Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

L’inaccessible

89e partie

Résumé : Maria a posé un lapin à Yahia et après plusieurs jours d’attente, il menace de faire un tapage devant chez elle si elle ne vient pas au prochain rendez-vous. Maria se préparera avec soin pour ce rendez-vous. Yahia l’accueille chaleureusement. Il l’embrasse sur les joues, comme avant…

Yahia ne cesse de la contempler. Son regard brillant la parcourt de la tête aux pieds. Il rougit un peu. Quand il parle sa voix est grave d’émotion.
-J’avais peur que tu ne viennes pas. Je t’imaginais prendre la fuite ! Mais Salem m’a rassuré ! Tu ne peux pas partir sans lui… Mais dis-moi, comment vas-tu ?
-Je vais très bien. Ces derniers jours, je me sens vraiment bien ! Et toi ?
Il range la revue dans un cartable en cuir avant de répondre :
-Hamdoullah, je vais bien. Et depuis que je parle avec notre fils, je ne vois plus le temps filer ! En fait, j’attends ses coups de fil avec impatience ! Mais sois tranquille, je coupe et le rappelle !
-Vous discutez souvent, remarque-t-elle.
-Oui, plusieurs fois par jour, répond-il. C’est un brave garçon ! Tu n’as pas raté son éducation…
Maria ne le remercie pas.
-On parle de toi, très souvent, poursuit-il alors que son regard s’illumine. Il t’aime beaucoup même s’il ne comprend toujours pas pourquoi tu nous as caché la vérité !
-Je croyais que vous étiez passés à autre chose, réplique-t-elle un peu trop vite, le regrettant sur le coup.
-Oui, on a parlé de toi et moi…
Ma chère Maria, on va devoir se marier, pour qu’il puisse porter mon nom ! Sinon il sera malheureux ! Moi aussi…
-Hum. Mais tu sembles oublier que tu es déjà marié ! Jamais je ne serai une seconde…
Yahia lève les yeux, semblant désespéré mais il ne dit rien. Un serveur est venu prendre leur commande. Maria n’a pas faim et demande un jus de citron.
-Mais voyons, je ne veux pas manger seul ! Prends quelque chose ! Avant, tu aimais les plats aux fruits de mer !
-Oui, reconnaît-elle, un sourire au coin des lèvres. C’était avant !
Elle ne peut pas lui dire qu’elle a un nœud à l’estomac. Yahia ne cache pas sa déception.
-Tu savais qu’on avait rendez-vous à l’heure du déjeuner.
-Il est quatorze heures trente !
-Oui mais on devait se voir avant, rétorque-t-il avant de lui rappeler. Tu sembles oublier que tu as plus d’une heure de retard !
Le serveur propose de repasser mais Maria le retient.
-Non, prenez sa commande ! Pour moi, ce sera un jus de citron !
Yahia décide de sauter son déjeuner. Il commande un café et des gâteaux aux fruits. Une fois seuls, il lui reproche son comportement.
-Il faut toujours que tu n’en fasses qu’à ta tête !
-Oui, c’est plus fort que moi ! Et tu tiens à te marier avec moi ?
-Oui, plus que jamais !
-Franchement pourquoi ? Mais s’il n’y avait pas Salem ?
Yahia saisit sa main, à travers la table, la forçant à le regarder dans les yeux. Elle retire sa main comme si elle avait été brûlée.
-On n’aurait jamais dû se quitter ! Quand j’ai réalisé que je ne pouvais pas vivre sans toi, tu avais disparu ! Je t’ai cherchée, longtemps ! Dalila nous a fait du mal en me cachant la vérité ! Tu te rends compte ! On s’est gâché nos vies ! Par ta faute ! Maintenant, on va corriger les erreurs du passé, en nous mariant !
-Et ta femme ? Ta fille ? Mon cher Yahia, je ne me marierais pas avec toi tant que tu n’auras pas divorcé !
-Pourquoi cherches-tu à compliquer les choses ? rétorque-t-il. Elle est au courant et pour le bien de Salem, elle accepte la situation !
-Madame est trop généreuse, dit Maria en secouant la tête. Mais moi, je ne le suis pas ! Divorce en premier et après, contacte-moi !
-Maria, je t’en prie, ne pars pas ! Je t’aime plus que tu ne peux l’imaginer ! Peut-être même encore plus depuis que je connais Salem. Notre histoire doit reprendre là où tu l’as interrompue ! Mes sentiments n’ont pas changé…
Je sais que toi aussi, tu m’aimes même si tu cries le contraire !
-Yahia, amour ou pas, je ne partagerai rien ni personne ! Inutile de me harceler ! Je ne changerai pas d’avis !
Maria s’est levée. Elle prend son sac et quitte le restaurant. Elle monte dans le premier taxi qui s’arrête. Elle ne veut pas qu’il voie combien elle est bouleversée au point de pleurer. De regret…


(À suivre)
A. K.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER