Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Les regrets ne changent rien

56e partie

Résumé : Ibtissem le presse d’aller à l’hôtel, mais avant, elle tient à aller dîner au restaurant. Madjid n’a pas le choix. Il l’y emmène. Ibtissem mange de bon appétit alors qu’il ne peut rien avaler. Le fait de passer la nuit avec elle ne le rassure pas. En fait, il a peur d’elle…

- Voici votre clef ! Votre chambre est située au deuxième étage. Nous avons une discothèque si vous voulez passer un bon moment…
- Oh oui, ça nous ferait du bien, de nous détendre un peu, dit Ibtissem à Madjid. J’ai envie de danser…
Elle se rappelle les fois où elle et Fethi se rendaient en discothèque. Fethi avec qui la vie était plus simple. Elle était heureuse avec lui. La faucheuse n’a rien laissé sur son passage. Elle lui a pris Fethi et sa mère.
- Ça va ?, demande Madjid en remarquant son silence et son regard absent.
Ibtissem hoche la tête tout en prenant son bras.
- Si tu m’emmènes danser, je pense que ça ira mieux !, dit elle. J’ai besoin de faire le vide !
- Je suis épuisé. Je pense que tu peux comprendre… Il est 22h30. On pourra faire ça une autre fois ! Ce soir, je dois récupérer…
Ibtissem retire son bras. Elle le suit dans les escaliers qui mènent à l’étage. Il ouvre la porte puis s’efface pour qu’elle entre en premier. Ibtissem se déchausse et va à la salle de bain. Elle a envie d’un bon bain d’eau chaude. S’ils ne vont pas danser, elle le prendra pour se détendre.
Elle sort ses affaires et sa trousse de toilette.
- Je passe en premier, dit-elle à Madjid qui s’affalait dans un fauteuil.
- Oui, vas-y… Ibtissem, je n’ai rien apporté pour la nuit car ce n’était pas prévu ! Je vais ressortir. Normalement, dans le quartier, je devrais trouver une supérette où j’achèterais le nécessaire !
- J’ai du savon, des serviettes…
- Une brosse à dents ?
- Non…
- Écoute, va prendre ton bain. Je serais de retour avant que tu aies fini !
- Pour quelqu’un qui était fatigué, te revoilà vite en forme ! Tu sais, appelle la réception et demande-leur ce qu’il te faut… Pas besoin de sortir !
- Hé, inutile de t’énerver ! Je suis allergique à certains produits. J’ai l’habitude d’utiliser des lingettes pour bébé. Je ne tarderai pas ! Je ne vais pas y passer la nuit ! Je reviens tout de suite !
- C’est promis ? Tu ne vas pas m’abandonner ici !
- Non, wellah, je reviens…
Ibtissem lui tend la joue qu’il effleure à peine. Il sort et Ibtissem n’a plus aucune envie de bain. Elle ne l’a jamais vu utiliser des lingettes.
- Un mensonge de plus, se dit-elle en reprenant ses chaussures qu’elle met rapidement puis attrape son sac à main. Elle descend silencieusement les escaliers et traverse le hall de la réception, heureuse qu’il soit désert. Quand elle sort de l’hôtel, elle a juste le temps d’apercevoir Madjid. Elle le suit, laissant une vingtaine de mètres entre eux. Il entre dans un taxiphone. Le temps d’entrer à son tour, il est dans la cabine. Il ne peut pas la voir. Ibtissem fait un signe à l’employé, puis entre près de celle de Madjid. Elle peut tout entendre.
Une cloison fine de PVC ne permet pas d’être vue.
- Oui Nadia… Je ne voulais pas te réveiller, pardon ! Les enfants vont bien ?
Ibtissem a beau tendre l’oreille, elle ne peut pas entendre les réponses.
- Non, je ne suis pas avec elle ! Je passe la nuit à la pharmacie ! L’autre, c’est une folle ! Jamais je ne vous quitterai pour elle ! Elle appartient au passé ! Je rentre demain…
Ibtissem sort de la cabine puis du taxiphone.
Elle retourne à l’hôtel, le devançant de quelques minutes. Elle s’est enfermée dans la salle de bain. Elle prend une douche froide mais cela ne sera pas suffisant pour la calmer. Elle enrage, mais maintenant qu’elle est sûre des sentiments de Madjid, elle imagine comment se débarrasser de lui…


 (À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER