Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

L’inaccessible

99e partie

Résumé : Maria est émue. Yahia lui tient des propos qu’elle avait toujours rêvé d’entendre. Elle décrypte dans les actes de son fils son besoin de les unir. Elle ne veut pas perdre son fils et surtout qu’il échoue dans ses études par sa faute. Elle dit à Yahia de retourner auprès de sa famille dont il n’aura pas à se séparer. Salem ne lui pardonnera pas de construire leur bonheur sur les ruines d’un mariage qu’elle aura brisé…

Yahia retourne chez lui, rassuré et heureux de ne pas avoir à sacrifier son mariage, pour être avec Maria. Le problème s’est vite résolu. Il s’en veut. Il aurait dû garder le silence. Pourquoi en avoir parlé à sa femme, en plein milieu de la nuit, provoquant colère et rancœur ?
Majda n’allait pas oublier cette nuit même s’il lui revenait.
Yahia introduit la clef mais le verrou est fermé de l’intérieur. Il doit frapper plusieurs fois avant que Majda daigne lui ouvrir.
- Qu’est ce qui t’amène ? Pourquoi es-tu revenu ?
- Majda, il faut qu’on parle !
- Non, c’est fini, répond-elle en allant à leur chambre. Je ne veux plus de toi. Je ne veux plus te voir, t’entendre ! Tu me dégoûtes ! Afef, prépare-toi !
Yahia la rejoint et trouve des valises ouvertes. Elle était en train de ramasser ses affaires. Dans sa chambre, Afef pleurait tout en rangeant les siennes.
- Mais pourquoi tu précipites les choses ? Je suis revenu et il n’est plus question de divorcer ! J’ai parlé avec Maria et elle veut bien être la deuxième !
- Hier soir, tu étais catégorique ! Tu tiens à elle ! On ne pesait pas sur la balance face à elle ! lui rappelle Majda. Il a fallu qu’elle change d’avis pour te simplifier les choses ! Mais moi quand je prends une décision, elle est irrévocable ! Je pars ! Je retourne à Tunis et toi retourne chez cette vipère !
- Mais je ne veux pas que tu partes ! Que ma fille parte ! réplique Yahia. Tu ne peux pas tout plaquer sur un coup de colère ! Prends ton temps, pour retrouver ton calme et tes esprits ! Il s’agit de notre famille !
- Il s’agissait… Sors ! Je ne veux pas te voir ! Afef vient avec moi, mais elle viendra te voir durant les vacances !
- Et ses études ? Tu vas lui gâcher la vie et  les études, juste parce que ton orgueil a été blessé !
- Il a raison man ! Je t’en prie, écoute-le ! On ne peut pas partir comme ça !
Mais Majda ne veut rien entendre. Ce ne seront pas les larmes et les supplications de sa fille qui allaient la faire changer d’avis.
- Et puis, j’ai la nostalgie du pays ! Je ne suis pas heureuse ici ! Je vais rentrer chez moi ! Là où je ne risquerais pas de te croiser !
- Je veux rester avec papa !
- Ne fais pas l’enfant ! Il n’a des yeux que pour l’autre vipère ! Ne te fais pas d’illusion benti, d’ici quelque temps, il aura oublié jusqu’à ton existence ! dit Majda. Je ne vais pas rester ici !
- Maman, je t’en prie ! Pense à plus tard, quand tu ne seras plus en colère ! Tu vas regretter…Papa est si bon, si gentil !
- C’était avant qu’il ne me montre son vrai visage ! Je vais demander le divorce et je t’en prie, accepte ! Ta fille tu pourras la revoir quand tu veux lors des vacances !
- Maman, je t’en prie…
Rien de ce que dirent Afef et Yahia ne la poussa à revenir sur sa décision. Elle descendit les valises sans l’aide de Yahia. Afef finit la sienne et prend son sac à dos.
- Je reviendrai papa, dit Afef avant de se blottir dans ses bras. Je t’appellerai…
- Je compte sur toi ! Afef je ne sais pas quoi dire ! Je suis dépassé par les évènements !
Majda saisit le bras de sa fille et la tire hors de l’appartement. Elle crache vers lui puis descend. Yahia pourrait tenter de la retenir de force mais elle ferait un tapage et se plaindrait d’être maltraitée. Il décide de les laisser partir et espère qu’au bout de quelques jours, auprès de sa famille, sa femme retrouvera son calme et saura faire la part des choses. Sa famille peut la raisonner et la pousser à réintégrer son foyer.
Leur mariage ne tient qu’à un fil et il est en sa possession. Yahia prie pour avoir ses deux familles auprès de lui…
Il reçoit un texto de Salem qui veut savoir où il en est, s’il s’est bien entendu avec sa mère et si Majda s’était calmée. Yahia ne répond pas qu’elles sont parties. Il ne veut pas le perturber…


(À suivre)
A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER