Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

L’inaccessible

69e partie

Résumé : Maria finit par rentrer chez elle. Salem ne parle plus de son désir de retrouver ses grands-parents. Il est devenu attentif et un vrai soutien à la maison. La vie reprend son cours. Maria est surprise de trouver plein de photos de Yahia sur sa table de nuit. Salem croyait bien faire.

Le portrait de celui qu’elle a fui plusieurs fois est partout dans la maison. Maria doit freiner son envie de lui dire de les enlever. Elle comprend qu’il ait envie de le voir partout et elle ne peut pas lui dire que ses yeux bleus perçants l’indisposent.
Dans la chambre de son fils, elle découvre une photo qu’il a retouchée. Ils sont tous les trois à la terrasse d’un salon.
- Il lui manque…
Maria sort de la chambre et va s’allonger. Elle se sent mal à chaque fois qu’elle pense à la famille qu’ils auraient pu former. Le Yahia qu’elle avait connu n’avait jamais voulu se fixer. Après leur séparation, il s’était vite marié et avait fondé une famille. Une question la torture souvent. Si elle l’avait revu à Annaba, est-ce qu’il l’aurait demandée en mariage ? N’a-t-elle pas précipité leur rupture ? Et s’il avait eu des regrets et avait réalisé qu’elle était la femme de sa vie ?
Il ne voulait pas se marier, se dit-elle. Combien de fois s’étaient-ils séparés et retrouvés ? En fait, elle était toujours là à attendre qu’il revienne à elle et qu’il veuille officialiser. Des années à attendre pour rien !
Est-ce que sa vie aurait été différente si elle lui avait donné une autre chance ? Elle a cet enfant de lui, bravant les interdits et la société. Si Salem a cru à son histoire et qu’aujourd’hui il chérit le souvenir de ce “père mort” avant sa naissance, elle craint qu’à force il ne se concentre plus sur ses études. Il est tourné vers le passé alors que cela ne lui apportera rien de bon.
Mais Maria se fait des soucis pour rien. La vie continue et reprend son cours normal. Salem lui donne entièrement satisfaction en obtenant de bons résultats. Il passe du collège au lycée.
Quand il obtient son bac avec mention, elle manque d’avoir un pic de tension tant elle est heureuse. Pour la première fois, elle donne une fête au salon de Ferrouz. Il invite tous ses amis, et la fête dure jusqu’au matin. Elle a demandé à un photographe d’immortaliser l’événement.
à la maison, Maria l’a attendu tout en regardant les albums de photos où elle le revoit grandir. Plus que jamais, elle est fière de lui.
Salem reçoit beaucoup de cadeaux. Maria lui offre un voyage à Paris. Salem est content. Ce n’est pas la première fois qu’il voyage à l’étranger. à chaque fois, elle partait avec lui.
- Pourquoi ne viens-tu pas avec moi ?
- Je ne peux pas m’absenter, répond-elle. Une autre fois…
- Je pars quand ?
- Quand tu veux !
Salem sourit mais il semble hésiter à lui dire ce qu’il a sur le cœur. Maria se détourne, sentant que ce qu’il allait lui demander ne lui plairait pas. Il la suit à la cuisine.
- Maman, j’aurais préféré me rendre à la tombe de mon père, dit-il. On ne s’y est jamais rendus ! Il est temps pour moi de m’y recueillir !
- Ow… Crois-tu qu’il va se lever pour t’accueillir et te parler ? Ton père est mort, et toi, tu le rends plus vivant que jamais, rétorque Maria qui avait pâli. Tout ce qui lui est bénéfique, c’est de prier pour lui et d’offrir en son nom aux nécessiteux ! Ta présence, même quotidienne, près de sa tombe ne changera rien ! Je te prie d’arrêter de le préférer à moi ! Depuis que tu as ces photos, je n’existe plus pour toi ! Même quand on mange, c’est lui que tu regardes !
Salem n’en revient pas.
- Tu exagères maman ! T’es jalouse d’un mort ! C’est mon père ! Je regrette de ne pas l’avoir connu ! Pourquoi tu te mets dans cet état ? Tu devrais être contente que je pense à me rendre sur sa tombe car je le ferai aussi pour toi ! Ta tombe sera toujours fleurie… Maman, je te rendrai visite même si tu ne pourras pas te lever pour m’accueillir ! Pour me serrer dans tes bras…
Maria s’assoie et se met à pleurer, se prenant la tête entre les mains…


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER