Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

L’inaccessible

79e partie

Résumé : Maria passe une mauvaise nuit. Sa tension lui joue encore des tours. Elle appelle plusieurs fois son fils. Il ne répond pas mais lui envoie un message où il souhaite sa mort. Maria manque de mourir. On appelle Yahia. Dalila et lui accourent à son chevet. Dalila décide de trouver Salem. Il doit venir avant qu’il ne soit trop tard…

Yahia décide de l’accompagner. Il espère qu’à deux ils parviendront à le raisonner. Maria a besoin de lui. Tout ce qu’elle a fait, c’était pour lui. Alors qu’il conduit, il veut savoir pourquoi elle ne lui a rien dit.
- Il ne s’est pas passé une année sans que je ne t’ai demandé de ses nouvelles ! Comment as-tu pu la couvrir ? Dalila, tu m’as déçu !
- Pas autant que tu as déçu Dalila, rétorque-t-elle. Je t’aimais bien parce qu’elle t’aimait ! Mais c’est elle mon amie !, lui rappelle-t-elle. Même si je n’ai jamais approuvé ce qu’elle a fait, je ne pouvais pas la trahir ! Tu t’es foutu d’elle ! Dix ans ensemble et tu ne voulais pas te marier ! Elle n’en pouvait plus !
- On s’est séparés “à l’amiable” ! Pourquoi m’a-t-elle fait un bébé dans le dos ?, l’interroge-t-il. Pourquoi ?
- Elle ne te l’a pas imposé que je sache ! Elle voulait un enfant ! Elle l’a eu et s’en est occupée sans toi ! Elle ne t’a jamais rien demandé !
- Mais j’ai cherché après elle plusieurs fois, lui rappelle Yahia. Elle me fuyait sans cesse ! Dalila, on aurait pu reprendre notre histoire là où on l’avait laissée ! Je regrettais sincèrement !
Dalila secoue la tête.
-J’ignore ce qui l’y a poussé ! Maria n’en pouvait plus ! Ensuite, en l’espace de quelques mois, monsieur s’est marié et a fondé une famille ! Tu as donné à une autre tout ce qu’elle voulait ! La pauvre, j’imagine sa peine ! C’était de la pure trahison ! Comme si vous n’aviez pas été ensemble pendant dix ans !
- Je m’étais marié par dépit ! J’étais furieux qu’elle me fuie !, dit Yahia. Je la regrettais ! Elle me manquait !
- Elle te manquait à chaque rupture et tu avais l’habitude de reprendre quand ça te chantait, lui rappelle-t-elle. Tu n’étais pas habitué à ce qu’elle refuse de reprendre ! C’était un coup pour ton orgueil ! C’est toi qui l’avais menée en bateau que je sache ! Tu as profité de son amour et de sa fidélité ! Peut-être même du fait qu’elle soit seule, sans frère ni père ! Tu te serais comporté différemment si elle avait eu une famille pour la protéger ! Tu en as bien profité !
- Non !, s’écrie-t-il le visage rouge de colère. Jamais je n’ai abusé de la situation ! Elle était ma drogue !
- Pour elle, tu es la cause de tous ses malheurs ! Salem est sa vie ! S’il ne lui revient pas, elle en mourra ! On doit le ramener auprès d’elle !
- C’est de sa faute ! Tout ce qu’elle lui a raconté est un tissu de mensonges qui l’a usé de l’intérieur ! C’est normal qu’elle soit malade ! Mais malgré tout, c’est le seul endroit où je ne voudrais pas la voir ! Crois-moi, j’ai encore des sentiments pour elle !
- Ah vous les hommes ! J’ignore si elle s’en remettra, murmure Dalila. Tout lui a été repris en un instant !
- On l’aidera ! Elle n’est plus seule !
Dalila voudrait bien le croire. Elle lui montre le chemin menant à son quartier. Quelques minutes plus tard, ils se garent devant le bâtiment. Les volets sont fermés. Ils montent ensemble.
Yahia frappe plusieurs fois avant que Salem ne leur ouvre. Apparemment, il sortait de la douche. Ses cheveux sont encore mouillés. Il les laisse entrer mais son visage est fermé. Il ne les invite pas à entrer au salon.
- Qu’est-ce que vous voulez ?
- Ta mère n’est pas bien, dit Dalila. Salem, elle a besoin de toi ! Elle souffre de ton absence, de ton silence ! Pourquoi tu n’as pas décroché à ses appels ?
- Je n’ai plus rien à lui dire ! Elle a commencé à mentir bien avant ma naissance ! Tout ça pour ne pas me partager avec lui !
- Lui a un prénom, rétorque Yahia. Je suis ton père !
- Balak ?, réplique le jeune homme. C’est vrai, on se ressemble ! Mais t’étais où avant aujourd’hui ? Si elle ne voulait pas de toi, c’est que tu n’étais pas digne de confiance !
- Ecoute, le passé est derrière vous ! Ta mère avait ses raisons, la défend Dalila. Tu ne peux pas décider de réduire à rien toutes ces années d’amour ! Tu es tout pour elle !
- Pour moi, elle n’est plus !, réplique Salem avant d’aller dans sa chambre où ils le suivent. Avant c’était mon père, maintenant c’est elle !
Yahia voit toutes les photos de lui sur les étagères et sur le mur. Il change de couleur en voyant le portrait de famille. Apparemment, il lui avait manqué. Il comprend pourquoi Salem n’arrive pas à digérer les nouvelles. Comment ressusciter un mort dans la vie d’un enfant ?


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER