Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

L’inaccessible

54e partie

Résumé : Yahia a vu Salem de dos. Il a remarqué qu’il faisait plus que son âge. Maria prétend qu’il tient de son père. Elle rentre chez elle, complètement vidée. Elle l’aime autant qu’elle le hait. Elle ne veut plus le revoir. Elle ne veut plus de lui dans sa vie. Elle sait que s’il se réinstalle à Alger, elle devra se faire toute petite, pour ne pas le croiser. à moins de partir ailleurs…

Quelques jours après le mariage de Dalila, Maria se rend chez elle, à El-Biar, pour les féliciter. Dalila lui en veut de ne pas l’avoir accompagnée à sa nouvelle demeure. Mais sa colère est vite tombée, heureuse de la retrouver. Il y a la belle-famille et Nadir. Maria le trouve d’emblée sympathique. Il trouve un prétexte pour sortir et les mettre à l’aise.
- Sait-il pour moi ?
- Juste que tu es ma meilleure amie, répond franchement Dalila. Je ne veux pas qu’il ait une mauvaise image de toi !
- Tu penses qu’il irait jusqu’à t’interdire de me voir s’il savait ?
Dalila hausse les épaules puis secoue la tête.
- Ma chérie, je n’en sais rien ! Je ne lui ai pas menti, j’ai seulement omis de lui dire certaines choses ! Il ne peut pas les découvrir… Mais pourquoi tiens-tu à vendre ton appartement ? Même si mon frère et sa famille le quittent, tu peux le louer à d’autres ! Ou l’habiter, comme avant…
- Non, Yahia viendra m’y harceler et je ne me sens pas la force de lui tenir tête ! Là, il est occupé à se trouver du travail, à se réinstaller avec sa famille, mais après, quand il aura du temps libre, ses pensées tourneront autour de moi ! Je préfère le vendre et acheter ailleurs ! Je ne veux pas le croiser !
- Tu sais, Souad m’a dit qu’il demande souvent de tes nouvelles ! Sa femme est retournée en Tunisie pour ramener leurs affaires ! Et d’après Souad, elle ne veut pas vivre ici, loin de sa famille. Elle est partie fâchée. Tous deux sont partagés par leurs familles. Je crois que leur mariage ne tiendra pas longtemps !
- L’un d’eux devra se sacrifier, dit Maria. On ne peut pas être dans deux endroits à la fois ! Il n’aime pas qu’on lui mette la pression ou qu’on lui impose quelque chose ! Mais s’il tient au bonheur de sa famille, il devra faire des sacrifices… comme il a sacrifié sa liberté !
- Mais imagine qu’ils se séparent ? Toi et lui pour…
- Même pas en rêve !
Elle lui raconte comment il était venu chez elle, le jour de son mariage. Même s’il n’était pas revenu depuis, parfois elle se sentait observée. Elle ne veut pas vivre en regardant tout le temps derrière elle ou subir une pression morale. Sa vie tourne autour de son fils. Elle a un job qui les met à l’abri du besoin, et tout ce qu’elle veut maintenant, c’est vivre en paix.
- Maintenant que ton frère a décidé de retourner chez tes parents, je mets en vente l’appartement ! Je vais voir Hayet, l’agent commercial. Elle devrait vite me régler le problème. Je te tiendrai au courant ! On se verra ici ou à l’extérieur !
Maria ne tarde pas à partir. Elle se rend à l’agence commerciale et confie à Hayet la vente de son appartement. Ensuite, elle rentre chez elle après avoir récupéré Salem à la crèche. Elle est en train de préparer le dîner quand le téléphone sonne. Elle décroche avant que Salem ne tente de monter sur un tabouret pour le faire.
-Allô ?
- Maria… C’est moi…
Il n’a pas besoin de se présenter. Elle aurait reconnu sa voix entre mille. Yahia…
- Tu me manques Maria…
Sa raison lui conseille de raccrocher, mais elle en est incapable. Son cœur bat trop fort, et même si la voix de la raison lui conseille de raccrocher, elle en est incapable…


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
dahbia le 27/04/2015 à 17h21

Bonjour .merci Adila Katia pour ces novelles sont nous attendons la suite avec impatience . Tes nouvelles sont aussi plus belles les autres . Liberté est le seul journal qui donne de l 'importance à la littérature . Vous avez un sacré talent !!! À quand la publication de vos nouvelles ??? L analyse psychologique de vis personnages est magnifiques ,j'ai l'impression de vivre leur vie . À chaque nouvelle histoire. Je me dis c est la meilleure mais lez suivante est encore plus meilleure.merci

Commentaires
1 réactions