lieu de se reposer.
- Laisse, je vais me débrouiller tout seul ! Tu es encore…
- Non, je vais beaucoup mieux, le rassure-t-elle. Je dois reprendre le
boulot.
- Mais où iras-tu vivre ? Ton père ne veut plus entendre parler de toi, dit-il. Il ne te pardonne pas tes erreurs !
Ibtissem hausse les épaules.
- J’apprendrais à vivre sans son pardon, dit-elle. Je dois reprendre ma vie en main ! Khali, merci pour ton soutien et ton aide ! Je n’avais pas où aller et tu as été le seul à m’accepter ! Malgré tout ce que tu sais…
L’oncle a un geste de la main, comme pour dire que ce n’est rien.
- J’espère que tu as su en tirer leçon ! Tu seras toujours la bienvenue ! Mais ne fais plus d’erreurs !
Quand elle quitte son oncle, c’est avec des larmes. Il lui dit de revenir quand elle veut. Ibtissem promet de revenir. Elle ignore quand mais elle est tentée de revenir pour les week-ends. Elle se rend au même hôtel où loge son amie Fella. Elles ne sont pas au même étage mais peuvent dîner ensemble. Fella est heureuse de la revoir mais elle sent que son amie lui en veut encore.
- Désolée de te le dire ! Mais c’est mieux ainsi ! Ce petit malheur te libère ! Tu n’as pas à reprendre avec le pharmacien !
- Je suis seule à cause de lui ! Je ne vais pas lui dire pour ma fausse couche ! Je vais briser son mariage comme il a brisé le mien ! S’il croit que je me remets avec lui, pour toujours, il se trompe ! Une fois que j’aurais tout brisé autour de lui et qu’il sera aussi seul que je le suis maintenant, là je sortirais de sa vie !
Fella n’approuve pas.
- Tu devrais te concentrer sur autre chose que lui. Tu as vu où cela t’a mené de te venger de ta belle-mère ! Si je te dis ces vérités, c’est parce que tu es mon amie et que je ne veux plus te voir souffrir ! La vie ne t’a pas fait de cadeau ! Tu devrais aspirer à trouver de la paix et non te lancer dans une vendetta qui ne t’apportera rien de bon ! Je m’inquiète pour toi !
- Oui, tu as raison ! Heureusement que tu es là, dit Ibtissem. Merci de me ramener à la raison ! Je dois tourner la page et passer à autre chose !
- Louanges à Dieu, tu m’écoutes enfin ! Si tu veux après le boulot, on sort faire les boutiques, propose Fella. Ça nous fera du bien !
Ibtissem accepte sans joie. Elle vient de mentir à son amie. La seule qu’elle ait. Il est hors de question que Madjid s’en sorte. Dès le lendemain, elle se rend à son nouveau travail et fait connaissance avec les collègues. Quand elle a un moment d’intimité, dans son bureau, elle appelle Madjid et lui fixe rendez-vous, en fin de journée…


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER