Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

Denia

7e partie

Résumé : Aziza insiste pour sortir avec elle. Dehors, ils croisent un groupe de jeunes. L’un d’eux vient vers elle. Selma voit bien que son amie craque pour lui. Elle la présente, et ce dernier affirme avoir un ami portant le même nom. Il porte aussi le même prénom. Elle panique. Elle n’a pas où aller…

-Ce n’est pas possible ! Ça ne peut pas être lui ! Mais pourquoi a-t-il fallu qu’il vienne ici ? 
Elle n’avait pas eu une hallucination. Selma est bouleversée. Hier, elle avait vu son clone parfait. Elle n’en avait pas dormi de toute la nuit. Cette discussion lui prouvait qu’il s’agit bien de lui, son Lyès. Que vient-il faire à Tikjda ?
Personne ne sait qu’elle se trouve ici vu qu’elle n’y avait ni famille ni ami. Même s’il l’avait cherchée, il n’aurait pu remonter jusqu’à elle. Elle n’a ni assurance ni permis.
Le destin l’a mené jusqu’à ici. Elle pense à partir, mais voilà que Mourad fait un signe de la main, au loin, derrière elle.
-Quand tu parles du loup ! Hé Lyès, viens ! Tu as de la famille ici !
-Une cousine peut-être ?
Selma ne se retourne pas mais elle reconnaît tout de suite le rire de Lyès. Il est ancré en elle. Elle ferme les yeux, comme pour taire la douleur de son cœur. Aziza et Mourad s’écartent pour l’accueillir et lui serrent chaleureusement la main. Selma grimace un sourire quand il se tourne vers elle.
Elle s’étonne de le trouver encore aussi beau. C’est un choc de le revoir après tout ce temps.
Il lui semble plus grand. Son regard la transperce. Pendant une minute interminable, Selma attend, le visage tournée vers lui. Les yeux de Lyès se sont clignés comme s’il tente de voir à travers une lumière éblouissante. Le sac qu’il porte à l’épaule tombe par terre. Aziza et Mourad échangent un regard, puis les observent.
-Bonjour ! dit Selma.
Ne sachant quelle attitude adopter, elle lui tend la main. Il la surprend en la serrant nerveusement. Elle le voit rougir puis pâlir. Elle se sent mal. Cet homme surgi de son passé, venu de loin, n’a jamais quitté son cœur. Lyès n’arrive pas à en croire ses yeux.
-C’est toi Selma ? C’est bien toi ?
Gênée par la présence des autres, elle explique :
-Je vis ici… Je travaille ici…
Elle voit son visage s’assombrir. Elle retire sa main et détourne les yeux.
-Ainsi vous vous connaissez ! s’exclame Mourad.
Selma détourne le regard, ne supportant pas le leur. Elle ne peut pas leur expliquer. Ils ne comprendraient pas. Toujours figé sur place, Lyès ne semblait pas avoir entendu son ami. Il est stupéfait par leur rencontre. Aziza rompt le silence, embarrassée.
_ C’est… C’était ton mari, n’est-ce pas ?
Selma  acquiesce de la tête tandis que Mourad s’écriait :
-Tu as été marié mon vieux ? Je l’ignorais complètement, ajoute-t-il. Mais je comprends mieux pourquoi tu étais si triste et si taciturne ! Votre séparation te chagrinait toujours ! Je comprends mieux ! Toujours vouloir s’occuper pour se défouler, pour décompresser…
Elle se souvient qu’il avait l’habitude de se concentrer dans une activité manuelle, pour dissimuler sa colère, se donnant ainsi le temps de recouvrer son sang-froid.
-Oui Mourad, dit-il. Selma et moi avons été mariés pendant quelques mois, il y a longtemps… Nous ne nous sommes pas revus depuis des années !
-Vous vous êtes mariés jeunes ! Vous étiez des gosses !
-Je venais d’avoir mon bac, dit Mourad. Selma avait abandonné le collège ! En fait, elle n’avait pas le choix…
-Waw ! C’est bien de vous être séparés avant d’avoir eu des gosses ! C’est une chance de ne pas avoir de victimes d’erreur de jeunesse ! Que serait-il advenu d’eux ?
Selma frissonne et serre les dents, sentant son corps gagné par le froid que la question avait jeté sur elle. Qu’est-il advenu de son bébé ? Pourquoi n’était-il pas avec lui ? Serait-ce sa grand-mère qui s’en occupe ? Une colère sourde monte en elle. C’était à cause d’elle qu’elle avait abandonné son enfant et son mari. Mais Lyès ne la croira pas…    


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER