Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Adila Katia

28e partie et fin

Les doutes

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Fadhéla est bien heureuse de retrouver sa chambre intacte. Sa mère la pousse à se confier. Ce qu’elle entend l’enrage, mais elle maîtrise sa colère. Elle n’a jamais accepté son gendre et espère leur séparation. Lorsqu’il appelle, elle s’arrange pour débrancher le téléphone…

Karima s’assure que sa fille ne l’a pas entendu parler avant d’aller faire ses ablutions. Lorsqu’elle se met à prier, elle ne peut s’empêcher de souhaiter leur séparation. Des larmes coulent. Son gendre est un homme brutal, et qui sait si un de ces coups ne lui serait pas fatal ? “Si je souhaite leur séparation, c’est pour le bien de ma fille. Je sais que si je lui en parlais franchement, on se fâcherait, et je ne veux pas prendre ce risque ! Ya Allah tout serait bien plus simple pour elle si leurs chemins se séparaient !” Karima fait un dernier vœu, puis se lève. Quand elle se tourne, tout en pliant son tapis de prière, elle est surprise de trouver Fadhéla, appuyée à la porte.
-Allah yekbel, lui dit-elle.
-Amine ya Rabbi, réplique Karima.
-Amine… J’ai remarqué que tu avais tardé dans tes prières, dit Fadhéla en la suivant à la cuisine. Tu en as fait quelques-unes pour moi ?  
-Oui, comme tu me l’avais demandé ! Figure-toi que j’avais beaucoup de choses à Lui demander, plaisante la mère, heureuse qu’elle ne l’ait pas entendue. Enfin, je remerciais Allah pour tous ses bienfaits, je Le priais de prendre soin de ma famille et de mes amis ! Je Lui demandais d’arranger les choses entre toi et ton mari !  
-C’est vrai ?
-Benti laâziza, je ne veux que ton bonheur ! Maintenant tu es engagée à vie avec lui, je ne peux qu’accepter votre union même si je ne le voulais pas au début, reconnaît-elle. Inchallah que cette nuit au commissariat lui ouvrira les yeux sur l’essentiel !
Il ne peut pas se bagarrer avec tous les hommes qui croisent ton chemin, malades ou passants !
-Oui…
- Tu es médecin et tu auras des patients hommes ! Il faudra qu’il accepte ! C’est ton métier de soigner et de sauver des vies ! Tu ne vas pas renoncer à ton travail et te plier à ses caprices ! Fadhéla n’ose pas lui dire qu’il l’avait menacée en plus de lui avoir ordonné d’abandonner son travail. Comment dire toute la vérité à sa mère sans provoquer sa colère et, dans le fond, lui donner raison.
-Non Yé, ça n’arrivera pas, tente-t-elle de la rassurer. Tu sais combien je peux être têtue ! Personne ne peut me détourner de ce que j’aime ! Si tu te rappelles, j’ai toujours voulu soigner, même les chats des voisins n’y échappaient pas, dit-elle avec un sourire nostalgique.  
-On n’avait pas le droit d’en avoir à la maison à cause de tes allergies !
- Allah ghaleb, réplique Karima. Je n’ai pas choisi d’être allergique ! Mais pour revenir à toi, rassure-moi, ce… Il n’aura pas le dernier mot, n’est-ce pas ?
-Je dois me rendre à un séminaire, lui apprend Fadhéla. Je ne vais pas renoncer à ma vocation !  
-C’est prévu pour quand ?
-Jeudi, et il tiendra 5 jours…
-Tu peux partir à l’avance, cela te fera du bien de changer d’air, propose Karima. Tu as encore des affaires ici, tu prends ce dont tu as besoin ! Pas la peine de retourner chez lui !
-C’est aussi chez moi ! lui rappelle Fadhéla.
-Oui, oui, bien sûr, mais tu n’as pas besoin de retourner là-bas, insiste Karima.  Pour l’instant, prends un peu de temps pour réfléchir à tout ce qui t’est arrivé…
-N’essaie pas d’en profiter pour me monter contre mon mari !
-Non, non… D’ailleurs, je ne veux plus parler de lui ! Ce sujet me donne la migraine ! Fadhéla veut bien la croire. Elle sait que sa mère ne supporte pas son mari. Elle s’étonne qu’il n’ait pas cherché à la joindre. Le lendemain, elle prétexte auprès de ses parents vouloir mettre de l’ordre dans son cabinet pour sortir seule.
En fait, elle se rend au commissariat et elle est surprise d’apprendre que son mari a été relâché. Le malade qu’il a tabassé a retiré sa plainte.   “Comment se fait-il qu’il ne soit pas venu me chercher ?” Elle décide de rentrer chez elle et s’étonne de trouver toute sa belle-famille.
- Qu’est-ce qui se passe ? Sami va à son rencontre et la prend par les bras. Lorsqu’elle voit que tous évitent son regard et que le leur est si triste, elle ne comprend pas.
-J’ai raté quelque chose ? Qu’est-ce qui se passe Sami ? Djamila ?
-Baba… Il a fait un accident, lui apprend-il. Il faut être forte Fadhéla. Il… Il est décédé sur le coup !
-Ce n’est pas possible ! Ce n’est pas vrai…
Et pourtant c’est la vérité. Elle a l’impression de vivre un mauvais rêve dont elle allait se réveiller d’un instant à l’autre. Akli est enterré le lendemain dans son village natal. Sa famille l’accompagnera durant toute cette période de douleur et de deuil. Karima ne dit rien de ce qu’elle pense et ne cache pas son soulagement lorsque Fadhéla n’est pas avec elle. La mort subite d’Akli la libérait de ce mariage. Elle se remet à prier et à espérer que Fadhéla allait se ressaisir et reprendre la vie avec un nouveau départ, sans avoir à souffrir. La jeune femme a gardé contact avec sa belle-famille, comme pour nourrir son souvenir. Elle sait qu’il tenait à elle même si les doutes et sa jalousie maladive leur avait gâché les derniers jours de leur vie commune. Elle a des regrets. Cela se lit dans ses yeux même si elle ne les formule pas…

Fin

A. K.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Rita.thevest le 07/03/2016 à 15h47

triste fin.

Commentaires
1 réactions