Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

L’inaccessible

92e partie

Résumé : Maria reproche à son fils de ne pas la consulter. Il a proposé à Yahia de passer. Il lui demande de se calmer. Elle ne supporte pas qu’il ait sympathisé avec la femme de Yahia au point de l’appeler par son prénom. Elle se rend compte qu’au lieu de se concentrer sur ses études, il cherche leur compagnie. Il menace de partir si elle complique les choses.

Maria a beau s’y efforcer, elle ne parvient pas à sourire. Elle les rejoint au salon. Yahia sourit en la voyant.
-Salem voulait que je passe…
-Tu aurais pu lui dire qu’on s’était vus, réplique-t-elle.
-Tu prendras quoi papa ? Un jus ? Un café ?
-Va pour un café ! Mais c’est ta mère qui nous le prépare, exige Yahia alors qu’elle lui lance un regard meurtrier en devinant qu’il veut utiliser leur fils, pour atteindre ses buts.
-J’y vais tout de suite. Je vous laisse entre “hommes” !
Elle va à la cuisine et prend tout son temps pour le préparer. Elle les entend discuter et parfois rire doucement. Yahia a gagné le cœur de leur fils, si rapidement. Comme elle tarde, Salem la rejoint dans la cuisine. Il la trouve assise. La cafetière est sur le feu. Maria se lève et prépare le plateau. Elle pose la cafetière et lui donne le plateau, sans un mot.
-Qu’est-ce que t’as ?
-Rien, répond-elle. Je suis vidée. Je pensais me reposer… Si tu veux dîner avec lui, vous pouvez aller au restaurant !
-Tu nous accompagneras ?
-Non, je rêve de me reposer…
Toutes ces émotions l’ont épuisée. Elle serait bien allée à sa chambre mais elle craint plus que jamais la réaction de son fils. Elle le suit au salon et prend place, de façon à ne pas avoir Yahia, en face d’elle. Mais même si elle est de profil, il est frappé par sa pâleur. Alors que Salem le sert, il lui demande, très inquiet.
-Ça va ? Tu te sens bien ?
-Suis fatiguée…Vous ne m’en voudrez pas si je vous laisse, murmure-t-elle. Je crois que j’ai oublié de prendre mon traitement aujourd’hui…
- Non ! Mais qu’est ce… ?
- J’avais autre chose en tête, dit Maria en se levant. On se verra une autre fois…Si vous voulez sortir dîner, il ne faut pas vous gêner !
-On ne peut pas te laisser seule, dit Salem.
-Non, non, partez ! Je vais prendre mon traitement et me mettre au lit !
Maria quitte le salon sans regarder en arrière. Elle prend son médicament puis va s’allonger dans sa chambre. Il lui semble que son cœur bat fort, plus fort que d’habitude. Elle s’efforce de respirer lentement. Elle se rappelle ces pics de tension, son AVC et elle tente de se raisonner ; “Je ne dois pas tomber malade à cause d’eux !”
Il lui a fallu des mois, pour se rétablir. Elle a conscience que ces mensonges ont eu raison de sa santé. Un rien d’émotion et elle se retrouvait avec des palpitations, les mains tremblantes et les genoux en coton. Elle n’est plus maîtresse de la situation. Salem est un jeune homme qui fera tout  pour que son père soit dans leur vie. Elle est déçue qu’il ne tienne pas compte de son avis, de ses sentiments.
Maintenant qu’il a son père, il lui semble qu’il ne l’aime plus autant qu’avant. Elle le croyait pris par ses études et elle découvre qu’il passe son temps, à établir une vraie relation avec son père et sa famille. Elle comprend qu’il veuille trouver ce qui lui a toujours manqué ; une famille mais elle ne supporte pas d’être reléguée en dernier plan et à devoir se plier à ces caprices. Toute sa vie, elle a œuvré pour qu’il ne manque de rien et aujourd’hui, le héros, celui qui récoltait tout, c’est Yahia…
Elle les entend discuter. Un moment après, la porte claque. Maria pleure. Ils sont sortis sans même chercher à voir si elle allait mieux…


(À suivre)
A. K.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER